Une vingtaine d’Espagnols sont piégés à Wuhan alors que la quarantaine a commencé

Par La Gran Epoca
26 janvier 2020 Mis à jour: 27 janvier 2020

Une vingtaine d’Espagnols ont été piégés dans la ville de Wuhan et sa province de Hubei, l’épicentre du coronavirus qui se propage en Chine, dont beaucoup sont des entraîneurs de l’équipe locale de football Wuhan Three Towns, ont informé samedi des sources diplomatiques à Efe.

L’un d’eux est l’entraîneur des gardiens de buts de Madrid, Oliver Cuadrado, qui, avec d’autres coéquipiers travaillent avec l’équipe chinoise de Wuhan. Ils étaient sur le point de commencer leurs vacances au moment où les autorités chinoises ont décrété la fermeture de la ville de 11 millions d’habitants.

« Pour l’instant, nous allons bien, nous sommes quasiment privés de sortie et nous sommes informés à la minute près des nouvelles qui arrivent au sujet du virus », a expliqué l’entraîneur espagnol lors d’une conversation téléphonique avec Efe de Pékin.

Oliver, qui a joué pour le Real Madrid B et a poursuivi sa carrière de gardien de but avec Compostelle et d’autres équipes, était arrivé à Wuhan en novembre dernier avec un contrat d’un an pour former des gardiens de but dans le système de formation des jeunes de l’équipe locale, actuellement en deuxième division chinoise.

Plus de 20 professionnels du sport espagnols sont employés comme lui par le F.C. des Three Town de Wuhan.

Contrairement aux cinq personnes qui travaillent dans la première équipe et aux neuf autres qui voyageaient pour s’entraîner ou passer des vacances en dehors de la ville avant la quarantaine, Oliver et huit autres coéquipiers étaient coincés à Wuhan.

« Nous sommes tous en bonne santé, nous avons un groupe WeChat (le WhatsApp chinois) où chacun communique chaque jour », explique l’entraîneur dont la vie se limite désormais à être enfermé chez lui et à aller voir ses collègues espagnols pour se sentir mieux entouré.

« La ville est vraiment vide par rapport à il y a trois jours, lorsque la quarantaine a commencé. Maintenant que les rues sont désertes, nous essayons de sortir le moins possible », dit-il.

Heureusement, Oliver explique qu’il a fait suffisamment de provisions pour passer les 8 jours fériés du Nouvel An chinois (de vendredi dernier à vendredi prochain) et qu’il a donc encore des réserves.

« Certains de nos collègues sont allés au supermarché ces jours-ci et il manquait déjà des produits », dit-il.

L’entraîneur reconnaît que, bien qu’il soit bien informé de ce qui se passe, « vous découvrez vraiment la gravité de la situation lorsque vous recevez des appels de vos amis qui se soucient de vous et vous racontent ce qui se passe de l’extérieur ».

Oliver, 42 ans, parle tous les jours avec sa femme et sa jeune fille, qu’il a laissée en Espagne lorsqu’il est venu en Chine, et estime que « les familles souffrent le plus de la distance ».

Il déclare que lui et ses coéquipiers suivent strictement les recommandations de la société espagnole qui gère le club de football, en évitant les foules, en se lavant fréquemment les mains et en portant toujours un masque à l’extérieur.

Il rapporte également que ses traducteurs chinois se soucient d’eux, leur envoient souvent des messages et les tiennent au courant des dernières nouvelles concernant la maladie, qui a déjà fait 56 morts et 2 000 cas dans toute la Chine, la plupart à Wuhan et dans les villes voisines.

Malgré cela, il prétend ne connaître personne qui soit infecté par le virus et que ses traducteurs ne connaissent pas non plus de cas.

Bien que la nouvelle pneumonie soit effrayante et puisse provoquer la panique, les 2 000 cas et plus détectés jusqu’à présent représentent un pourcentage infime dans une ville de 11 millions d’habitants.

« Dans un pays avec tant de villes et d’habitants, c’est déjà une coïncidence que nous ayons été touchés ici même », se lamente-t-il.

Lui et ses collègues sont en contact permanent avec le consulat espagnol par l’intermédiaire de la société qui gère le club à Wuhan.

« Si cela continue et prend beaucoup de temps, si nous ne pouvons pas effectuer notre travail, nous voulons bien sûr partir », dit-il à propos de la possibilité pour les autorités espagnoles d’organiser une évacuation des ressortissants qui sont restés dans la ville.

RECOMMANDÉ