Une pratiquante de Falun Gong meurt en prison en Chine pour ses convictions

Par Frank Yue
15 février 2021
Mis à jour: 15 février 2021

Ding Guiying, une résidente de la ville de Kunming, dans la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, a été secrètement condamnée à la prison pour sa croyance au Falun Gong et est récemment morte en détention, selon un rapport du 9 février du site de Minghui.org, un site web américain qui suit la persécution du Falun Gong en Chine.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle chinoise qui consiste en des exercices de méditation simples et lents et des enseignements basés sur le principe d’Authenticité, Bienveillance, Tolérance. Sa popularité s’est accrue au cours des années 1990, avec 70 à 100 millions de pratiquants en Chine à la fin de la décennie, selon les estimations officielles de l’époque.

Se sentant menacé par sa popularité, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une campagne d’élimination systématique en juillet 1999. Depuis lors, des millions de personnes ont été détenues dans des prisons, des camps de travail et d’autres installations, et des centaines de milliers ont été torturées pendant leur incarcération, selon le site du Centre d’information sur le Falun Dafa.

Le 28 août 2019, vers 19 heures, des agents de la Sécurité intérieure (une agence spécialement chargée de réprimer la dissidence) du district de Guandu, dans la ville de Kunming, ont fait une descente au domicile de Ding Guiying sans fournir de motif légal et ont confisqué ses effets personnels.

Ding a résisté à leur arrestation et a été emmenée de force de son domicile et placée dans un véhicule de police.

Ding, qui a 70 ans, a été détenue au centre de détention de Kunming. Sa famille n’a pas été autorisée à lui rendre visite.

La famille s’est adressée avec insistance à la division de la Sécurité intérieure et a exigé sa libération du centre de détention.

À la mi-janvier 2021, la famille de Ding a reçu un appel inattendu de la deuxième prison pour femmes du Yunnan, dans la ville de Kunming. Ils lui ont annoncé que Ding y avait été incarcérée et qu’elle était décédée le 15 janvier à 8 h 53, après avoir essayé en vain de soigner sa « maladie soudaine », qui serait survenue la veille.

Le 19 janvier, le corps de Ding a été transporté par les gardiens de la prison au crématorium.

Ce n’est qu’après la mort de Ding que sa famille a reçu un « avis d’admission » de la prison, indiquant que Ding avait « été condamnée à quatre ans de prison par un tribunal du district de Wuhua de la ville de Kunming le 10 juillet 2020 ».

Ce n’était pas la première fois que Ding était victime de persécution.

En effet, le 11 mai 2011, Ding et plus de dix pratiquants de Falun Gong ont été enlevés par la division locale de la sécurité intérieure lors d’un raid mené sous les instructions directes de Zhou Yongkang, alors chef de la Commission des affaires politiques et juridiques de Chine, selon Minghui.org.

Cette agence détenait autrefois de larges pouvoirs, supervisant toutes les facettes de l’appareil de sécurité chinois, y compris les prisons, les tribunaux et la police. Alors que Zhou était chef de la sécurité, il dirigeait l’agence et les bureaux 610 locaux pour réprimer les pratiquants du Falun Gong.

Le Bureau 610 est une agence extrajudiciaire créée en 1999 dans le seul but de persécuter le Falun Gong. Il dispose d’un pouvoir absolu à chaque niveau de l’administration du Parti communiste chinois et son influence dépasse celle des autres organisations politiques et judiciaires.

Peu après l’enlèvement, Ding a été condamnée à trois ans à la deuxième prison pour femmes du Yunnan. Elle a été soumise à des travaux forcés et à la torture jusqu’à sa libération à la mi-avril 2014.

L’isolement cellulaire et les séances de lavage de cerveau sont des méthodes de torture courantes utilisées contre les pratiquants du Falun Gong incarcérés à la prison pour femmes du Yunnan, selon un rapport publié par Minghui.org le 30 janvier.

Le rapport indique que les autorités pénitentiaires feraient participer les gardiens et les autres détenus à la persécution des pratiquants du Falun Gong en leur offrant des incitations financières et des réductions de peine.

En date du 15 février, 4 582 pratiquants de Falun Gong sont reconnus avoir été tués à la suite de la persécution, selon les dernières statistiques de Minghui.org. Les experts en droits de l’homme affirment que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé, car il est difficile de faire sortir des informations sensibles de Chine.

Au total, 921 législateurs de 35 pays et régions du monde ont publié une déclaration commune à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre dernier, pour condamner les persécutions du régime chinois contre le Falun Gong, qui durent depuis des décennies.

Le même jour, les États-Unis ont également sanctionné un fonctionnaire chinois pour son rôle dans les violations des droits de l’homme à l’encontre des pratiquants du Falun Gong, faisant de lui le tout premier persécuteur du Falun Gong à être puni.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ