Une mère enceinte sent son bébé donner des coups de pied au moment où le médecin suggère l’avortement ; maintenant, ce bébé a 6 ans et se porte bien

Par Louise Bevan
17 juin 2021
Mis à jour: 17 juin 2021

Naomi Bakker, l’un des bébés les plus minuscules jamais mis au monde par ses médecins, a dû mener une lutte acharnée pour sa survie dès le premier jour. De nombreux professionnels de la santé craignaient qu’elle n’ait aucun espoir.

Lorsque l’avortement a été présenté comme une alternative, les parents de Naomi ont refusé.

Lorsqu’il semblait que la prière était leur seul espoir, ils ont prié.

Aujourd’hui, à presque 6 ans, non seulement Naomi a survécu, mais elle s’épanouit comme n’importe quel autre enfant de son âge – et n’est pas moins courageuse.

Naomi Joy Bakker, maintenant âgée de presque 6 ans (Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Un scanner effectué à 22 semaines de grossesse a révélé aux parents Angela et Michael Bakker, de Reno, Nevada, dans le sud des États-Unis, que leur enfant à naître souffrait d’un retard de croissance intra-utérin. Des amis leur ont alors conseillé de se rendre à San Francisco pour obtenir un deuxième avis.

« Ils nous ont dit à peu près la même chose que ce que nous avions entendu à Reno », a déclaré Michael à Epoch Times dans une interview vidéo.

« Ils ont estimé qu’elle pesait environ 350 grammes, et ils ont dit qu’il fallait peser environ 500 grammes pour survivre à la naissance. »

Il a été déterminé qu’Angela présentait les prémices d’une prééclampsie (une complication de la grossesse liée à l’hypertension artérielle) ; et bien qu’elle ne se souvienne pas que ses médecins aient utilisé le mot « avortement », celui-ci était implicite.

Ils ont en quelque sorte dit : « Nous pouvons toujours mettre fin à cette grossesse plus tôt », a-t-elle déclaré.

« Nous étions à 24 semaines de grossesse et il est illégal de le faire après ce délai », ajoute Michael. Mais ils ont dit : « Nous pouvons toujours faire des exceptions dans votre cas. »

Au moment même où ces mots ont été prononcés, Angela a senti le bébé annoncer sa présence en donnant des coups de pieds. Le couple a décidé que l’interruption de grossesse ne serait pas une avenue.

Pourtant, la maman et le bébé peinaient à tenir jusqu’à 28 semaines, moment charnière où un bébé est considéré bien apte à survivre après la naissance.

En juillet 2015, la prééclampsie d’Angela s’est aggravée et les battements de cœur du bébé sont devenus irréguliers. Ils l’ont emmenée d’urgence au Renown Regional Medical Center ; et Naomi Joy Bakker a été mise au monde par césarienne à 25 semaines de gestation.

(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Avec 16 médecins sur place, la prématurée est née silencieusement, car elle était trop petite pour que sa voix soit développée. Pourtant, lorsque les médecins ont réussi à l’intuber, la pièce était pleine d’excitation.

Les yeux de Naomi étaient encore fermés et elle pesait moins de 364 grammes, mais elle était vivante. Elle a été transportée d’urgence à l’unité de soins intensifs néonatals, laissant ses parents accablés par tout ce qui s’était passé.

Selon les médecins, les chances que Naomi soit une « enfant normale » étaient inférieures à 1 %, ce qui laissait présager une surdité, une cécité et des hémorragies cérébrales. Les 24 premières heures ont été son plus grand défi, ont-ils dit.

(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)
(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)
(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Au milieu de ces prédictions désastreuses, Angela s’est tournée vers les médias sociaux en quête de soutien.

« J’étais dans une chambre d’hôpital, je n’avais pas mon bébé avec moi, et je suis allée sur Facebook pour voir s’il y avait des groupes pour les personnes dans cette situation », a-t-elle partagé.

(Des années plus tard, elle en est venue à offrir son soutien à ceux qui en avaient besoin – déclarant qu’une poignée de parents ont même eu le courage de refuser l’avortement après avoir entendu son histoire. « Laissez les gens vous aider », insiste-t-elle. « Ils veulent vous aider, et c’est un lourd fardeau à porter lorsque vous avez un enfant si malade et que vous êtes confronté à la vie et à la mort tous les quelques jours »).

La maman a tenu sa fille dans ses bras pour la première fois deux jours après l’accouchement. Elle attribue à ses infirmières le mérite de l’avoir aidée à avoir une interaction avec le frêle nourrisson.

(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Plus tard, Michael a également créé un blog qui suit les progrès de Naomi. À l’origine réservé aux proches, il a rapidement pris de l’ampleur et l’histoire de sa survie a commencé à toucher des gens dans le monde entier.

L’un des médecins, qui est athée, a dit : « Je ne crois pas en Dieu. Mais continuez à prier… Continuez à prier parce que ça marche », se souvient Angela.

Pendant les 142 jours qu’elle a passés à l’USIN, Naomi a subi deux réparations de l’intestin, une opération de l’hernie, un collapsus pulmonaire et une maladie pulmonaire chronique. Surnommée « la Petite karaté kid » pour sa fougue, elle a surmonté tous ces obstacles et est sortie de l’hôpital juste à temps pour Thanksgiving.

Angela se souvient que c’était le plus beau jour de sa vie.

Le grand frère Nathaniel rencontre Naomi pour la première fois. (Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Dans les images montrant le retour à la maison de Naomi, l’infirmière Carrie Archie a déclaré que pour un « bébé de 340 g et quelques centimètres, [de] se porter aussi bien, c’est incroyable ».

Avec un chœur d’adieux larmoyants, Naomi est rentrée chez elle pour une nouvelle vie et un grand frère, Nathaniel, qui avait hâte de la rencontrer.

La petite karaté kid a ensuite franchi une étape après l’autre.

La petite karaté kid a ensuite franchi une étape après l’autre, prenant du poids et abandonnant la supplémentation d’oxygène vers l’âge de 7 mois.

Et finalement, la vie est devenue plus facile.

Naomi à la maison, avec son fournisseur d’oxygène (Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

La famille a célébré les premières expériences de Naomi : sa fascination pour les plantes vivantes et les animaux, et ses premiers pas qui sont tombés par hasard lors de la Marche pour la vie de Washington.

« J’ai célébré cela en grand », a déclaré Angela à Epoch Times. « Elle n’était pas viable, mais voilà qu’elle marche. »

À l’approche de son 6e anniversaire, Naomi est une enfant normale, qui sait lire, écrire et même faire du snowboard comme son grand frère. Elle aime les morceaux de poulet pané, les plaisanteries et n’a jamais perdu son esprit fougueux.

(Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)

Elle grandit sans peur, étant entrée dans la classe le premier jour de l’école maternelle sans même un regard en arrière.

« Les meilleurs médecins des États-Unis d’Amérique se sont trompés à son sujet », dit Angela. « Et donc suivez leurs conseils, mais vous pouvez toujours avoir l’espoir qu’ils se trompent. »

Michael est convaincu que l’histoire d’espoir de leur fille est une histoire que Dieu veut raconter.

Pour ses deux parents, le fait que Naomi soit devenue « normale » n’est rien d’autre qu’un miracle.

Naomi avec son père Michael, sa mère Angela et son frère Nathaniel (Avec l’aimable autorisation d’Angela Bakker)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ