Une photo d’un chien sans-abri qui s’accroche à un ours en peluche devient virale, laissant les gens tristes et en colère

Par Robert Jay Watson
1 août 2019 Mis à jour: 1 août 2019

Tout a commencé avec une photo qu’on ne peut que qualifier de triste. Un chien errant est allongé sur le trottoir, apparemment oublié et mal-aimé. Sa seule source de réconfort, c’est un ours en peluche tout aussi rejeté et oublié auquel il s’accroche aussi fort que possible.

La photographe, Yvette Holzbach, a écrit : « Voici un chien errant qui se console avec un jouet usé et jeté. Combien de chiens sont ainsi jetés à la rue une fois qu’ils ont rempli leur tâche ? »

L’image est devenue massivement virale lorsque les gens ont écrit sur Internet pour exprimer leur inquiétude pour le chien et découvrir ce qui s’était passé.

Mais alors que de nombreuses personnes ont remercié Mme Holzbach d’avoir attiré l’attention sur le pauvre chien, d’autres l’ont critiquée pour ne pas avoir ramené le chien avec elle sur-le-champ.

En tant que sauveteur canin engagé, Yvette Holzbach travaille avec une organisation appelée Forgotten Dogs of the 5th Ward (Chiens Oubliés de la 5e section), tentant d’aider les chiens de rue dans l’un des quartiers les plus pauvres de Houston, Texas.

Elle prend et affiche régulièrement des photos de chiens abandonnés lors de ses patrouilles dans le quartier. Avec ses collègues sauveteurs, ils essaient de retrouver les propriétaires de chiens perdus, d’obtenir des soins vétérinaires, de les faire stériliser et, dans bien des cas, de les faire adopter et prendre en charge.

Mais l’énormité du problème échappe souvent à ceux qui ne voient pas ce que fait Yvette Holzbach. Après que sa photo a fait le tour de la toile, de nombreux détracteurs ont posé la question simple mais brutale : « Pourquoi n’avez-vous pas sauvé le chien ? »

Mme Holzbach s’est donc tournée vers Facebook pour décrire avec exactitude ce qui se passe tous les jours pour des sauveteurs comme elle et aider à dépasser les incompréhensions.

Comme l’écrivait Mme Holzbach sur la page « Chiens oubliés de la 5e section » : « Sur une seule tournée de ravitaillement, nous pouvons nourrir jusqu’à 50 chiens errants. Sur ces 50 chiens, nous avons de la chance si nous pouvons en sauver un seul, parce que la triste vérité est qu’il n’y a pas suffisamment de foyers d’accueil pour placer ces chiens. »

Si ses collègues et elle devaient ramasser tous ces chiens, ils n’auraient nulle part où les emmener. Au lieu d’essayer de tous les récupérer, ils essaient de fournir des soins médicaux au plus grand nombre, et pour ceux qui ne peuvent plus rester dans la rue, ils tentent de les sauver et de les héberger.

Mme Holzbach a souligné à quel point le problème est grave et combien ses collègues et elles sont tristes de laisser des chiens errer dans la rue. Elle a également invité tous les critiqueurs à venir constater par eux-mêmes.

« S’il y a quelqu’un qui ne comprend pas tout à fait à quoi nous sommes confrontés, nous vous invitons à faire une tournée avec nous. Vous serez étonné du nombre de chiens sans-abri rencontrés. »

Il s’est avéré qu’il existait au moins un humain qui se souciait de Teddy, nom donné au chien par Yvette Holzbach du fait de sa peluche. Lorsque Mme Holzbach et ses collègues de Forgotten Dogs sont retournés voir ce qui était arrivé aux chiens errants dans la rue, ils ont rencontré un homme de 87 ans, M. Calvin, qui a reconnu le chien sur la photo et a déclaré que c’était l’un des nombreux chiens qu’il avait nourris.

Comme l’écrivait Mme Holzbach, « c’était son chien, de même que beaucoup d’autres qu’il avait sauvé des rues du 5e arrondissement au fil des ans. À une époque, il en avait jusqu’à 20 dans sa cour arrière. »

Pouvant sans conteste reconnaître qu’il aimait les chiens, l’organisation d’Yvette Holzbach lui a offert de passer stériliser les trois chiens restants chez lui, gratuitement.

C’était un épisode qui illustrait exactement ce dont Mme Holzbach avait parlé. « J’espère qu’en publiant l’image, la sensibilisation à la situation critique du chien de la rue a été accrue. Nous faisons face à une bataille difficile et nous ne pouvons qu’espérer qu’arrivera un jour où aucun chien n’aura à lutter pour survivre dans la rue. »

Malheureusement, M. Calvin est décédé en 2018, mais sa gentillesse envers les chiens de Houston ne sera jamais oubliée grâce à Yvette Holzbach et aux efforts continus de son organisation pour aider ceux qui ont été laissés pour compte.

[epoch_social_embed]

RECOMMANDÉ