Pour les utilisateurs de smartphone en Chine, un « mauvais» mot signifie une punition

Par Bitter Winter
6 décembre 2019 Mis à jour: 6 décembre 2019

Un ancien employé du plus grand fournisseur de télécommunications public révèle comment le régime communiste chinois surveille les appels et les messages des citoyens sur leurs téléphones portables.

« Aujourd’hui, le Parti communiste chinois est en train d’édifier un État de surveillance comme le monde n’en a jamais vu », a déclaré Mike Pence, vice-président des États-Unis, dans un discours prononcé à Washington D.C. le 24 octobre. « Des centaines de millions de caméras de surveillance regardent de chaque point de vue. Les minorités ethniques doivent franchir des points de contrôle arbitraires où la police exige des échantillons de sang, des empreintes digitales, des enregistrements vocaux, des prises de vue à angles multiples et même des scans de l’iris. »

De plus, le régime chinois a depuis longtemps maintenu une mainmise ferme sur l’utilisation par les citoyens d’Internet et des technologies mobiles, surveillant et contrôlant les conversations sur les médias numériques pour manipuler l’opinion publique et bloquer toute information jugée « sensible à l’État ». Et les mesures de censure continuent de faire boule de neige. À partir du 1er décembre, les gens devront se faire scanner le visage lors de l’enregistrement de nouveaux services de téléphonie mobile afin que le gouvernement puisse identifier tous les utilisateurs et contrôler leurs activités en ligne, puisque la plupart des Chinois ont accès à Internet via leur téléphone.

« Il n’y a tout simplement pas de vie privée en Chine. Les médias sociaux, les appels et les messages sur les téléphones mobiles sont tous sous surveillance », a déclaré à Bitter Winter un ancien employé de China Mobile Online Services Company, une filiale de China Mobile Limited, le plus grand fournisseur de services de télécommunications en Chine continentale appartenant à l’État.

« Si quelqu’un dit quoi que ce soit de défavorable au PCC (Parti communiste chinois), il ou elle sera puni(e). Chaque personne est surveillée et contrôlée sous le prétexte ‘de sévir contre le harcèlement' ». Craignant des représailles de la part du gouvernement, même s’il a récemment démissionné de son poste, l’homme a demandé l’anonymat ; nous allons donc l’appeler M. Li.

Une femme passe devant un point de vente China Mobile à Hong Kong, en Chine, le 14 août 2014. (Dale de la Rey/AFP/Getty Images)

M. Li a déclaré que des « censeurs » spécialement désignés – il en faisait partie – surveillent les appels et les messages téléphoniques des utilisateurs de l’entreprise au nom du traitement des informations « nuisibles ». La surveillance couvre tous les utilisateurs de China Mobile dans les 31 unités administratives provinciales, à l’exception de Hong Kong, Macao et Taiwan. Le système est programmé pour détecter automatiquement tout ce qui concerne la politique et les croyances religieuses, y compris les remarques critiques à l’égard du PCC et défavorables aux dirigeants de l’État. Une fois ces renseignements découverts, les employés de l’entreprise sont chargés de les examiner en profondeur.

M. Li a déclaré qu’il a écouté les appels et les messages avec au moins 500 collègues et que le travail a été très stressant. Il s’est rappelé : « Si quelqu’un n’était pas assez prudent et omettait une information délicate, cela entraînait la déduction du salaire mensuel et de la prime de fin d’année. En général, je devais traiter plus de dix mille informations par mois. Il était inévitable de faire des erreurs, au moins une ou deux fois par an. »

M. Li a révélé que des mots et des expressions liés à la religion, comme « Dieu tout-puissant » et « Falun Gong », ont été identifiés comme « sensibles ». Les textes et les conversations qui mentionnent le mot « Parti » ou qui révoquent l’adhésion au Parti communiste ou à la Ligue de la jeunesse communiste sont étroitement surveillés et contrôlés. Tout ce qui est jugé défavorable au PCC est qualifié de « politique », a expliqué M. Li. « Par exemple, des mesures immédiates seront prises pour intercepter les messages qui mentionnent le prélèvement d’organes du PCC envers les pratiquants de Falun Gong, afin de prévenir les fuites. »

« Si des mots sensibles étaient détectés lors d’appels téléphoniques, dans les MMS, les SMS ou les messages sur des sites de réseaux sociaux comme WeChat, le système interceptait automatiquement les informations et les services des utilisateurs étaient instantanément désactivés, ce qui empêcherait ces personnes de passer des appels téléphoniques ou d’envoyer des messages », poursuit M. Li. « Si les utilisateurs veulent réactiver le service, ils doivent se rendre dans un centre de service China Mobile avec leur carte d’identité et écrire une déclaration promettant de ne plus jamais partager d’informations sensibles. »

La désactivation du numéro de téléphone mobile en cas de remarques « inappropriées » est considérée comme un avertissement mineur. Si les autorités décident que le délit est « grave », la peine peut être plus sévère. M. Li a donné un exemple. En mai, un résident de la province de Fujian, dans le sud-est du pays, a été intercepté à la frontière et son passeport a été détruit par des gardes-frontières qui lui ont dit qu’il lui était interdit de voyager à l’étranger parce qu’il avait déjà fait des remarques critiques à l’égard du PCC et des chefs d’État. Ses propos ont été jugés « insultants envers le gouvernement » et « troublants pour l’ordre public ».

« Les critères de censure ont été constamment mis à jour ces dernières années, ce qui s’est traduit par une censure plus lourde et moins d’échappatoires », a ajouté M. Li.

Un employé d’une entreprise de censure sur Internet, qui hésitait à révéler le nom de son employeur, a déclaré à Bitter Winter que l’entreprise était affiliée au Bureau de la Commission centrale des affaires du cyberespace et était chargée de surveiller et de contrôler les remarques en ligne. Afin de mieux cerner les enjeux que le régime ne veut pas que le grand public voie en ligne, tous les employés de l’entreprise doivent suivre une formation rigoureuse avant de commencer à travailler.

Il a également révélé que les blagues et les remarques satiriques ou les vidéos sur le gouvernement et ses dirigeants sont également jugées défavorables à l’État et doivent être supprimées immédiatement ; un oubli mineur de la part de l’entreprise entraîne des sanctions sévères. Toute référence à Winnie l’ourson, par exemple, a été interdite sur les plateformes de médias sociaux en Chine, et le partage d’informations sur le célèbre ours en peluche a été jugé illégal depuis que le leader chinois Xi Jinping y a été comparé en 2013.

RECOMMANDÉ