Une nouvelle mygale découverte en Australie cache son terrier derrière une porte à charnières

Par Louise Bevan
21 juillet 2020
Mis à jour: 21 juillet 2020

Un nouveau genre de mygales fouisseuses noires a été découvert dans l’est de l’Australie. Contrairement à d’autres araignées qui tissent des toiles, les mygales fouisseuses noires vivent dans des terriers au sol parfaitement camouflés avec des portes à charnières faites de feuilles, de brindilles et de soie d’araignée.

La nouvelle arachnide a été aperçue par des scientifiques dans la banlieue de Brisbane.

Des chercheurs de l’université Griffith et du Queensland Museum ont émis l’hypothèse que cette araignée est peut-être restée à l’abri des découvertes pendant si longtemps en raison de cette façon unique de se cacher, qui la protège des prédateurs.

Le Dr Jeremy Wilson photographié avec une mygale fouisseuse noire sur sa main (avec l’aimable autorisation d’Eamon Amsters via Jeremy Wilson )

Les mygales fouisseuses noires constituent une famille d’araignées qui porte le mon latin Ctenizidae, répandue sur la côte est de l’Australie, selon le Dr Jeremy Wilson, chercheur basé en Argentine. Cependant, des différences dans l’apparence physique du spécimen de Brisbane ont alerté l’équipe de recherche sur un genre entièrement distinct.

« Nous avons comparé leur apparence physique et les terriers qu’elles construisent, puis nous avons recherché des différences moléculaires dans leur ADN », a expliqué le Dr Wilson dans un communiqué.

Le spécimen de Brisbane protège également son terrier en construisant une fine trappe ressemblant à une gaufrette au-dessus du terrier, conçue avec de la soie d’araignée et des matériaux fourragers.

Le terrier d’une mygale fouisseuse noire intelligemment dissimulé (Avec l’aimable autorisation de Michael Rix via Jeremy Wilson)

L’équipe a nommé le nouveau genre Cryptoforis, qui signifie porte cryptique, en référence à leurs cachettes souterraines. Le Dr Wilson a ensuite choisi le spécimen de Brisbane, Cryptoforis hughesae, comme point de référence pour les près de 20 espèces supplémentaires du groupe.

Il a eu l’honneur de fournir le suffixe, hughesae, en hommage à son mentor à la retraite, la professeure émérite Jane Hughes. « Jane a eu un impact énorme sur mon développement en tant que scientifique, et sans aucun doute sur beaucoup d’autres », a-t-il expliqué.

« Nommer cette espèce d’araignée », a-t-il poursuivi, « qui se trouve dans les forêts qui entourent les campus de l’université Griffith, à Brisbane, m’a semblé être un hommage approprié pour tout ce qu’elle a fait pour moi et tant d’autres à l’université Griffith. »

La porte recouvrant le terrier d’une mygale fouisseuse noire soutenue par une brindille(Avec l’aimable autorisation de Michael Rix via Jeremy Wilson)

Le Dr Michael Rix, co-auteur de la recherche et conservateur principal d’arachnologie du Queensland Museum, a fait l’éloge de la découverte de Jeremy Wilson et de son équipe au journal en ligne Griffith News. « Ce groupe de mygales fouisseuses noires nouvellement décrit est beaucoup plus répandu et diversifié que nous ne le pensions auparavant », a-t-il expliqué « et les recherches méticuleuses de Jeremy ont contribué à révéler cette faune cachée. »

Les mygales fouisseuses noires vivent généralement dans des terriers souterrains pour se cacher des prédateurs, mais aussi pour chasser leurs propres proies, selon l’Australian Museum. Cependant, leur nom est un abus de langage ; tous les membres de l’espèce ne font pas de portes à charnières pour leurs terriers comme le fait Cryptoforis hughesae.

Comme c’est typique de la plupart des arachnides, la femelle de l’espèce est plus grande que son homologue mâle. Les mygales fouisseuses noires sont timides, mais les mâles peuvent se dresser s’ils se sentent menacés.

Un jeune mâle Cryptoforis hughesae de Brisbane, Australie (avec l’aimable autorisation de Jeremy Wilson )

Leur régime alimentaire se compose principalement de grillons, de papillons de nuit, de coléoptères et de sauterelles, qu’ils attendent dans la sécurité de leurs terriers. L’araignée est légèrement venimeuse, bien qu’elle ne soit pas considérée comme dangereuse pour les humains ; une morsure ne causera généralement qu’une légère douleur ou un gonflement de la zone.

Elles peuvent vivre entre 5 et 20 ans.

La découverte de Cryptoforis et la description de ce groupe d’araignées s’ajoutent aux connaissances des chercheurs sur la diversité de la faune d’invertébrés australiens, a déclaré le Dr Wilson dans un communiqué. C’est également la « première étape cruciale vers la protection de ces araignées insaisissables », a-t-il ajouté.

La recherche de Jeremy Wilson a été publiée dans la revue à comité de lecture Cladistics.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ