Une mère italienne au chômage cuisine gratuitement des lasagnes familiales pour tout le monde

Par CNN
30 juin 2020
Mis à jour: 30 juin 2020

Lorsque Michelle Brenner a perdu son emploi à cause de la pandémie, elle a décidé d’utiliser son temps libre et une recette de lasagnes familiale pour créer un mouvement de restauration gratuite au sein de sa communauté dans la province de Washington.

Jusqu’à présent, elle a préparé plus de 1 275 plats de lasagnes pour ses amis, ses voisins, les secouristes et toute personne qui a besoin d’un bon repas fraîchement préparé – sans faire payer qui que ce soit.

Pour Mme Brenner, c’est un travail fait avec amour, et elle ne compte pas s’arrêter.

« Je savais qu’il était temps pour moi de remercier les personnes qui m’ont permis de parcourir le chemin de vie qui m’a conduite jusqu’à présent à 45 ans », a-t-elle déclaré à CNN.

Les lasagnes congelées ne sont pas un régal

Mme Brenner, qui a déménagé à Gig Harbor, Washington, il y a environ six ans, a été licenciée du magasin de vêtements pour hommes au lendemain de l’épidémie du Covid-19. Elle s’est vite rendu compte qu’elle ne pouvait pas rester assise.

Michelle Brenner prépare des repas en utilisant sa recette familiale de lasagnes. (Avec l’aimable autorisation de Michelle Brenner)

Elle a expliqué qu’elle avait décidé d’aider les personnes âgées de sa communauté et les personnes qui ne pouvaient pas faire leurs courses elles-mêmes pendant la pandémie.

Elle s’est donc engagée à travailler comme acheteur pour Instacart. Elle n’a passé que deux jours à travailler avec l’application de livraison de produits d’épicerie, ce qui lui a permis de remarquer que ses clients demandaient toujours le même plat : les lasagnes surgelées.

L’un de ces clients était un homme d’environ 90 ans. Mme Brenner a raconté que lorsqu’elle lui a livré les lasagnes congelées et d’autres articles, il lui a avoué qu’il n’avait pas eu de repas frais depuis près d’un mois et demi.

Ce moment a incité Mme Brenner à faire ses propres courses pour trouver les ingrédients nécessaires à la préparation de lasagnes fraîches familiales élaborées à partir de la recette de sa grand-mère.

« Les lasagnes congelées ne sont pas un régal », a-t-elle déclaré. « Je ne suis pas une fan des lasagnes congelées. Je suis très italienne. »

Une fois son plat sorti du four, Mme Brenner est allée sur Facebook pour faire ce que tant d’autres ont fait pendant la quarantaine : partager son repas maison sur les médias sociaux. Dans son post, Mme Brenner a proposé de faire ses lasagnes et de les livrer gratuitement à tous ceux qui en voulaient.

Repas préparés par Michelle Brenner à partir de sa recette familiale de lasagnes. (Avec l’aimable autorisation de Michelle Brenner)

Après avoir reçu suffisamment de demandes, elle est allée au magasin et a dépensé ses 1 200 $ en ingrédients pour commencer à cuisiner.

Elle a fait plus de 130 plats de lasagnes et les a distribués gratuitement à ceux qui en avaient fait la demande.

« Le but est de développer ce sens de la communauté partout où nous le pouvons, en utilisant le réconfort apporté par les lasagnes », a-t-elle déclaré. « Donc, je ne veux pas que quelqu’un se sente exclu parce que la réalité veut qu’il y ait des personnes qui n’ont pas les moyens de donner un dollar. »

Une opération menée par une seule femme

Il s’agit d’une opération menée par une seule femme. Mme Brenner passe huit à quatorze heures par jour à faire la cuisine elle-même. Elle a passé les 90 derniers jours à travailler sans prendre un jour de congé.

« Beaucoup d’entre nous vont au travail et veulent rentrer chez eux tout de suite […] je n’ai jamais eu ce sentiment », dit-elle en parlant de son récent projet de cuisine.

Mme Brenner a lancé l’opération chez elle, en poussant sa cuisine à ses limites et en installant un garde-manger sans contact dans sa cour.

Récemment, elle a expliqué qu’elle avait obtenu l’usage gratuit d’une cuisine commerciale au club des sportifs de Gig Harbor, ce qui lui a permis de développer son activité.

(Illustration – JKorotchenkova/Shutterstock)

Le fait de distribuer les lasagnes a permis à Mme Brenner de constater par elle-même le fruit de son travail.

Une famille, dit-elle, a pleuré lorsqu’elle est arrivée le jour de Pâques, car sans les lasagnes et autres friandises qu’elle leur a apportées, ils n’auraient rien eu pour célébrer la fête cette année. Une autre femme a confié à Mme Brenner qu’elle avait donné des lasagnes aux infirmières qui s’occupaient de sa mère dans un service spécialisé pour la maladie d’Alzheimer.

Mme Brenner estime que ses lasagnes apportent plus que de la nourriture : elles permettent aux membres de la famille de créer des liens.

« C’est un repas de famille, c’est du temps pour s’asseoir ensemble, ce sont des souvenirs, ce sont des conversations », dit-elle. « C’est quelque chose dont vous vous souviendrez toute votre vie. »

Bien qu’elle distribue les lasagnes gratuitement, de nombreux membres de sa communauté ont voulu participer. Ils ont décidé d’organiser une série de collectes de fonds en ligne pour aider Mme Brenner à poursuivre l’opération. Au cours des neuf dernières semaines, Mme Brenner a déclaré qu’ils avaient récolté plus de 23 000 $ pour elle, ce qui s’est traduit par 1 275 plats de lasagnes.

Bien que Mme Brenner ne sache pas ce qui arrivera à la fin de son congé, elle a précisé qu’elle n’avait pas l’intention d’arrêter de faire des lasagnes pour les autres. Elle a qualifié l’expérience qui consiste à préparer des lasagnes pour sa communauté de « rêve devenu réalité ».

« Les gens me demandent : ‘Êtes-vous fatiguée ?' », dit Mme Brenner, « et je réponds : ‘Vous savez, je n’ai pas le temps de penser à ça, j’ai des lasagnes à faire.' »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ