Une professionnelle de la finance quitte son emploi pour mener des recherches sur les oiseaux de mer et la pollution marine

Par Yeny Sora Robles
13 novembre 2021
Mis à jour: 13 novembre 2021

Une ancienne employée d’une société de courtage en prêts hypothécaires a abandonné son emploi pour suivre sa vocation dans la recherche sur les oiseaux de mer. Elle a reçu la plus haute distinction académique de son université après avoir cartographié la mer de Tasmanie et la mer de Corail.

L’Université de Sunshine Coast a reconnu les efforts de Bianca Keys le semestre dernier en lui décernant une médaille universitaire pour son diplôme en écologie animale. Elle a obtenu une moyenne quasi parfaite de 6,95 sur 7.

« Quitter un emploi à temps plein pour suivre mon véritable rêve a été un moment déterminant pour moi, et je peux dire sans me tromper que j’ai pris l’une des meilleures décisions de ma vie », a déclaré Bianca Keys.

Établir des cartes sur les oiseaux de mer et étudier l’étendue de la pollution par les matières plastiques pour protéger les animaux semblait être un choix de carrière plus convaincant pour Bianca Keys.

Bianca Keys sur le terrain pendant le comptage hivernal des échassiers de BirdLife Tasmania. (Caitlyn O’Reilly)

Sa mère et sa grand-mère ont toutes deux été des professionnelles de la finance. Aimant travailler avec les chiffres, Bianca a étudié la finance et a commencé à travailler dans la gestion des prêts immobiliers.

Mais sa véritable passion, depuis son plus jeune âge, a toujours été de travailler avec les animaux et de participer aux opérations de protection de la nature. Elle a donc décidé de démissionner pour retourner étudier l’écologie animale à l’université.

« Maintenant, il s’avère que j’aime travailler avec les chiffres d’une manière différente : les statistiques ! » a déclaré Bianca à Epoch Times.

« J’ai toujours aimé les animaux en grandissant, mais les oiseaux ont toujours eu une place particulière pour moi. J’ai élevé des canards et des poulets pendant des années », a déclaré Bianca.

Bianca a aussi été une championne de natation nationale, elle a donc passé beaucoup de temps dans des piscines et à la plage.

« Donc, à mon avis, les oiseaux de mer m’offrent le meilleur des deux mondes : ce sont des oiseaux et ils vivent dans l’océan », a-t-elle ajouté.

Dissection d’un puffin à queue courte à l’Institut d’études marines et antarctiques. (Jennifer Lavers)

Au cours de sa dernière année d’études, Bianca a mené une expédition d’un mois à bord d’un navire de recherche. L’équipe d’étudiants observateurs a répertorié plus de 3 300 oiseaux marins dans les mers de Tasmanie du Nord et de Corail du Sud.

Le voyage n’a pas toujours été de tout repos.

« J’ai dû faire face au roulis du navire, aux conditions difficiles causées par le soleil et le vent, au mal de mer, tout particulièrement lorsque j’ai navigué pour la première fois », a expliqué Bianca.

La cartographie des oiseaux de mer favorise leur préservation et leur protection. Il s’agit d’enregistrer des informations sur les espèces, notamment leurs comportements et leurs relations avec les autres caractéristiques de l’océan, ainsi que les conséquences de l’activité humaine sur les environnements marins.

« Même si j’ai de l’expérience dans l’étude des oiseaux terrestres, identifier des oiseaux de mer est une tâche bien différente car il s’agit de la nature vivante et changeante de la mer », a ajouté Bianca.

La cartographie des fonds marins, la collecte de données magnétiques marines et le filtrage de l’eau de mer permettant d’étudier la contamination due aux micro-plastiques font partie des autres objectifs poursuivis par l’expédition.

Les oiseaux de mer fournissent des signaux utiles sur les changements et les modifications de la chaîne alimentaire. (Miguel Medina/Getty Images)

« Les oiseaux de mer fonctionnent comme un système d’alerte préventif ou un indicateur de l’état des écosystèmes océaniques, car ce sont les principaux prédateurs marins, ils fournissent des signaux ou des indications sur les changements et les variations de la chaîne alimentaire marine », a déclaré Bianca.

« Comme ils fréquentent à la fois la terre et la mer, nous pouvons utiliser ces signaux pour élaborer les plans de gestion futurs et comprendre les effets de la pollution et des autres impacts liés à l’activité humaine. »

Bianca a choisi de se concentrer sur les puffins à queue courte et les puffins cendrés, car ils fournissent des données de référence indispensables pour évaluer les microplastiques ingérés sur les îles éloignées, lorsqu’on les compare aux côtes peuplées par l’homme.

« L’un des points forts de cette expérience a été de découvrir les nombreuses espèces d’oiseaux marins, dont certaines ne peuvent être observées que lors d’un voyage en mer, sur un récif corallien éloigné ou sur une île. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ