Une photographe capture la puissance impressionnante des chevaux de trait dans ses clichés dramatiques de chevaux en mouvement

Par Michael Wing
7 septembre 2021
Mis à jour: 7 septembre 2021

Une photographe néerlandaise a eu l’idée de prendre des photos sur la plage, où capturer ses chiens en action a éveillé son intérêt. Plus tard, elle a porté cet intérêt à un tout autre niveau, photographiant des chevaux énormes dans des prises de vue dynamiques.

L’affection de Christina Merk pour la photographie lui a été transmise par son père lorsqu’elle était enfant. Il possédait une chambre noire qui a éveillé sa passion. Elle posait aussi parfois comme modèle pour son père.

Enfant, elle aimait aussi beaucoup les chevaux et les montait souvent.

« J’adore photographier des chevaux en mouvement », a-t-elle dit à Epoch Times. « Leur force, leur beauté et leur liberté sont les plus belles choses qui soient. »

(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)

Représenter la force dont font preuve ces animaux puissants à l’aide de son objectif est son plus grand défi, a-t-elle dit, ajoutant que « les chevaux sont grands et rapides » et que « les capturer correctement » est son but ultime.

Plutôt que de photographier des races plus petites, fougueuses et nerveuses, Christa préfère photographier des chevaux à sang froid (des races au tempérament plus calme), tels que les grands chevaux de trait et les frisons, qui rendent la prise de vue très facile.

« Le mouvement d’un frison est royal et l’apparence d’un cheval de trait est magnifique », a-t-elle confié au journal. « Ils sont calmes dans leur tête et ne s’énervent pas facilement. »

(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)

Christa préfère prendre des photos de chevaux dans un cadre naturel. Elle photographie aussi bien les chevaux sauvages des Pays-Bas que les chevaux domestiques, en demandant d’abord la permission à leurs propriétaires. La photographe, qui travaille également comme audioprothésiste, n’utilise pas de trépied et préfère un Nikon D850. Elle utilise les objectifs Nikkor 70-200 2.8 et Sigma 105 1.4.

« Je photographie toujours les chevaux avec une vitesse d’obturation rapide et mon objectif grand ouvert, donc une ouverture de 1,4 ou 2,8 », a-t-elle partagé.

La photographe crée sa signature : des effets oniriques, souvent sombres et dramatiques dans ses photos en utilisant des techniques de post-traitement dans Adobe Lightroom, ce qui permet de faire ressortir la puissance royale et la beauté sublime des chevaux. Elle expose ses travaux sur Instagram et sur son site web.

La photographe aime faire de longues promenades et photographier l’environnement naturel. « J’aime rechercher les animaux sauvages dans la nature et les capturer sans me faire remarquer », a-t-elle dit.

(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
(Avec l’aimable autorisation de Christa Merk)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ