Une mère fuit vers l’Amazonie durant le confinement du Covid-19 au Pérou et parcourt des centaines de kilomètres avec ses filles

Par CNN
23 juin 2020
Mis à jour: 23 juin 2020

Maria Tambo avait atteint un point de rupture. Elle était effrayée et désespérée. Ses enfants avaient faim. Ils ont dû quitter Lima.

Elle était venue avec ses filles d’un village isolé de la forêt amazonienne pour que son aînée, Amélie, devienne la première de la famille à aller à l’université.

La jeune fille de 17 ans avait obtenu une bourse prestigieuse pour étudier à l’Université scientifique du Sud de Lima, et la famille avait de grands rêves. Ils allaient louer une petite chambre et aider Amélie à démarrer, et Maria allait amasser un peu d’argent en travaillant dans un restaurant.

(CRIS BOURONCLE/AFP via Getty Images)

Mais lorsque le Covid-19 a frappé le Pérou, la nation s’est arrêtée en frémissant. Plus de 70 % de la population travaille dans l’économie informelle et, alors que le gouvernement du pays commençait à imposer un confinement strict, Tambo a vu les possibilités d’emploi disparaître.

Après près de deux mois de quarantaine, ils n’avaient plus d’argent pour payer leur chambre de location ou leur nourriture. Tambo a décidé de retourner dans leur village de la région d’Ucayali, à 560 km de là.

Les transports publics étant fermés, la seule option était de faire le trajet à pied. « Je connais le danger dans lequel je mets mes enfants, mais je n’ai pas le choix », a-t-elle déclaré. « Soit je meurs en essayant de sortir d’ici, soit je meurs de faim dans ma chambre. »

S’échapper de la ville

Des milliers de Péruviens parlaient déjà sur les médias sociaux de la façon dont ils quitteraient Lima pour retourner chez eux. « Je n’ai pas quitté ma maison depuis que le gouvernement a déclaré la quarantaine », a-t-elle partagé. « Mais je n’ai plus d’argent. »

Tambo et ses filles ont quitté Lima au début du mois de mai. Elle portait un masque facial et portait le petit Melec sur son dos ainsi qu’un grand sac à dos multicolore parsemé de petits cœurs. Amélie et Yacira, 7 ans, sont restées à ses côtés, portant leur propre sac. Un ours rose était accroché au sac à dos de Yacira.

(Illustration – natalia_maroz/Shutterstock)

Leur famille n’était pas la seule. Beaucoup d’autres Péruviens étaient sur la route, cherchant désespérément à fuir la pandémie et la perte de revenus.

Leur voyage épique, sur des autoroutes poussiéreuses, des voies ferrées et des routes de campagne sombres, mènerait les Tambo à travers la région de haute altitude des Andes avant d’atteindre la forêt tropicale amazonienne – une route périlleuse pour une femme voyageant seule avec trois enfants.

Marchant dans la chaleur, heure après heure, elles continuaient. L’eau et la nourriture étaient rares ; les émotions de Tambo étaient à vif. Elle pleurait en chantant doucement pour son bébé Melec. « Il n’y a pas de chemin, tu fais ton propre chemin en marchant », fredonnait-elle.

Il y eut des moments de gentillesse et de soulagement lorsqu’elles interrompirent le voyage et firent quelques trajets en auto-stop le long du chemin. Un chauffeur leur a jeté de la nourriture en passant. Mais la plupart du temps, Tambo et ses filles marchaient.

Le troisième jour, alors qu’elles se battaient dans les airs près des Andes, à 4 570 m au-dessus du niveau de la mer, un camionneur qui a eu pitié de la famille, les a emmenés à la ville suivante et a partagé une partie de sa nourriture. « J’ai tellement marché », a-t-elle dit au chauffeur, essayant de retenir ses larmes de gratitude.

Ce fut un bref répit pour leurs pieds. « Les mains de ma fille devenaient violettes », lui a-t-elle dit. « Je pensais qu’elle n’allait pas y arriver. »

Des points de contrôle en cours de route

Le chemin du retour à la maison impliquait plus que de l’endurance. Tambo a également dû passer par les points de contrôle de police mis en place pour empêcher les habitants de Lima, l’épicentre du coronavirus du pays, de propager le virus dans les zones rurales.

À San Ramon, juste avant que Tambo n’entre dans la jungle, un policier était là pour l’interroger. « Vous ne pouvez pas passer ici avec des enfants », a déclaré l’officier. Tambo a négocié avec lui. « Je retourne seulement à ma ferme, à Chaparnaranja, où je suis déjà depuis une semaine », a-t-elle dit.

(CNN)

C’était un mensonge. Elle ne pouvait pas dire à l’officier qu’elle venait de Lima, sinon il ne lui aurait pas permis de poursuivre son voyage.

Mais la mère épuisée a persévéré. Elle faisait ce qu’elle devait faire pour survivre, disait-elle. Le virus n’était pas aussi effrayant que de mourir de faim.

Après sept jours et sept nuits, et 480 km de voyage, Tambo et ses enfants sont arrivés dans sa province natale, la région d’Ucayali, où vit également le peuple autochtone Ashaninka.

Un dernier obstacle se dresse sur leur chemin : l’entrée sur le territoire était interdite à cause du virus.

« Que se passerait-il si une personne infectée arrivait ? Comment éviter cela ? » lui a dit l’un des dirigeants locaux d’Ashaninka . « Le seul respirateur que nous ayons est l’air. Notre centre de santé n’a rien pour combattre le virus. »

Mais Tambo était déterminée. Elle a négocié avec les dirigeants locaux et a été autorisée à rentrer chez elle – à condition qu’elle et les enfants s’isolent pendant 14 jours.

Ils sont arrivés de nuit. Tambo a été bouleversée lorsque les chiens de la famille ont couru pour les accueillir. Elle s’est mise à genoux et a pleuré, remerciant Dieu de l’avoir ramenée à la maison, tandis que les animaux remuaient la queue et se blottissaient contre le bébé dans ses bras.

Alors que ses larmes coulaient, son mari, Kafet, et son beau-père sortirent de l’obscurité.

Il y avait de la joie, mais aussi de la distance. Personne ne pouvait les toucher. Personne ne pouvait les étreindre à cause du virus.

« C’était si difficile, nous avons tellement souffert », leur dit-elle en pleurant. « Je ne veux plus jamais aller à Lima. Je pensais que j’allais mourir là-bas avec mes filles. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ