Une survivante de l’Holocauste a commencé à recevoir 200 menaces par jour – maintenant, la police s’en mêle

Par Zusmee Byamba
12 novembre 2019 Mis à jour: 12 novembre 2019

Une Italienne surnommée la « mémoire vivante » de l’Holocauste a été placée sous la protection de la police après avoir déclaré recevoir 200 messages de menaces par jour.

Les menaces en ligne ont commencé après que Liliana Segre, 89 ans, qui est également sénatrice, a proposé la création d’une commission de lutte contre l’intolérance, le racisme et les discours de haine.

« J’ai fait appel à la conscience de tous et j’ai pensé qu’une commission contre la haine en tant que principe serait acceptée par tous », a déclaré Mme Segre à l’époque, selon La Repubblica en Italie.

Son fils de 61 ans, Luciano Belli Paci, a déclaré au New York Times l’état de choc auquel sa mère a fait face.

« Elle est choquée par ces tensions et par toute cette situation », a-t-il dit, ajoutant qu’elle était épuisée par l’immense pression et les controverses politiques.

Mme Segre fait partie des 25 survivants de 776 enfants italiens de moins de 14 ans qui ont été envoyés dans un camp de concentration nazi.

Quand Mme Segre avait 13 ans, elle et son père ont fui l’Italie vers la Suisse, mais ont été refusés d’asile et ont été remis aux nazis, selon le New York Times.

Ils ont été emprisonnés à Milan et son père a ensuite été déporté à Auschwitz où il est mort quelques semaines plus tard. Ses grands-parents sont également morts à Auschwitz après avoir été arrêtés.

Mme Serge elle-même a été déplacée deux fois en Allemagne, mais a été secourue plus tard par l’Armée soviétique.

Lorsque le président de l’Italie, Sergio Mattarella, l’a nommée sénatrice à vie en 2018, elle a déclaré à l’époque qu’il était de son devoir de « transmettre la mémoire » de l’Holocauste, et elle a passé beaucoup de temps dans les écoles pour raconter les événements.

En octobre, Mme Segre a appelé les gens à combattre la haine, le racisme et l’intolérance, a rapporté le New York Times. Mais le parti au pouvoir en Italie s’est abstenu de soutenir sa proposition.

La proposition a été approuvée par le Sénat le 31 octobre sans le vote du parti au pouvoir.

Mme Segre a déclaré que les abstentions l’ont fait se sentir « comme une martienne au Sénat ».

Après le vote, elle a rapporté avoir reçu environ 200 menaces chaque jour.

Les menaces étaient si graves que Renato Saccone, le préfet de Milan, a dépêché deux officiers pour protéger Mme Segre lors de manifestations publiques.

« Les médias sociaux sont pleins de messages racistes et antisémites, je ne suis donc pas surpris que des personnes anonymes attaquent Mme Segre », a déclaré l’historienne Anna Foa à NBC. « Ce qui m’a vraiment surpris et m’inquiète, c’est la position des politiciens de droite contre une vieille femme qui a survécu à l’Holocauste étant enfant. »

« Ce n’est pas un problème réservé aux Juifs. L’antisémitisme a généralement une tendance beaucoup plus large à discriminer les minorités, y compris les étrangers, les musulmans ou les homosexuels », a déclaré Ruth Dureghello, la présidente de la communauté juive de Rome.

RECOMMANDÉ