Une mère attribue à la foi la naissance de sa fille atteinte de trisomie, malgré le conseil d’avortement du médecin

Par Epoch Times
8 juin 2021
Mis à jour: 8 juin 2021

Lorsqu’une maman était enceinte d’un bébé atteint de trisomie, son médecin lui a suggéré d’interrompre sa grossesse.

Cependant, elle et son mari se sont accrochés à leur foi et ont décidé de poursuivre leur grossesse. Aujourd’hui, leur fille de 6 ans excelle à l’école et communique de mieux en mieux chaque jour.

Lorsque Courtney Baker, âgée de 49 ans, mère de trois enfants, du centre de la Floride, était enceinte d’Emersyn, un test prénatal a confirmé qu’il y avait de fortes possibilités que Courtney et son mari Matt attendent un enfant atteint de trisomie.

« Nous étions sous le choc. Nous étions anéantis, mais seulement parce que nous ignorions tout de la trisomie », a dit Courtney à Epoch Times dans une interview par email. « Nous ne connaissions que les pires scénarios et nous n’avions pas le moindre soutien lorsque nous avons quitté le bureau de notre obstétricien. Nous nous sommes tous les deux sentis complètement perdus. »

(Avec l’aimable autorisation de Courtney Baker)

L’obstétricien a suggéré au couple quelques « options » pour gérer leur grossesse, et a même pris rendez-vous avec une personne qui discuterait avec eux de leur décision.

« Je lui ai dit qu’il n’y avait pas de discussion. C’était notre enfant et nous allions l’avoir. Il a semblé surpris et a tout de même pris rendez-vous pour nous », a dit Courtney.

Six semaines plus tard, le couple s’est rendu chez un spécialiste pour vérifier les progrès de leur fille. Le médecin a insisté pour qu’ils réfléchissent à l’avortement, leur donnant une dizaine de raisons pour soutenir son point de vue.

« À ce moment-là, nous lui avions donné un nom. Je lui ai dit qu’elle s’appelait Emersyn et que nous la gardions. Il nous a encore interrogés et il s’est conduit presque comme une brute lors des rendez-vous suivants », a raconté Courtney à Epoch Times.

(Avec l’aimable autorisation de Courtney Baker)

Le couple a mentionné que le médecin semblait prendre plaisir à trouver des problèmes à leur bébé. « Lors de notre dernier rendez-vous, il nous a dit qu’elle avait des pieds bots et il a ricané. Matt et moi avons quitté le cabinet en sachant que nous n’y retournerions pas », a-t-elle dit.

Courtney et son mari s’en sont remis à leur foi, ont ignoré les pressions extérieures et ont poursuivi leur grossesse, donnant naissance à Emersyn en février 2014.

« Notre foi a absolument joué un rôle pour garder Emmy », se rappelle Courtney, en repensant au choix qu’ils ont fait. « Je connais les horreurs de l’avortement depuis le lycée et que j’ai vu un documentaire sur un avortement où l’on démembrait le bébé. Je n’arriverai jamais à chasser cette image de mon esprit. »

Au début de leur mariage, le couple avait discuté de la façon dont ils allaient gérer la vie avec un enfant ayant des besoins spéciaux. Leur fille aînée, Rhyan, qui a maintenant 19 ans, est née sourde et a reçu des implants cochléaires à un âge précoce. Grâce à cette expérience, le couple a vu qu’il n’était pas seul dans leur parcours. « Non seulement Dieu a traversé cette épreuve avec nous, mais il s’est servi de la surdité de Rhyan pour aider d’autres personnes dans leur cheminement », a souligné Courtney.

Elle est convaincue que l’expérience vécue avec Rhyan a contribué à donner aux parents la force et la foi nécessaires pour que Dieu les aide également dans le parcours d’Emersyn.

Quinze mois après la naissance d’Emerysn, Courtney est tombée sur le message Facebook d’une amie dont le spécialiste prénatal avait vu les échographies de leur fils trisomique et avait dit qu’« il était parfait ». Cela a encouragé Courtney à écrire une lettre à son médecin.

« Ce message m’a fait prendre conscience qu’il existe des médecins extraordinaires qui sont d’un grand soutien et cherchent leur meilleur intérêt de l’enfant, indépendamment de leur état de santé ou de leur handicap », a dit Courtney.

Elle a admis que même si le message était encourageant, elle était triste car elle n’avait pas vécu la même expérience.

Dans sa lettre au médecin, qui donne à réfléchir, Courtney indique qu’elle n’est pas amère, mais simplement triste que, durant les jours les plus sombres de sa vie, alors qu’elle était « terrifiée, anxieuse et complètement désespérée », elle n’avait pas reçu de soutien et d’encouragement, mais qu’on lui avait plutôt demandé de mettre fin à sa grossesse.

« Je suis triste que vous ayez eu tellement tort de dire qu’un bébé atteint de trisomie diminuerait notre qualité de vie. J’ai le cœur brisé que vous ayez pu dire cela à une maman, même aujourd’hui. Mais je suis surtout triste que vous n’ayez jamais eu le privilège de connaître ma fille, Emersyn », a écrit Courtney.

(Avec l’aimable autorisation de Courtney Baker)

« J’ai écrit la lettre à mon médecin pour qu’il voie la vérité et je prie pour qu’il change de point de vue. Je voulais que ma lettre change la façon dont il traite les futures mères qui reçoivent un diagnostic de trisomie pour leur bébé », a dit Courtney à Epoch Times. « Les médecins ont tellement de pouvoir. Il devait connaître les faits sur la trisomie s’il allait tenir la vie de ces enfants entre ses mains. »

Quant à Emerysn, âgée de 6 ans, Courtney a dit qu’elle est une « pure joie », et que ce qu’elle préfère est de faire des câlins et de voir les gens se faire des câlins. La sympathique fillette adore danser et son sourire est contagieux. Selon sa mère, sa personnalité aux yeux brillants a le don de faire fondre le cœur des hommes, même les plus grincheux.

« L’amour qu’elle dégage fait d’elle un rayon de soleil dans un monde de plus en plus sombre, et cela me brise le cœur de penser au nombre de personnes qui ne bénéficient pas de ce que nous avons », a-t-elle dit en décrivant son adorable fillette qui est prête à commencer l’école maternelle cet automne.

(Avec l’aimable autorisation de Courtney Baker)

La petite fille, qui partage un lien étonnant avec ses deux sœurs aînées, a également un lien fort avec les gens de la communauté. Courtney est convaincue qu’Emerysn changera le monde avec l’aide des innombrables personnes qui la soutiennent.

(Avec l’aimable autorisation de Courtney Baker)

Forte de sa propre expérience, Courtney conseille aux parents qui attendent un enfant atteint de trisomie que, même si cette phase peut les faire se sentir désespérés ou impuissants, ces émotions s’estomperont lorsqu’ils auront leur bébé.

« Je dis aux mères enceintes de profiter de leur grossesse, qui peut être une lutte », a-t-elle dit. « Mon conseil aux parents qui élèvent un enfant atteint de trisomie est de continuer à fréquenter les groupes de soutien. Nous nous comprenons en tant que parents d’enfants atteints de trisomie. »

(Avec l’aimable autorisation de Scott David Photography via Courtney Baker)

Courtney encourage également toutes les mamans ayant un enfant trisomique à partager leur histoire personnelle dans l’espoir que cela puisse motiver quelqu’un et améliorer les discours.

« Je veux arriver à un point où nous n’aurons plus à nous battre aussi durement dans la société pour montrer que les personnes atteintes de trisomie sont simplement des personnes. Elles ont des pensées, des émotions, des goûts, des aversions et des cœurs précieux qui peuvent être blessés comme tous les autres êtres humains », a ajouté Courtney.

« Et comme tout être humain, elles méritent de vivre et d’être traitées avec le même amour et le même respect que nous accordons à toute personne. »

(Avec l’aimable autorisation de Scott David Photography via Courtney Baker)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ