Une nouvelle étude « passionnante » révèle que le venin des abeilles permet de tuer les cellules cancéreuses du sein en laboratoire

Par Louise Bevan
6 septembre 2020
Mis à jour: 6 septembre 2020

Une équipe de scientifiques australiens a mené des travaux de laboratoire en utilisant du venin d’abeille avec des résultats encourageants ; le venin, ont-ils découvert, a la capacité de stopper la croissance des cellules agressives du cancer du sein.

Le Dr Ciara Duffy, responsable d’étude et chercheuse diplômée de l’Institut Harry Perkins de recherche médicale en Australie occidentale, a déclaré à la BBC que les 312 extraits de venin recueillis étaient « extrêmement puissants ». Un échantillon a détruit ses cellules cancéreuses cibles en 60 minutes seulement.

L’étude, publiée le 1er septembre dans la revue spécialisée « NPJ Precision Oncology », portait sur deux souches de cancers du sein agressifs et difficiles à traiter : les cancers triple négatif et les cancers enrichis en HER2. En général, ces cancers sont traités par chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

« J’ai commencé par recueillir le venin des abeilles de Perth », a expliqué Mme Duffy à Medical Xpress. « Les abeilles de Perth sont parmi les plus saines du monde ».

« Les abeilles ont été endormies avec du dioxyde de carbone et maintenues sur de la glace », a-t-elle poursuivi, « avant que l’ardillon à venin soit retiré de l’abdomen de l’abeille et que le venin soit extrait à l’aide d’une dissection minutieuse ».

(CL-Medien/Shutterstock)

Alors que le venin des abeilles européennes d’Australie, d’Irlande et d’Angleterre provoquait une désintégration des cellules cancéreuses similaire, le venin de bourdon était « incapable d’induire la mort cellulaire », même lorsqu’il était utilisé à des concentrations élevées.

Le composé actif de mélitine du venin d’abeille – la principale substance produisant de la douleur dans le venin d’abeille – a également été efficace pour perturber la croissance des cellules cancéreuses lorsqu’il est utilisé de manière isolée, sans nuire aux cellules environnantes. L’équipe de Mme Duffy a découvert que la mélitine produite synthétiquement par le laboratoire était également capable de reproduire la majorité des puissants effets anticancéreux du venin d’abeille.

L’équipe de recherche a exprimé son enthousiasme mais a précisé que des tests supplémentaires sont nécessaires pour savoir si le composé peut être produit comme médicament pour des patients.

(Frank Reiser/Shutterstock)

Le 2 septembre, le responsable scientifique en chef de l’Australie occidentale, le professeur Peter Klinken, a salué les conclusions de l’équipe de recherche comme étant « incroyablement passionnantes ».

« De manière significative, cette étude démontre comment la mélitine interfère avec les voies de signalisation à l’intérieur des cellules cancéreuses du sein pour réduire la réplication cellulaire », a-t-il expliqué à la presse britannique. « Elle fournit un autre merveilleux exemple de l’utilisation des composés de la nature pour traiter les maladies. »

Le professeur associé Alex Swarbrick, de l’Institut Garvan de recherche médicale de Sydney, a fait écho à l’enthousiasme de M. Klinken tout en partageant certaines réserves quant aux perspectives de développement d’un médicament à usage humain.

« De nombreux composés peuvent tuer une cellule de cancer du sein dans une boîte ou chez une souris », a-t-il commenté. « Mais il y a un long chemin à parcourir pour passer de ces découvertes à un produit qui peut changer la pratique clinique ».

(Daniel Prudek/Shutterstock)

Le venin d’abeille est utilisé en médecine depuis des milliers d’années et a même été utilisé dans des études antérieures sur le cancer ; on sait déjà que la mélitine a la capacité de réduire les tumeurs dans les mélanomes, les glioblastomes et les leucémies, ainsi que les cancers des ovaires, du col de l’utérus et du pancréas. Les cancers du sein agressifs restent un domaine relativement inexploré.

Outre le cancer de la peau, le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes aux États-Unis, selon Breastcancer.org. Environ une femme sur huit, soit 12 % de la population féminine, développera un cancer du sein au cours de sa vie.

Mme Duffy reste optimiste quant à l’étendue des possibilités d’utilisation du venin d’abeille dans la lutte contre le cancer du sein et convient qu’il est primordial de poursuivre les recherches. « Comprendre la base moléculaire et la spécificité du venin d’abeille contre les cellules cancéreuses est essentiel pour développer et optimiser de nouvelles thérapies efficaces », écrit-elle dans les conclusions de l’étude.

La beauté du venin d’abeille, explique Mme Duffy, est qu’il est « largement disponible » en tant que produit naturel et « rentable à produire dans de nombreuses communautés à travers le monde ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ