Une lycéenne s’exclame : «Je ne veux pas aller aux manifestations pour l’environnement, je veux étudier!»

Par Epoch Times
12 octobre 2019 Mis à jour: 12 octobre 2019

La majorité l’emporte, l’individualité ne compte pas : c’est à peu près ce qu’a ressenti Maria, 16 ans. Ces dernières semaines, sa classe a voté démocratiquement pour participer aux manifestations de l’environnement, la grève étudiante pour le climat. En conséquence, toute la classe a été autorisée à partir et certains élèves ont dû participer à la manifestation contre leur gré.

Ne pas aller en cours, les pieds gelés en étant oisive : ce n’est pas du tout ce que s’était imaginé Maria (dont le prénom a été changé) pour sa nouvelle vie au lycée. Cet été, la jeune fille de 16 ans vient juste de terminer le collège dans une petite ville. Là-bas, elle avait été épargnée par le battage médiatique autour de la grève étudiante pour le climat. Maria s’installe maintenant dans une plus grande ville du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Là, elle bachote les mathématiques, l’économie et le français en classe de seconde, entre autres choses. « Pas si facile« , confie-t-elle au journal Epoch Times. Le programme est très vaste. Surtout en mathématiques, elle doit se concentrer davantage et apprendre encore plus de choses qu’au collège.

Maria a été d’autant plus surprise lorsqu’elle a été soudainement dispensée de cours un jour d’école normal, contre sa volonté. Elle a été contrainte par la grève scolaire pour le climat Sur les 29 élèves de sa classe, la majorité était en faveur de la participation à la manifestation allemande du 20 septembre 2019. La poignée qui a résisté a tout simplement été « réduite au silence« , se plaint l’étudiante. Un contrôle de mathématiques était annoncé pour vendredi. Maria et d’autres avaient étudié pour le préparer. Mais le contrôle n’a pas eu lieu.

« La dispense s’applique à tout le monde, sans exception« , a dit l’enseignante de Maria aux jeunes. C’est ainsi que Maria – qu’elle le veuille ou non – a dû participer à sa première manifestation de grève scolaire pour le climat. Soit dit en passant, les enseignants sont restés à l’école ou sont rentrés chez eux pendant ce temps.

La vision qui s’est présentée à Maria sur la place du marché était pour le moins inattendue. Les élèves se tenaient là, parlant ou se « faisant tourner des cigarettes« . Quelques « slogans climatiques » peints à la craie sur les pavés, par exemple : « Arrêtez le changement climatique, la bière doit rester froide« , « Celui qui achète du plastique mange aussi des enfants« , « La protection du climat a plus de valeur que Notre-Dame« .

Maria se tenait à l’écart avec certains de ses camarades de classe qui n’étaient pas non plus intéressés par la manifestation. Quand on leur a dit de se positionner dans la rue pour que les gens puissent mieux les voir, ils n’ont pas réagi. « Qu’il le fasse lui-même si ça lui chante« , murmura quelqu’un du groupe. Les jeunes en avaient assez. C’était inconfortable et rien ne s’est passé. Pas de rassemblement, pas de slogans. Ils sont restés là à geler. Puis à un moment donné, ils sont rentrés chez eux.

Une semaine plus tard, ça n’allait pas mieux. Cinq élèves qui ne voulaient pas participer à la manifestation se sont inscrits pour le vote. « D’autres élèves n’ont pas eu le courage de s’opposer au mouvement de grève étudiante pour le climat« , dit Maria. Ils avaient peur que les autres les « harcèlent« . Et encore une fois, la décision a été prise en faveur de la majorité. Quand les quelques élèves se sont opposés à la manifestation, leur professeur de classe a dit :

« Il vaut mieux que vous y alliez tous. Sinon, ceux qui vont à la manifestation devront rattraper leur retard sur les cours. »

Les élèves sont donc retournés sur la place du marché pour la manifestation contre leur gré. Il ne faisait pas beaucoup plus froid que le vendredi précédent, mais il pleuvait. Au total, sept classes de cette école ont été dispensées de cours à partir de la deuxième ou troisième heure ce jour-là. Cinq d’entre elles sont parties après la deuxième leçon. Quand ils sont arrivés sur la place du marché vers 9 h 30, il ne se passait rien. Les étudiants ont attendu un certain temps avant de rentrer chez eux.

Quand la classe de Maria est arrivée, vers 10 h 30, il ne se passait toujours rien. Pas étonnant, la manifestation n’était pas censée commencer avant 11 h 30 du matin. Certains étudiants sont allés au centre commercial, d’autres sont partis manger quelque chose, dit Maria. « C’était tout simplement trop désagréable de rester dans le froid avec le ventre dans les talons. »

Ce n’est que lorsqu’une classe de terminale est arrivée de l’école de Maria (ils avaient passé un autre examen) que la « manif » a commencé. Les élèves ont annoncé le parcours et il y a eu un bref rassemblement. Ce qui a été dit n’a pas touché Maria. Sans intérêt. Elle se souvient encore de quelques directives pour la marche de protestation. Ainsi, les bouteilles en verre respectueuses de l’environnement étaient interdites et le jet de pierres était strictement interdit.

La classe de Maria a suivi la foule. Dans la rangée de Maria, on ne comprenait pas ce qu’ils « hurlaient devant« . Maria se sentait perdue et « en quelque sorte stupide« , un sentiment partagé par certains de ses camarades de classe. « C’était tout simplement désagréable. » Toute l’action devait durer de trois à quatre heures. À un moment donné, Maria en a eu assez. Comme d’autres étudiants avaient déjà quitté le lieu de la manifestation, Maria a également décidé de quitter la marche avec d’autres camarades de classe. Ils sont rentrés chez eux. Gelée, fatiguée. Elle était frustrée et elle a tiré la couverture sur sa tête, puis s’est endormie. Après ce jour-là, Maria était enfin certaine :

« Je ne veux pas aller aux manifestations de grève scolaire pour le climat. Je veux étudier !« 

RECOMMANDÉ