Une mère transforme son compte de médias sociaux en association à but non lucratif avec 4000 mères pour aider les sans-abri

Par Jenni Julander
5 novembre 2020
Mis à jour: 16 novembre 2020

Parmi les innombrables groupes sur le réseau social Facebook, un groupe en particulier a fait bien plus que simplement afficher des messages entre ses membres.

À Détroit, Ericka Woods, une mère de deux enfants, a fait de son compte Facebook une « sororité » pour les mères qui veulent donner en retour à leur communauté. Et elle a attiré des milliers de membres.

Lorsqu’Ericka a été confrontée aux difficultés d’être mère d’un de ses enfants, elle a réalisé l’importance d’avoir une communauté de soutien vers laquelle se tourner.

Elle a donc décidé d’être le changement qu’elle espérait.

(Avec l’aimable autorisation d’Ericka Woods)

« J’ai décidé de créer une plateforme pour les mères afin qu’elles puissent se défouler, partager et aussi donner à la communauté », a-t-elle confié à Fox2.

Passionnée par l’idée de venir en aide à ses voisins dans le besoin, Ericka n’a pas perdu de temps pour encourager les femmes à se soutenir mutuellement et à aider les membres les moins fortunés de leur communauté.

En peu de temps, le groupe Facebook de son association à but non lucratif, 1Mother2Another, a attiré près de 4000 mères qui se sont mobilisées pour aider à lutter contre la faim et être sans abri.

« J’ai toujours adoré donner en retour. Donner et aider les sans-abri a toujours été quelque chose de spécial pour moi », a dit Ericka.

(Avec l’aimable autorisation d’Ericka Woods)

Le groupe précise sa mission sur son site web : « 1Mother2Another est une organisation à but non lucratif qui se consacre à la motivation, à l’autonomisation et à l’éducation des mères de tous horizons. Grâce à la sensibilisation communautaire, aux services de soutien et à la facilitation des ressources, nous nous efforçons d’unifier et de soutenir les mères du monde entier. »

Ericka vient de terminer sa publicité et sa collecte de fonds pour son œuvre de charité préférée, surnommée « Socktober » qui collecte des chaussettes pour les sans-abri. La campagne a même inclus le tout premier panneau d’affichage d’Ericka.

(Avec l’aimable autorisation d’Ericka Woods)

« Mon plus grand souhait est de faire participer la communauté », a-t-elle dit. « Je vais afficher quelque chose sur les réseaux sociaux : ‘Bonjour tout le monde, j’ai une opportunité pour nous de faire du bénévolat. Il y a cette grande organisation avec laquelle nous travaillons, Elevate Detroit, qui organise un barbecue pour les sans-abri tous les samedis. On y va et on distribue des chaussettes. Nous irons aussi dans différents endroits du centre-ville et on donnera des chaussettes aux refuges.’ »

Ericka a dit que les chaussettes sont l’un des dons les plus importants qu’elle ait collectés.

« Beaucoup de gens, quand on leur donne des chaussettes, n’en ont même pas à ce moment-là », a-t-elle ajouté. « Ils sont toujours très reconnaissants de ce qu’on leur donne. Parce que non seulement je collecte les chaussettes, mais je peux aussi leur offrir des sacs de couchage. Alors je mets des chauffe-mains dans les sacs, des chaussettes, tout ce dont ils ont besoin quand ils sont dans la rue et ils sont très, très reconnaissants. »

Pour le mois de novembre, Ericka se concentre à remplir des sacs de chaussettes et d’autres articles pour les sans-abri.

Elle invite toutes les femmes à se joindre à elle et à contribuer à la réalisation de la vision de l’association, qui est « de voir moins de sans-abri dans la rue, de nourrir plus de personnes affamées, de voir moins de familles sans abri et plus de femmes autonomes ! » Toute personne qui souhaite faire un don peut le faire en la contactant sur Facebook.

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ