Une maman sensibilise les gens après le décès de sa fille, intoxiquée par la caféine contenue dans les boissons énergisantes: «Réveillez-vous!»

Par Louise Bevan
20 septembre 2019 Mis à jour: 20 septembre 2019

En fin d’après-midi de décembre à Hagerstown, dans le Maryland, Anais Fournier, 14 ans, a bu deux canettes d’environ 710 ml de boisson énergisante Monster avec ses amis au centre commercial.

À peine 24 heures plus tard, l’adolescente faisait un arrêt cardiaque. Les médecins l’ont plongée dans un coma artificiel dans l’espoir d’empêcher le cerveau de la jeune fille d’enfler, et sa famille sous le choc s’est assise patiemment à son chevet. Six jours plus tard, la jeune fille est morte.

Selon le site de l’émission Today, Anais Fournier souffrait d’une affection cardiaque sous-jacente, le prolapsus de la valvule mitrale, qui provoque un dysfonctionnement mineur dans la fermeture des valvules cardiaques. Selon l’American Heart Association, la maladie touche environ 2 % de la population américaine et est inoffensive dans la plupart des cas.

Le certificat de décès d’Anaïs indique que la cause du décès de l’adolescente était une arythmie cardiaque due à une intoxication à la caféine.

« Rien ne semblait sortir de l’ordinaire ce soir-là », se souviendra plus tard la mère d’Anaïs, partageant son histoire douloureuse avec Love What Matters. « Anaïs et son ami regardaient Chambre 1408 dans la salle familiale pendant que je regardais un film dans le salon. Vers 20 h, l’ami d’Anaïs a couru dans l’escalier pour me dire que quelque chose n’allait pas chez Anaïs. »

« J’ai demandé : ‘Qu’est-ce que tu veux dire par quelque chose ne va pas chez elle ?' », se souvient Wendy. « Il a dit : ‘Elle s’est penchée et s’est mise à expirer très fort.' »

Wendy s’est ensuite assise à côté de sa fille, lui tapant sur la joue et l’appelant par son nom : « Anaïs, réveille-toi ! » L’adolescente haletait et ses yeux étaient renversés. « Il y avait un gargouillis, un son de halètement qui venait de sa gorge », écrit Wendy. « En voyant cela, j’ai su qu’il se passait quelque chose de grave. »

Illustration – Shutterstock | Abdul Aziz B Mohamed

La consommation par l’adolescente de deux boissons énergisantes Monster de 710 ml avait introduit 480 mg de caféine dans son sang. Comme Anaïs était encore jeune, sa consommation de caféine était près de cinq fois supérieure à la limite recommandée par l’American Academy of Pediatrics.

Autrement dit, la quantité de caféine qu’a prise l’adolescente équivaut à environ 14 canettes de Coca-Cola.

Faisant allusion à la veille du décès d’Anaïs, Wendy a écrit : « Ma meilleure amie s’est assise à côté de son lit, et je suis restée couchée à côté d’elle toute la nuit. On a parlé à Anaïs toute la nuit sans un seul clin d’œil de sommeil. »

Elle a ajouté : « Nous avons parlé de toutes les choses drôles qu’elle a dites et faites au fil des ans. Je lui ai dit combien j’étais fière d’elle et combien j’étais heureuse d’être sa mère. »

Le 23 décembre 2011, Anaïs a été déclarée morte. Le monde de Wendy « s’est brisé ce jour-là ». Cependant, après la mort soudaine et bouleversante d’Anaïs, sa famille a repris des forces et s’est tournée vers l’avertissement des risques potentiels associés aux boissons très caféinées.

[Traduction : « J’ai couru à l’étage. Je l’ai vue s’affaler sur le canapé. Je me suis assise à côté d’elle, lui tapant sur la joue et l’appelant par son nom. Elle haletait et ses yeux se retournaient. J’ai interrogé son ami sur leurs activités au centre commercial : ‘J’ai juste besoin que tu sois honnête !' »

« Réveille-toi ! Ma fille était affalée sur le canapé. Il y avait un gargouillis qui sortait de sa gorge […]
« À 17 h 37, ma fille, qui était toujours si pleine de vie, a été déclarée morte d’un arrêt cardiaque. Les infirmières l’ont déplacée pour que je puisse m’asseoir à ses côtés dans son lit.]

Wendy et Richard Fournier, toujours sous le choc de la mort subite de leur fils de 14 ans, ont intenté un procès pour « mort injustifiée » contre Monster.

« J’ai été bouleversée d’apprendre que l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) peut réglementer la quantité de caféine contenue dans une canette de soda », a déclaré Wendy dans un communiqué de Goldberg selon le Record Herald, « mais pas dans ces puissantes boissons énergétiques. »

« Avec leurs couleurs vives et leurs noms comme Monster, Rockstar […], ces boissons ciblent les adolescents sans toutefois assurer de surveillance ni assumer de responsabilité. Ces boissons sont des pièges mortuaires pour les jeunes filles et garçons en développement, comme ma fille Anaïs », a-t-elle ajouté.

Monster Beverage Corporation a déclaré qu’elle ne croyait pas que ses boissons étaient « en aucune façon responsables » de la mort d’Anaïs, a rapporté l’Independent. L’étiquette des boissons énergisantes indique clairement que le produit n’est pas recommandé pour les enfants et les femmes enceintes.

Toutefois, en réponse aux pressions législatives et à la chute des cours boursiers, la société californienne a déclaré en mars 2013 qu’elle commencerait à divulguer la teneur en caféine de ses boissons sur les étiquettes, a déclaré le réseau de télévision américain CBS.

Au début de 2019, Wendy a partagé son deuil et les problèmes juridiques continus qu’elle a eus avec Love What Matters. Elle a déclaré : « Nous avons essayé d’adopter un projet de loi à l’échelle de l’État qui interdirait la vente de boissons énergisantes aux mineurs en 2014, mais les lobbyistes ont gagné. »

« Noël dernier marquait le 7e anniversaire de la mort d’Anaïs », écrit-elle. « Nos vies ont continué, mais une grande partie de nous a disparu. »

« Je rentre à nouveau dans l’arène et je suis prête à recommencer à me battre », a partagé Wendy, alors qu’elle venait de décider de raviver son combat contre les boissons très caféinées. « Si je peux sauver la vie d’une personne ou d’une autre famille de vivre l’enfer en perdant un être cher, ajoute-t-elle, tout cela en aura valu la peine ».

RECOMMANDÉ