Une jeune femme crée un hospice pour animaux âgés ou malades en phase terminale

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
14 octobre 2021
Mis à jour: 14 octobre 2021

Une jeune femme a décidé d’ouvrir le premier hospice réservé aux animaux en phase terminale afin qu’ils puissent mourir en paix et dans la dignité. Ayant elle-même souffert d’une maladie grave, elle offre aujourd’hui une opportunité unique aux animaux de ferme et de compagnie d’Écosse.

Alexis Fleming, née à Lanark, en Écosse, a appris en 2010 qu’elle était atteinte de la maladie de Crohn, une affection intestinale inflammatoire chronique qui peut être mortelle.

« Je commençais à avoir des blocages intestinaux et je pouvais à peine marcher à cause de la douleur ; l’arthrite inflammatoire attaquait toutes les parties de mon corps », a déclaré Alexis au Daily Record.

Épuisée par la maladie, la jeune femme, titulaire d’un diplôme universitaire en géographie, avait à peine la force de se lever du lit et ne survivait qu’avec des boissons vitaminées chaque jour et une forte dose de médicaments.

(Avec l’aimable autorisation d’Alex Fleming)

« Mes intestins étaient pleins de trous, mon corps était en train de se décomposer […] Le sentiment d’être piégée à l’intérieur de moi-même et d’être incapable d’agir était pire que la douleur », se souvient-elle.

Au cours de ce processus difficile, la jeune femme a rencontré Maggie, un chiot de dix mois qui avait eu sa première portée à l’âge de sept mois, alors que l’âge recommandé est de deux ans. Sur les 12 chiots, seuls deux ont survécu, si bien que son propriétaire l’a mise en vente ou échangée contre une bague en or et un casque de motocycliste, selon le site web de l’hospice pour animaux Maggie Fleming.

Après une période d’adaptation – la petite chienne tremblait de peur si quelqu’un levait la main – Maggie est devenue le soutien d’Alexis et sa meilleure amie tout au long de sa douloureuse maladie.

De manière inattendue, Maggie a été atteinte d’un cancer du poumon en octobre 2015, et bien qu’elle ait subi une intervention chirurgicale, elle est finalement décédée le 24 de ce même mois.

« On m’a appelée pour me dire que quelque chose avait mal tourné. Sa sonde d’alimentation s’était détachée et la nourriture qui était censée aller dans son estomac avait rempli sa cavité abdominale, provoquant le pire cas de péritonite jamais vu à l’hôpital vétérinaire », a-t-elle écrit sur la même page.

(Avec l’aimable autorisation d’Alex Fleming)

La jeune femme, qui s’était déjà fait à l’idée de mourir plusieurs mois auparavant, avait fait ce qu’elle pensait être son dernier long voyage à Londres avec sa mère. Au cours de son séjour, elle a rencontré une autre femme souffrant de la même maladie, qui lui a donné des informations sur des méthodes naturelles pour y faire face, selon le Daily Record.

Quatre mois seulement après le début de la guérison de la jeune Écossaise, Maggie est décédée. Malheureusement, Alexis se trouvait à une centaine de kilomètres de la clinique vétérinaire où son amie à fourrure est morte, ce qui l’a profondément bouleversée.

Je ne sais toujours pas d’où m’est venue cette idée, mais en allant dire au revoir à Maggie le lendemain, je me suis tournée vers ma mère et j’ai dit : « Hospice pour animaux Maggie Fleming », raconte la jeune femme.

(Avec l’aimable autorisation d’Alex Fleming)

« Beaucoup d’animaux sont livrés à eux mêmes vers la fin de leur vie », a déclaré Alexis au Sunday post. « Je ne sais pas comment une personne peut abandonner un animal en phase terminale dans la rue, mais cela arrive tous les jours. »

C’est ainsi qu’est né le premier hospice au monde destiné aux animaux de ferme et de compagnie. Alexis s’est installée dans une ferme située dans une zone rurale à Ringliggate, en Écosse.

« C’est un endroit où les animaux de compagnie et de ferme peuvent vivre et mourir en sécurité, dans le confort et la paix, avec respect et dignité. Il y a un autre chemin dans la vie, et dans la mort », explique la jeune femme sur sa page Facebook.

Alors que la santé de la jeune femme était loin d’être au beau fixe, exigeant une intervention chirurgicale mettant sa vie en danger, Alexis a passé ses journées en compagnie de poulets, de moutons, de chèvres, de cochons, de coqs et même de dindes.

(Avec l’aimable autorisation d’Alex Fleming)

L’hospice est composé de trois parties, avec des pièces intérieures et des cours extérieures. Par ailleurs, il y a une salle de séjour et une cuisine à disposition de tous, ainsi qu’un demi-hectare pour renifler, jouer et « fouiller ».

« C’est un endroit douillet avec quelques lits pour la journée au choix, où les personnes âgées peuvent se réunir autour du réfrigérateur aux petites heures du matin, en buvant et en pariant sur qui pourra faire pipi le plus loin sous le réfrigérateur », partage la jeune femme sur le site internet de l’hospice.

« Maggie était morte seule, et je voulais m’assurer que tous ceux qui allaient vivre et mourir dans l’hospice ne le seraient pas », a déclaré Alexis.

Par ailleurs, la jeune femme a écrit le livre No Life Too Small (Pas de vie trop infime), dans lequel elle raconte comment est né son hospice pour animaux du troisième âge ou malades en phase terminale.

(Avec l’aimable autorisation d’Alex Fleming)

« S’occuper d’animaux en fin de vie permet d’apprendre ce qui compte vraiment dans la vie : la gentillesse, la compassion et l’amour ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ