Une mère alerte les autres parents à la suite de l’arrêt respiratoire de son bébé après deux heures dans un siège auto

Par Louise Bevan
8 janvier 2020 Mis à jour: 9 janvier 2020

Une mère, à la lumière d’une expérience effroyable, veut diffuser un avertissement à d’autres parents. Son bébé de 3 semaines a cessé de respirer après un voyage de deux heures dans un siège auto.

Kirsti Clark, alors âgée de 28 ans, et son mari, Christopher Clark, alors âgé de 29 ans, ont réalisé que quelque chose n’allait pas quand ils sont rentrés chez eux après un après-midi de shopping. Les lèvres de Harper sont devenues bleues, sa mâchoire s’est refermée de façon tendue et une écume a commencé à sortir de son nez et de sa bouche.

Le couple s’est précipité directement jusqu’à l’hôpital avec leur bébé et leur fille de 3 ans, Malena.

En fait, Harper avait eu une crise d’épilepsie, et tout était dû à son siège auto.

Kirsti, de Falkirk en Écosse, a fait revivre les terrifiants événements du 4 avril 2018. « Quand nous sommes rentrés à la maison, l’heure du coucher de Malena était déjà bien dépassée, se rappelle la mère, alors j’ai amené Harper à l’intérieur dans son siège d’auto. Elle y est restée 15 minutes, pendant que nous mettions Malena au lit », explique Kirsti au Daily Mail.

Christopher a fait sauter sa petite fille sur ses genoux, mais s’apercevant qu’elle n’était pas bien à l’aise, il l’a installée sur son tapis de jeu. « Je lui ai dit que ses lèvres étaient bleues, se souvient Kirsti, puis il m’a fait remarquer à quel point ses joues étaient rouges. Soudain, une mousse blanche a commencé à sortir de son nez et de sa bouche […] sa mâchoire était fermée. »

Kirsti a insisté sur le fait que « ce n’était pas comme une convulsion ordinaire, elle cambrait le dos, dit-elle, et jetait la tête en arrière. »

Illustration – Pixabay | PublicDomainPictures

Dans un état presque hystérique, les Clark se sont dirigés vers l’hôpital. J’ai crié : « S’il vous plaît, aidez-la, s’il vous plaît », a dit Kirsti. « Je crois que j’ai fait peur à la réceptionniste. »

Les médecins ont réussi à ranimer la petite fille. « Ils m’ont laissé lui faire un câlin avant de commencer à faire des examens pour découvrir quelle en était la cause », se souvient Kirsti. « C’était horrible, je ne le souhaiterais à personne. »

Illustration – Shutterstock | Karlevana

Après leur après-midi de shopping, les Clark avaient pris environ une heure et 45 minutes pour rentrer chez eux en voiture. Harper a passé 15 minutes de plus dans son siège d’auto pendant que ses parents mettaient leur enfant de 3 ans au lit.

Après les analyses, Harper a été déclarée en bonne santé. Son siège d’auto a également été jugé tout à fait sans danger, alors qu’est-ce qui avait mal tourné ?

Un consultant a informé les Clark que la durée du temps avait été un facteur essentiel. Les jeunes nourrissons qui ont passé plus d’une heure dans un siège auto peuvent souffrir de manque d’oxygène, ont-ils dit. Lorsque Harper a été déplacée après son séjour de deux heures dans le siège auto, l’augmentation soudaine d’oxygène l’a mise en état de choc, ce qui l’a amenée à convulser.

« Quand le consultant nous a dit que c’était le siège auto, je n’arrivais pas à y croire », s’étonne Kristi au Daily Mail. « Je ne comprenais pas pourquoi personne ne nous l’avait jamais dit. »

« Les médecins nous ont dit à l’hôpital qu’habituellement le problème survient surtout chez les prématurés, poursuit-elle, mais Harper est une grande fille. C’est pourquoi nous savons que nous devons partager ce qui est arrivé à Harper, parce que les parents ont le droit de savoir. »

L’American Academy of Pediatrics avertit que, bien que les sièges d’auto soient l’un des moyens les plus efficaces de protéger les bébés et les jeunes enfants contre les blessures mortelles, la position assise droite requise pour les rendre efficaces peut comprimer partiellement la poitrine et réduire la capacité des voies respiratoires.

«Les sièges auto sont l’un des moyens les plus efficaces de protéger les enfants contre les blessures et les décès au cours des premières années de leur vie. Pour une meilleure protection en cas d’accident, les sièges auto exigent que les bébés soient placés en position verticale. Cependant, cette posture peut comprimer partiellement la paroi thoracique et réduire la taille des voies respiratoires, ce qui entraîne une diminution des niveaux d’oxygène», indique l’organisation sur son site Web.

Selon une étude, «le niveau moyen de saturation en oxygène était significativement plus bas dans le siège auto (95,7 %) et le lit auto (96,3 %) que dans le lit de bébé (97,9 %). Des études antérieures ont trouvé des effets similaires sur les prématurés. Cette étude confirme que la respiration des nourrissons à terme est également affectée par les sièges et les lits auto», a ajouté l’AAP.

RECOMMANDÉ