Une structure glaciaire mystérieuse constituée par des centaines d’os de mammouths a été découverte en Russie

Par CNN
19 mars 2020
Mis à jour: 19 mars 2020

Il y a environ 25 000 ans, des chasseurs ont utilisé les os de 60 mammouths pour construire une grande structure circulaire en Russie. Et personne ne sait pourquoi.

Des chercheurs ont fouillé le site pour tenter de comprendre, ils ne savent pas pourquoi la structure a été construite, selon une nouvelle étude.

Ce n’est pas la première maison en mammouth que l’on trouve en Russie, mais c’est la plus ancienne et la plus grande, mesurant 12,5 mètres de diamètre.

Dans les années soixante et soixante-dix, des chercheurs ont trouvé sur ce site des constructions similaires, plus petites, qu’ils ont baptisées « Kostenki 11 ». Ce site, qui se trouve à 500 km au sud de Moscou, abrite aujourd’hui un musée, le musée-réserve archéologique d’État Kostenki.

En 2014, les chercheurs ont trouvé des traces de cette structure sur le site et ont commencé les fouilles en 2015, qui ont duré trois ans. Une étude qui détaille leurs découvertes a été publiée cette semaine dans la revue Antiquity.

Ces structures osseuses de mammouth, qui datent de l’ère glaciaire, ont été trouvées dans toute l’Europe de l’Est. Jusqu’à présent, les plus anciennes découvertes datent d’il y a 22 000 ans.

La majorité des os trouvés sur le site étudié, dans les plaines russes, proviennent de mammouths. Au total, 51 mâchoires inférieures et 64 crânes de mammouths ont été utilisés pour construire les murs de la structure de 9 mètres sur 9 mètres et dispersés à l’intérieur. (Avec l’aimable autorisation d’Alex Pryor)

En se basant sur des découvertes antérieures, les chercheurs pensent qu’elles ont été construites par les peuples du Paléolithique pour servir de maisons, offrant un refuge pendant les hivers rigoureux. Les hivers de l’ère glaciaire ont probablement connu des minimums de -15 °C.

Construire quelque chose d’aussi immense à partir de centaines d’os de mammouth a dû prendre du temps. C’est surprenant, si l’on considère que les chasseurs n’ont jamais passé beaucoup de temps au même endroit.

« Les os de mammouth sont très lourds, et la construction de cette structure circulaire représente un énorme investissement en temps et en énergie pour les hommes qui l’ont construite », a déclaré Alexander Pryor, auteur principal de l’étude et archéologue paléolithique à l’université d’Exeter.

Les os forment un cercle continu, sans entrée évidente, selon l’étude. Jusqu’à présent, les chercheurs ont identifié 51 mandibules de mammouth et 64 crânes, selon les chercheurs.

À l’intérieur du cercle, les chercheurs ont également trouvé les premières preuves que du bois y a été brûlé. Mais dans l’ensemble, il n’y a aucun signe d’habitation à long terme à l’intérieur de la structure.

Les chercheurs pensent que cette structure n’a pas servi de refuge hivernal, ce qui les a amenés à réfléchir sur la finalité de ces énormes ouvrages dont la mise en oeuvre a nécessité beaucoup de temps.

« Cela signifiait clairement quelque chose pour eux, il y a très probablement eu un aspect rituel, même si la structure a finalement eu une sorte de fonction pratique également », a déclaré M. Pryor.

La richesse des os utilisés pour construire le site est visible lors des fouilles. (Avec l’aimable autorisation d’Alex Pryor)

Enquête sur une maison de mammouths

En tant que première « maison de mammouth » trouvée depuis 40 ans à Kostenki, les chercheurs ont profité de nouvelles techniques pour étudier le site, lesquelles n’étaient pas disponibles pour les structures trouvées auparavant à proximité.

Cela comprend la flottation, quelque chose qui était encore très nouveau au moment où les autres structures ont été mises au jour. Les archéologues utilisent la flottation pour séparer les matériaux du sol, en utilisant de l’eau et des tamis. Cela permet de découvrir de minuscules fragments, qui peuvent fournir des détails plus précis et permettre d’obtenir une histoire plus complète.

La flottation a aidé les archéologues à trouver des renseignements sur une possible source de nourriture pour les chasseurs du site – outre les mammouths.

« Nous avons trouvé des morceaux de tissus végétaux mous que l’on trouve généralement dans les racines ou tubercules comestibles, ce qui fait allusion à un composant végétal dans le régime alimentaire de ces hommes », a déclaré M. Pryor. « Ces découvertes sont importantes, car elles illustrent comment nos vieux ancêtres se sont adaptés pour survivre aux environnements difficiles de la dernière période glaciaire en utilisant les ressources qu’ils ont trouvées autour d’eux. »

C’est également la flottation qui a révélé les minuscules morceaux de bois carbonisé, première preuve que ces hommes ont brûlé des feux de bois dans la structure du mammouth. Et cela suggère que le bois était une ressource utilisée par les chasseurs pendant la période glaciaire.

D’autres régions du nord de l’Europe montrent des signes d’abandon en ce temps-là. Les arbres étaient apparemment une ressource rare et précieuse. Voilà pourquoi Kostenki a été choisi.

« Cela prouve que les arbres étaient toujours présents dans le paysage, malgré les conditions climatiques difficiles de l’époque », a déclaré M. Pryor.

Cette découverte suscite davantage de questions pour les chercheurs, car ils pensent que les chasseurs ont construit ces structures à partir d’os de mammouth, faute de bois. Le choix des os de mammouth est donc délibéré. Mais pourquoi ?

« Nous ne savons pas encore si les os ont été prélevés sur des mammouths récemment chassés et tués par les hommes ou s’ils provenaient de carcasses d’animaux morts de causes naturelles », a déclaré M. Pryor.

Les chercheurs prévoient d’approfondir les investigations sur le site, dans l’espoir de déterminer la finalité de la structure.

« Kostenki 11 semble également trop grand pour être une habitation », a déclaré M. Pryor. « Il est difficile d’imaginer comment une zone aussi grande a pu être couverte en utilisant des matériaux disponibles dans cet environnement. »

Les chercheurs pensent que le site servait à stocker de la nourriture, ce qui a permis aux habitants de survivre pendant l’ère glaciaire et ses hivers dévastateurs.

RECOMMANDÉ