Un universitaire chinois sanctionné après avoir critiqué Xi Jinping et le Parti communiste

Par Alex Wu
18 août 2020
Mis à jour: 18 août 2020

Les autorités de Pékin ont annoncé le 17 août que Cai Xia, qui a enseigné la politique à l’école centrale du Parti communiste chinois (PCC) avant sa retraite, a fait l’objet de mesures disciplinaires pour avoir tenu des propos présentant « de graves problèmes politiques qui nuisent à la réputation du pays ».

Elle a été expulsée du Parti, et s’est vu retirer ses pensions de retraite.

L’annonce de son expulsion, sur le site web de l’école, n’a pas donné plus de détails sur les remarques qui ont provoqué ses ennuis.

Mais en juin, un enregistrement audio du discours de Mme Cai, lors d’un rassemblement privé de l’élite du Parti, a été divulgué en ligne – dans celui-ci, elle qualifiait l’actuel chef du Parti Xi Jinping, de « patron de la mafia ».

« Avec le contrôle de ‘la cible du couteau et du canon d’un fusil’ [expression faisant référence à la police et à l’armée], et ensuite le système lui-même, 90 millions de membres du PCC sont réduits à être des outils utilisés par Xi, comme esclaves », a-t-elle déclaré.

Dans cet enregistrement audio de 20 minutes, Mme Cai a également critiqué le Parti lui-même, le qualifiant de « zombie politique ». Elle a déclaré que le système communiste du Parti est arrivé au bout du chemin. « Ce système doit être fondamentalement abandonné », a-t-elle dit.

Plus tard le lundi, Mme Cai a commenté son expulsion dans une autre fuite audio, disant qu’elle était heureuse d’être expulsée par le Parti et qu’elle pouvait vraiment être avec le peuple, maintenant. Elle a déclaré : « Je pense que nous devons respecter certains principes en tant qu’êtres humains, et je ne vivrai pas comme un chien pour ces prestations de retraite. »

Mme Cai vit actuellement aux États-Unis. Elle est la petite-fille d’un ancien haut fonctionnaire du PCC – ce que l’on appelle communément en Chine une princesse du Parti.

Les autorités chinoises ont réprimé la dissidence, au cours des derniers mois.

Le mois dernier, un professeur de droit de l’université d’élite de Pékin, Tsinghua, qui critiquait Xi Jinping et le Parti, a été arrêté par la police puis licencié. Le professeur, Xu Zhangrun, cherche à blanchir son nom en annulant une accusation de prostitution portée contre lui par la police, a déclaré son avocat.

Le mois dernier également, Ren Zhiqiang, qui avait été le président influent d’une société immobilière d’État, a été évincé du Parti communiste après avoir traité Xi de « clown ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ