Une virologue chinoise affirme que Pékin a dissimulé l’épidémie de virus et demande l’asile aux États-Unis

Par Cathy He
11 juillet 2020
Mis à jour: 11 juillet 2020

Une virologue de Hong Kong a révélé qu’elle s’était intéressée au virus du PCC* en décembre 2019 et qu’un fonctionnaire chinois lui aurait parlé du risque de transmission de personne à personne du virus le 31 décembre – bien avant que cela ne soit publiquement confirmé par le régime et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Dr Yan Li-Meng, dans une interview avec Fox News publiée le 10 juillet, a déclaré que son superviseur à l’école de santé publique de l’université de Hong Kong lui avait demandé d’étudier le virus de type SRAS qui provenait de la ville de Wuhan, en Chine centrale, à la fin du mois de décembre dernier. Incapable d’obtenir des informations auprès des autorités chinoises, Mme Yan a expliqué qu’elle s’était adressée à un ami, un scientifique du Centre de contrôle et de prévention des maladies du régime chinois qui avait une connaissance directe sur l’épidémie.

Cet ami lui a expliqué que la maladie pouvait se propager entre êtres humains le 31 décembre. Le régime a officiellement déclaré l’épidémie ce jour-là, mais n’a pas confirmé la transmission interhumaine avant le 21 janvier, après avoir affirmé pendant des semaines qu’il n’y avait pas ou peu de preuves de ce type de transmission.

Mme Yan a fui aux États-Unis au mois d’avril et a demandé l’asile, craignant d’être punie si elle devait retourner à Hong Kong.

« Je suis allée aux États-Unis pour transmettre le message de vérité sur le Covid », a déclaré Mme Yan à Fox News.

Les affirmations de la scientifique s’ajoutent aux preuves de plus en plus nombreuses qui montrent que Pékin était conscient de la gravité de l’épidémie initiale et l’a dissimulée. Au moment où Pékin a reconnu que le virus pouvait se transmettre entre les humains et a mis en quarantaine Wuhan, cinq millions d’habitants avaient déjà quitté la ville, propageant le virus à travers la Chine et le monde entier.

Mme Yan a déclaré que lorsqu’elle a fait part de ses conclusions sur la gravité de l’épidémie à son superviseur à la mi-janvier, on lui a demandé « de garder le silence et d’être prudente ».

« Il m’avait déjà prévenue, ‘ne touchez pas à la ligne rouge' », a déclaré Mme Yan à Fox News. « Nous aurons des ennuis et nous disparaîtrons. »

De nombreux documents internes obtenus par le journal Epoch Times qui ont été divulgués révèlent que les autorités ont constamment sous-estimé le nombre de cas de virus du PCC dans diverses régions de Chine, même si de nouvelles épidémies sont apparues ces derniers mois dans le nord-est de la Chine et à Pékin, la capitale du pays.

L’OMS, qui a salué à plusieurs reprises le régime pour sa « transparence » au milieu de la pandémie, a récemment corrigé son compte-rendu officiel sur la façon dont elle a été informée de l’apparition initiale du virus en Chine. Auparavant, la chronologie officielle de l’organisme stipulait que les autorités sanitaires chinoises l’avaient informé de la maladie le 31 décembre, mais cela a été modifié pour préciser que son bureau en Chine « a repris une déclaration médiatique de la Commission municipale de santé de Wuhan sur son site web » sur les cas de pneumonie dite virale dans la ville chinoise.

La semaine dernière, les États-Unis ont déposé une notification de retrait officiel auprès de l’OMS en raison du rôle qu’elle a joué dans la stratégie de dissimulation de la pandémie par le régime. L’organisme des Nations unies a commencé à enquêter sur les origines de l’épidémie.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ