Un dauphin tursiops adopte un dauphin d’Électre et l’élève comme son bébé

Par Michael Wing
27 août 2019 Mis à jour: 29 août 2019

Il est très rare que les animaux sauvages adoptent des petits d’une espèce différente, même s’il n’est pas rare que des animaux domestiques le fassent, ou que des animaux adoptent des jeunes de leur propre espèce.

De nouvelles recherches révèlent le tout premier cas connu d’une mère sauvage de dauphin tursiops qui a adopté un petit d’une autre espèce.

Des chercheurs ont repéré une mère dauphin tursiops qui s’occupait d’un delphineau mâle à l’apparence inhabituelle, ainsi que de ce qui était présumé être son bébé biologique, dans les eaux côtières de la Polynésie française.

Les chercheurs ont filmé et photographié le dauphin femelle tursiops accompagnant son bébé adoptif d’un mois, au bec court et émoussé, pendant plusieurs années, depuis 2009.

Finalement, les scientifiques ont identifié l’orphelin comme un « dauphin d’Électre », une espèce et un genre complètement différents, ce qui en fait un couple unique.

« Nous étions très enthousiastes à l’idée d’assister à un phénomène aussi rare », a déclaré Pamela Carzon, chercheuse en chef du Groupe d’Étude des Mammifères Marins de Polynésie, basé à Tiputa.

« À l’époque, nous avons été vraiment, vraiment étonnés. »

Parmi une communauté d’une trentaine de dauphins, une mère a attiré l’attention des chercheurs parce qu’elle était entourée de deux petits – les dauphins tursiops allaitent normalement un seul bébé à la fois – l’une était sa fille biologique et l’autre, un delphineau d’Électre.

Fait remarquable, le dauphin d’Électre semblait encore plus attaché à la mère que ne l’était sa fille. On les voyait souvent nager ensemble. Par deux fois, on a vu la mère l’allaiter et, on l’a même aperçu pousser jalousement sa sœur loin de l’abdomen de la mère, révélant une dynamique de rivalité frère-sœur.

De plus, le petit dauphin d’Électre est resté avec sa mère longtemps après que sa sœur l’eut quittée, à l’âge d’environ un an et demi. Selon le National Geographic, les dauphins tursiops s’occupent de leur petit pendant une période pouvant aller jusqu’à six ans. Le dauphin d’Électre l’a finalement quittée en avril 2018.

Leur relation inhabituellement longue met également en valeur l’importance que cette mère donnait au lien avec cet être d’une espèce autre que la sienne.

« Chez les mammifères, la synthèse du lait est très exigeante – c’est une ressource très précieuse », a déclaré Kirsty MacLeod, écologiste au département d’études comportementales à l’université de Lund en Suède.

Quant à savoir pourquoi la mère a choisi d’adopter ce bébé en particulier, on ne peut que spéculer, bien qu’il soit possible que la naissance de sa fille biologique ait déclenché l’instinct maternel, qui a servi de catalyseur.

« Très probablement, c’était le moment idéal pour ce petit dauphin d’Électre, alors que [la mère] était dans une période très réceptive pour nouer des liens », a dit MacLeod au National Geographic, « cela aurait mené à cette situation légèrement farfelue. »

Ce mère dauphin tursiops, a-t-on également observé, présentait des comportements sociables envers les plongeurs locaux, et ces traits peuvent avoir modéré l’agressivité typique de cette mère envers les jeunes des autres espèces.

De plus, le jeune dauphin d’Électre a eu peu de difficulté à s’adapter au groupe de dauphins, ce qui a peut-être contribué à faciliter le lien entre la mère et le rejeton. Le jeune dauphin d’Électre a parfois été vu en train de jouer avec d’autres jeunes, présentant un comportement très similaire à celui de ses congénères dauphins tursiops. Il s’adonne même aux mêmes loisirs qu’eux, surfant et sautant dans les vagues.

« Cela montre que les jeunes dauphins ont une flexibilité comportementale impressionnante », dit Pamela Carzon.

Quant aux autres mammifères sauvages qui adoptent de jeunes orphelins d’espèces différentes, il n’y a qu’un seul autre cas scientifiquement documenté qui a été signalé. En 2006, la primatologue Patricia Izar de l’université de São Paulo a observé un groupe de capucins qui prenaient soin d’un marmouset.

« À l’époque, nous avons été vraiment, vraiment étonnés », avait dit la primatologue Izar.

RECOMMANDÉ