UNESCO : l’endoctrinement de l’humanité par l’ «éducation» collectiviste

Par Alex Newman
29 novembre 2019 Mis à jour: 29 novembre 2019

 À l’exception peut-être des nationaux-socialistes (nazis) d’Adolf Hitler, les socialistes et les communistes du siècle dernier ont tous insisté sur la nécessité d’un socialisme planétaire.

Ils ont également tous convenu de l’arme principale de leur arsenal: l’endoctrinement gouvernemental en le faisant passer par « l’éducation ». Des tyrans de Moscou et de Pékin à l’infâme Internationale socialiste, l’objectif de l’esclavage planétaire sous la forme d’un gouvernement socialiste mondial a longtemps été à l’avant-garde de la pensée collectiviste. Et l’école a longtemps été le moyen d’y parvenir.

Comme les tyrans du monde l’ont découvert par expérience depuis plus d’un siècle, il peut être difficile de soumettre les gens à la domination collectiviste pendant un certain temps, surtout s’ils savent lire et penser et s’ils connaissent leur histoire. Mais si les enfants peuvent faire l’objet d’un lavage de cerveau dans le collectivisme dès le début dans les écoles publiques, le processus devient beaucoup plus facile.

C’est ainsi que les socialistes et les communistes du monde entier ont uni leurs forces après la Seconde Guerre mondiale pour créer l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) afin de promouvoir ce programme.

L’objectif premier de ce nouvel organisme était simple : contrôler l’éducation dans le monde entier, l’ « arsenaliser » pour faire progresser le socialisme, le mondialisme, le collectivisme et d’autres « ismes » dangereux qui menacent la liberté individuelle et l’autonomie gouvernementale.

Il était évident dès le début, et il l’est encore aujourd’hui, que les vues des dirigeants de l’UNESCO sont totalement incompatibles avec une société libre. Et malheureusement, l’UNESCO joue aujourd’hui un rôle prépondérant dans l’éducation du public, partout dans le monde.

Créée en 1945 sous le prétexte de mettre fin à la guerre en érigeant des « défenses de la paix » dans « l’esprit des hommes » par l’éducation, l’UNESCO s’est employée dès le début à détourner le contrôle des écoles publiques. Là où il n’existait pas encore d’écoles publiques, l’UNESCO a utilisé l’argent des contribuables américains et européens pour les créer, ou soudoyer les gouvernements pour le faire. Et à chaque étape du processus, ces centres d’endoctrinement émergents, commercialisés comme des institutions « éducatives », ont travaillé diaboliquement pour laver le cerveau des enfants au collectivisme et au mondialisme.

Le bilan historique de cette organisation mondiale de « l’éducation » est clair. En fait, il était si manifestement dominé par les communistes, les socialistes, les fous, les totalitaires et les subversifs que le président Ronald Reagan a ordonné le retrait du gouvernement américain de l’UNESCO en 1983. La Grande-Bretagne est aussi partie : pour la même raison. Après quelques prétendues « réformes », le gouvernement américain est revenu en 2002. Mais l’administration Trump s’est de nouveau retirée, ainsi qu’Israël, en 2018.

En annonçant la sortie américaine, l’administration Reagan s’était montrée brutale au sujet des problèmes. S’exprimant lors d’une conférence de presse, le porte-parole du département d’État des États-Unis, Alan Romberg, avait déclaré que l’UNESCO faisait preuve « d’hostilité envers les institutions fondamentales d’une société libre, en particulier un marché libre et une presse libre ».

En effet, elle encourageait le communisme, l’humanisme et même un régime mondial de « licence » pour les journalistes. Alan Romberg a également noté que l’organisation « a politisé pratiquement tous les sujets qu’elle traite ». Mais ce n’était pas une surprise pour ceux qui y avaient prêté attention.

Fondée par des fanatiques mondialistes-collectivistes

Le tout premier directeur général de l’UNESCO, Julian Huxley, qui a également été secrétaire exécutif de sa Commission préparatoire, était un collectiviste dans tous les sens du terme. Comme John Dewey, précédemment exposé en détail dans cette série et presque universellement considéré comme l’architecte du système d’éducation publique américain, Julian Huxley était aussi un « humaniste ». Il était si dévoué qu’il a même été le premier président de l’Association Humaniste Britannique, travaillant pour faire avancer ces idées avec John Dewey dont le Manifeste Humaniste était essentiellement du socialisme et communisme déguisés en religion

1951: Julian Huxley (1887 – 1975). Photo de Baron / Getty Images

Julian Huxley n’a pas non plus tardé à remplir les rangs de l’UNESCO de communistes et de socialistes, comme l’atteste abondamment le livre Freedom On the Altar : The UN’s Crusade Against God & Family, de William Norman Grigg. Par exemple, le chef du « ministère de l’Éducation » soviétique a été directeur du département de l’enseignement secondaire de l’UNESCO. Cette tendance se poursuit encore aujourd’hui, avec une myriade de membres du Parti communiste et du Parti socialiste qui dirigent littéralement la puissante agence mondiale.

Même bon nombre des Américains qui travaillaient sous la direction de Julian Huxley à l’UNESCO étaient communistes. Selon le témoignage de Pierce Gerety, président du U.S. International Organizations Employees Loyalty Board, chargé d’empêcher l’infiltration communiste des délégations américaines, l’UNESCO avait une « clique » d’Américains qui y travaillaient « qui plaçaient les intérêts des communistes et l’idéologie communiste… au-dessus de leur propre pays ».

La Commission judiciaire du Sénat a conclu en 1956 que l’UNESCO était « de loin la pire » du point de vue des Américains « déloyaux » et « subversifs » (communistes) dans les organisations mondiales. C’est parce que les communistes ont reconnu l’importance de la militarisation de l’éducation.

Comme Hitler et ses barbares nationaux-socialistes, Julian Huxley était aussi un fervent défenseur de l’eugénisme, l’idée d’améliorer l’humanité en retirant les « indésirables » du patrimoine génétique racial. Julian Huxley était si passionné par l’élevage d’êtres humains génétiquement « supérieurs » et l’élimination des « dégénérés » – ce qu’il a comparé à de nombreuses reprises à l’amélioration de la qualité de l’élevage – qu’il a dirigé la British Eugenics Society. Avant de fonder l’UNESCO, il a été vice-président du groupe eugénique. Après son mandat à l’UNESCO, il est devenu président de l’organisation eugénique.

L’UNESCO est l’un des moyens par lesquels il espérait promouvoir l’eugénisme. Dans son tristement célèbre document d’orientation de 1946, UNESCO : Sa raison d’être et sa philosophie, écrit au moment des négociations préparatoires, M. Huxley précise que « l’une des tâches clés de l’organisation serait en fait de promouvoir l’eugénisme radical ».

« Même s’il est tout à fait vrai que toute politique eugénique radicale sera pendant de nombreuses années politiquement et psychologiquement impossible, il sera important pour l’UNESCO de veiller à ce que le problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l’esprit du public soit informé des questions en jeu au point que tout ce qui est actuellement impensable devienne au moins pensable », a-t-il déclaré, expliquant ainsi pourquoi les dirigeants de l’UNESCO ont été si obsédés par la désintégration des valeurs morales des enfants.

Julian Huxley s’est également ouvertement exprimé sur le fait que l’UNESCO s’efforçait d’amener les enfants à accepter un gouvernement mondial socialiste par lavage de cerveau. Fervent partisan de la théorie de l’évolution de Darwin, Huxley a déclaré dans UNESCO : son but et sa philosophie que « l’unification politique dans une sorte de gouvernement mondial » serait même « nécessaire » pour que l’humanité « évolue » vers le prochain niveau. « Le monde est en train de le devenir », a écrit M. Huxley dans le document. « L’un des principaux objectifs de l’UNESCO doit être d’aider à la réalisation rapide et satisfaisante de ce processus ».

Quelques années seulement après sa création, l’UNESCO faisait déjà de la propagande visant à saper la liberté individuelle, la famille et l’État-nation dans l’esprit des enfants.

Dans une série de dix brochures intitulées  Vers une compréhension mondiale , par exemple, l’agence « éducation » des Nations Unies a appelé à utiliser les écoles pour promouvoir le concept de « citoyenneté mondiale ». Dans ce cadre, les écoles devaient « combattre les attitudes familiales » sur tout, du « nationalisme » (patriotisme) aux croyances religieuses sur la nature du péché et de la réalité.

En lisant les documents de l’UNESCO et les écrits de ses principaux acteurs, il apparaît clairement que les objectifs allaient au-delà d’un simple lavage de cerveau des enfants et qu’il s’agissait d’idéologies dangereuses. En fait, Julian Huxley et ses cohortes envisageaient la création d’un tout nouveau système de morale séculière, divergent de toutes les grandes religions du monde.

Ensuite, le plan était d’utiliser les écoles publiques, la psychanalyse, la psychothérapie, la modification et le conditionnement du comportement, la clarification des valeurs, l’endoctrinement et la propagande pour remplacer les anciennes valeurs et systèmes de moralité par de nouvelles. C’était audacieux et extrême. Mais cela fonctionne.

Avant et après Julian Huxley, plus d’extrémisme

Au début des années 1960, l’UNESCO avait décidé que les valeurs traditionnelles de la sexualité devaient également être remplacées. Et les écoles publiques dirigées par l’UNESCO dans le monde entier devaient être le principal outil pour réaliser ce changement recherché. Cela aiderait à briser la famille nucléaire, essentielle à toute société libre et civilisée, en favorisant la promiscuité et l’effondrement de la morale sexuelle.

C’est ainsi qu’en 1964, l’UNESCO a parrainé une conférence en Allemagne, affirmant que « l’éducation sexuelle doit commencer dès le plus jeune âge ». Depuis lors, l’UNESCO n’a cessé de sexualiser les enfants, un sujet qui sera abordé dans un prochain numéro de cette série.

Les tendances vers le socialisme et le communisme au sein de l’UNESCO sont devenues de plus en plus extrêmes. En 1970, par exemple, l’UNESCO a accueilli en Finlande un colloque sur le dictateur soviétique Vladimir Lénine, assassin de masse.

« Lénine était un homme avec une réflexion d’une grande clarté d’esprit et incisive », a déclaré U. Thant, alors patron de l’ONU, lors de l’événement. « Ses idéaux de paix et de coexistence pacifique entre les États sont en accord avec les objectifs de la Charte des Nations Unies ». Apparemment, personne au sommet ne s’est opposé à l’idée que Lénine, l’un des plus cruels assassins de masse à avoir marché sur cette planète, partageait les mêmes valeurs que l’ONU et son bras « éducation ».

L’affinité de l’UNESCO pour les dirigeants socialistes et communistes se poursuit jusqu’à ce jour. En ce moment, Audrey Azoulay, membre du Parti socialiste français, qui se vantait d’avoir « grandi dans une famille d’extrême gauche », est à la tête du groupe.

Auparavant, elle a été « ministre de la culture » dans le gouvernement de François Hollande. Bien sûr, François Hollande était aussi membre du Parti socialiste français, qui est lui-même membre de l’Internationale socialiste : la principale alliance mondiale des partis marxistes, socialistes et communistes, dont beaucoup avaient le sang d’innombrables innocents sur les mains.

Avant Audrey Azoulay, l’UNESCO était dirigée par Irina Bokova, qui a une longue expérience et un pedigree avec le sauvage Parti communiste bulgare. Formée à l’Institut d’État des relations internationales du régime soviétique contrôlé par le KGB, Irina Bokova a fièrement servi le régime communiste bulgare, qui a assassiné en masse, avant qu’elle et son parti ne se réinventent comme « socialistes ».

Elle espérait que l’agent chinois communiste Qian Tang prendrait ses fonctions après son départ, mais elle a été contrecarrée par une avalanche de mauvaise publicité dans les pays occidentaux.

Rien de tout cela ne devrait être une surprise, compte tenu de l’histoire de l’UNESCO. En fait, les socialistes et les subversifs en Amérique ont joué un rôle déterminant dans la création de l’agence mondiale. Comme cette série l’a expliqué dans la partie 8 la semaine dernière, l’Association nationale d’éducation (AEN) a joué un rôle crucial. En effet, l’AEN, dominée par les socialistes et les collectivistes depuis au moins un siècle, encourageait ouvertement dans ses publications la création d’un « conseil de l’éducation » planétaire, dans le but de créer ce qu’ils appelaient un « gouvernement mondial ».

« L’organisation mondiale peut avoir quatre branches qui se sont avérées indispensables dans la pratique : Le pouvoir législatif, le pouvoir judiciaire, l’exécutif et l’éducation », écrivait Joy Elmer Morgan, directrice du NEA Journal, dans un éditorial de décembre 1942 intitulé The United Peoples of the World. « Pour maintenir la paix et assurer la justice et l’opportunité, nous avons besoin de certaines agences de l’administration mondiale telles que : Un service de police, un conseil scolaire et bien plus encore ». (Non souligné dans l’original).

Joy Elmer Morgan a également demandé au gouvernement mondial d’avoir une monnaie mondiale, un nouveau calendrier pour remplacer le calendrier chrétien, un langage « de base », un « conseil de santé », un « conseil de planification », une « commission de radio-télévision », un conseil chargé des « questions économiques », et bien plus. Si cela semble être une recette pour le communisme et le régime totalitaire, c’est parce que c’est le cas.

Pendant les trois années suivantes, le NEA Journal a été rempli de propagande en faveur d’un conseil mondial de l’éducation. Et quelques années à peine après l’appel de Joy Elmer Morgan à la création d’une telle institution, avec le puissant soutien du NEA et de ses alliés internationaux : l’UNESCO est née pour servir précisément cet objectif, sur les cendres de la Société des Nations en faillite.

« La profession enseignante organisée pourrait bien tirer espoir et satisfaction des réalisations qu’elle a déjà accomplies à l’égard du gouvernement mondial dans son appui aux Nations Unies et à l’UNESCO », se réjouissait Joy Elmer Morgan en décembre 1946 dans le NEA Journal, célébrant ainsi le succès du syndicat. « C’est à nous de défendre les idéaux et les principes du gouvernement mondial jusqu’à ce que la pratique puisse rattraper ces idéaux. »

L’UNESCO a été littéralement créée pour faciliter l’émergence d’un système mondial collectiviste et ses propres dirigeants en ont parlé ouvertement.

La décision de Donald Trump de quitter l’UNESCO a été utile, mais comme cette série le montrera dans les semaines à venir, le danger de cette agence subversive et de l’ONU elle-même reste important, en particulier lorsqu’il s’agit d’éducation. Ses tentacules s’entremêlent maintenant dans les écoles des États-Unis et du monde entier. Pour que la liberté survive, il est impératif que les Américains soient éduqués sur le dangereux programme de cette supposée agence « d’éducation » de l’ONU.

Il s’agit de la neuvième partie d’une série d’articles sur les origines de l’éducation publique aux États-Unis.

Alex Newman est un journaliste, éducateur, auteur et consultant international primé qui a coécrit le livre « Crimes of the Educators » : Comment les utopistes utilisent les écoles publiques pour détruire les enfants américains. Il est également PDG de Liberty Sentinel Media et écrit pour diverses publications aux États-Unis et à l’étranger

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ