Une tortue birmane extrêmement rare avec un « air souriant en permanence » revient de la quasi-extinction

Par Louise Bevan
11 septembre 2020
Mis à jour: 11 septembre 2020

Une espèce rare de tortue, particulièrement appréciée pour son expression « souriante » permanente, a été sauvée du bord de l’extinction par une équipe d’ambitieux défenseurs de la nature.

On envisageait de classer la tortue Batagur trivittata comme « éteinte » en 2000, après qu’aucune découverte de spécimens sauvages n’a pu être faite par des scientifiques ayant obtenu l’autorisation d’entrer légalement au Myanmar. Mais un programme de reproduction de deux décennies a permis de reconstituer une population de 1 000 tortues, et ce n’est pas fini.

« Nous avons été si près de les perdre », a déclaré l’herpétologue Steven Platt, de la Wildlife Conservation Society (WCS), au New York Times. « Si nous n’étions pas intervenus au moment où nous l’avons fait, cette tortue aurait tout simplement disparu. »

Éclosion d’une tortue Batagur trivittata (Myo Min Win/WCS Myanmar Program)
Une tortue Batagur trivittata tenue dans une main (Myo Min Win/WCS Myanmar Program)

Batagur trivittata est considérée comme une tortue géante, pouvant mesurer jusqu’à 61 cm de long. Les femelles deviennent plus grandes que leurs homologues mâles.

L’habitat naturel de la tortue est le réseau hydrographique du Myanmar (ex-Birmanie), mais un spécimen vivant a trouvé son chemin dans la collection d’un passionné de tortues américaines au début des années 2000 après avoir été vendu dans une animalerie de Hong Kong. « Elle a fait sensation », a déclaré Rick Hudson, président de la Turtle Survival Alliance (TSA). Les écologistes, a-t-il dit, soupçonnaient les trafiquants locaux de faire sortir clandestinement des animaux du Myanmar.

Le biologiste Gerald Kuchling, de l’université d’Australie-Occidentale, a également été alerté de l’existence de cette espèce en déclin à peu près au même moment, avec une observation sur le terrain qui l’a pris par surprise. Il a organisé une expédition sur les cours supérieurs des rivières Chindwin et Dokhtawady, au Myanmar, pour approfondir ses recherches, et a été « sidéré » de découvrir un certain nombre de spécimens survivants.

Illustration d’une Batagur trivittata femelle (Philbert Charles Berjeau)

Il les a fait transférer au zoo de Mandalay en un rien de temps, car un projet de barrage allait décimer une partie de leur habitat naturel peu après. Un programme d’élevage a été inauguré.

En août, l’herpétologue Platt et son équipe ont publié la toute première description des éclosions de Batagur trivittata dans la revue scientifique Zootaxa. L’espèce, explique M. Platt, était « historiquement répandue et apparemment prospère » ; le déclin de la population au cours des décennies a résulté de « la collecte systématique des œufs, de la capture des adultes à des fins de subsistance, et de la perte d’un habitat de nidification essentiel ».

Dans le cadre du programme de reproduction, le biologiste Kuchling a mis en place une « intendance de la conservation », enrôlant les villageois locaux du Myanmar pour surveiller et protéger les berges et les femelles sauvages nicheuses. La plupart des tortues inscrites au programme de reproduction ont été et sont encore gérées en captivité sur trois sites au Myanmar, et un petit nombre d’entre elles ont été relâchées avec succès dans la nature depuis 2015.

Batagur trivittata, endémique au Myanmar, reste rare à l’état sauvage, bien que son nombre soit en augmentation. (Danny Ye/Shutterstock)

Le plus encourageant est que les femelles sauvages se reproduisent à nouveau. Le mâle de la tortue birmane a même un atout coloré dans son jeu pendant la saison des amours : sa tête passe du vert au jaune, avec des marques noires frappantes, lorsqu’il est prêt à trouver une partenaire.

M. Hudson a présenté au New York Times l’augmentation de la population de la tortue, qui est passée de la quasi-extinction à 1 000 individus dans la nature, comme « l’une des meilleures réussites que nous ayons en matière de conservation des tortues au niveau mondial ». M. Platt a fait remarquer que les pratiques de pêche non durables restent la plus grande menace pour la survie de l’espèce.

Gros plan sur une tortue Batagur trivittata qui vient de naître (Myo Min Win/WCS Myanmar Program)

Pour l’instant, le WCS et la TSA ont diffusé au public une série de photos de bébés tortues Batagur trivittata, dans lesquelles les petits, en bonne santé, qui portent tous les expressions faciales caractéristiques de l’espèce, ont certainement de quoi sourire.

FOCUS SUR LA CHINE – Des poissons morts sur 4 km de plage en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ