Une mère adopte un grand prématuré, sa famille le comble d’amour jusqu’à son décès 8 jours plus tard

Par Louise Bevan
19 juin 2020
Mis à jour: 19 juin 2020

Une mère en deuil partage les « montagnes russes » vécues par sa famille après avoir adopté et passé huit jours précieux avec un grand prématuré. Le bébé a perdu son combat pour la vie, mais sa mère adoptive reste reconnaissante pour le temps passé ensemble, affirmant que « ses petites empreintes sont à jamais gravées dans [son] cœur ».

Julie Chambers, 48 ans, et son mari depuis près de 25 ans, David, 50 ans, sont les parents de 11 enfants ensemble dans leur maison de San Diego, en Californie. Sur son blog, Julie se décrit comme « privilégiée d’être mère de onze enfants par le biais de l’adoption, du placement familial et de l’accueil ».

Julie Chambers avec son bébé adoptif, Cane. (Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

Huit des onze enfants du couple ont des besoins spéciaux, notamment l’autisme, l’épilepsie et la paralysie cérébrale, ainsi que des besoins médicaux complexes dus à une naissance prématurée et à des retards de développement.

Julie et David se sont rapprochés avec leurs deux derniers bébés adoptés. Julie, dans un post sur Love What Matters, a expliqué qu’un bébé était né à 25 semaines, un « grand prématuré », et que l’autre devait naître en août 2019.

Bébé Cane à l’USIN. (Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

Alors qu’elle s’installait dans une routine avec leur grand prématuré nouvellement adopté, Julie a reçu un message. « La maman avec laquelle nous avions été jumelés pour l’adoption, bien que son accouchement ne soit pas prévu avant 16 semaines, était sur le point d’accoucher », a écrit Julie. Un message disait : « Elle a perdu les eaux. »

Le couple vivait à l’autre bout du pays. Julie a néanmoins prévu un voyage à travers le pays afin d’être aux côtés de la mère biologique.

Bébé Cane est né à 16 semaines, ce qui fait de lui un autre grand prématuré. Alors que Julie s’est attachée instantanément à ce petit bout de chou, son pronostic était inquiétant.

Ce dimanche-là, Julie a pris l’avion pour rentrer à la maison, mais son esprit était toujours tourné vers le petit garçon.

(Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

« J’ai eu beaucoup de peine pour la maman que j’ai appris à aimer, et pour notre fils, qui était allongé dans un incubateur sans personne à part le personnel médical », explique Julie. Elle a décidé à ce moment-là que la meilleure solution serait de prendre l’avion avec toute sa famille pour se rendre à l’unité de soins intensifs néonatals de l’hôpital afin d’être avec le bébé Cane alors qu’il se battait pour sa vie.

« Chaque jour arrivaient les appels des médecins nous annonçant la triste réalité qu’il risquait de ne pas passer l’heure suivante », a déclaré Julie. À son arrivée à l’hôpital, la mère, épuisée, accompagnée de sa famille, a été bouleversée par l’apparence de son fils adoptif.

Trois jours après que Julie l’eut vu pour la dernière fois, Cane était anémique et ne montrait aucun mouvement.

(Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

« Il était si petit avec tant de tubes et de fils encombrant son petit corps », se rappelle-t-elle. « Je voulais juste échanger ma place. Je voulais qu’il batte l’infection E. coli qui ravageait son système. »

Les jours suivants, le petit corps de Cane s’est battu avec acharnement. Pendant cette période, Julie et sa famille ont pu assister à des miracles exauçant chacune de leurs prières. En parlant de miracles, elle a dit : « Notre petit s’en sortait d’un pas d’un côté, mais reculait de trois pas de l’autre. »

Julie avec Cane et sa famille à l’hôpital. (Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

Tragiquement, après huit jours de hauts et de bas émotionnels, un EEG a révélé le pire cauchemar de la famille : Cane n’avait aucune activité cérébrale. À ce moment-là, Julie a eu le cœur brisé et a demandé que les fils de Cane soient retirés afin qu’elle puisse enfin tenir son petit garçon près de son cœur.

Le soir de ce jour-là, Julie espérait que Cane sache qu’il « avait donné tant d’amour à notre famille ».

« Huit jours ne sont jamais suffisants pour être avec quelqu’un par rapport à une vie entière », réfléchissait Julie, « mais je sais que nous allons chérir chaque moment qui nous a été donné. »

(Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

« On m’a demandé la semaine dernière comment je pouvais aimer tellement quelqu’un à qui je n’ai pas donné naissance, et ma réponse a été : comment ne pas l’aimer ? » a-t-elle poursuivi. « Il avait besoin de nous et nous avions besoin de lui, et c’est la définition de la famille. »

À la suite du décès de Cane, Julie continue d’écrire sur son blog parental, « Our Big Crazy Family », à propos de sa vie de mère d’une grande famille recomposée. Le 12 mai 2020, Julie a partagé une mise à jour sincère sur la vie après le décès du petit Cane.

Julie Chambers tient Cane près de son cœur, aux côtés de sa famille. (Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

« J’ai encore tant à apprendre, tant à défendre, tant à vivre et tant à célébrer », a déclaré Julie.

« Il y aura toujours de bons jours et de moins bons, mais c’est la beauté que mes enfants m’ont apprise », a conclu la mère de 11 enfants. « Il faut vivre le moment présent. »

(Avec l’aimable autorisation de Julie Chambers)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ