Le vaccin Covid-19 de Pfizer lié à un risque d’inflammation cardiaque dans une étude basée sur des données réelles

Par Zachary Stieber
28 août 2021
Mis à jour: 28 août 2021

Des données réelles provenant d’Israël ont établi un lien entre le vaccin Covid-19 de Pfizer et un risque élevé d’inflammation cardiaque, ont déclaré des chercheurs cette semaine.

Les scientifiques israéliens ont découvert que la vaccination en général était susceptible de provoquer une myocardite, ou inflammation cardiaque, chez une à cinq personnes sur 100 000 qui n’auraient pas souffert de cette affection autrement.

Cependant, ils ont également déclaré que le fait d’avoir reçu le vaccin Covid-19 était lié à un risque plus élevé, avec 11 cas d’inflammation sur 100 attribués à la maladie.

La plupart des cas d’inflammation cardiaque post-vaccination concernaient de jeunes hommes. Les 21 personnes qui ont eu une myocardite dans le groupe vacciné avaient un âge médian de 25 ans, et 90,9 % étaient des hommes.

« Nous avons estimé que le vaccin BNT162b2 a entraîné une augmentation de l’incidence de quelques événements indésirables sur une période de suivi de 42 jours. Bien que la plupart de ces événements aient été légers, certains d’entre eux, tels que la myocardite, pourraient être potentiellement graves », ont-ils déclaré, en faisant référence au vaccin Pfizer-BioNTech.

« Toutefois, nos résultats indiquent que l’infection par le SRAS-CoV-2 est en soi un très fort facteur de risque de myocardite, et qu’elle augmente également de manière substantielle le risque de plusieurs autres événements indésirables graves. Ces découvertes permettent de faire la lumière sur les risques à court et moyen termes du vaccin et de les placer dans un contexte clinique. D’autres études seront nécessaires pour estimer le potentiel des effets indésirables à long terme. »

La recherche a analysé les événements indésirables signalés chez 884 828 personnes vaccinées et un nombre égal de personnes n’ayant pas reçu de vaccin, ainsi qu’une cohorte de plus de 240 000 personnes ayant contracté le Covid-19. L’étude a été publiée dans le New England Journal of Medicine le 25 août. Le Dr Ran Balicer, des services de santé Clalit à Tel Aviv, a dirigé le groupe de recherche. Ils ont été financés par la Harvard Medical School et le Clalit Research Institute.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré à Epoch Times dans un courriel que la société a connaissance de « rares rapports de myocardite et de péricardite, principalement chez les adolescents de sexe masculin et les jeunes adultes, après la vaccination par le ARNm Covid-19 ».

Les vaccins Pfizer et Moderna utilisent la technologie de l’ARN messager, ou ARNm.

Le porte-parole a noté que les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) décrivent l’inflammation cardiaque comme un effet secondaire rare.

« Les patients se sont généralement rapidement rétablis avec un traitement conservateur. Il est important de noter que les CDC continuent d’encourager fortement la vaccination par le Covid-19 pour les personnes éligibles âgées de 12 ans et plus. Avec des centaines de millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 administrées dans le monde, le profil bénéfice-risque de notre vaccin reste positif », a ajouté le porte-parole.

Il a été constaté dans de nombreux pays, dont les États-Unis, que le vaccin Pfizer était associé à un risque accru d’inflammation cardiaque. Les autorités sanitaires américaines ont ajouté en juin un avertissement sur les vaccins Pfizer et Moderna concernant le risque accru, mais ont continué à recommander leur utilisation et, plus tôt cette semaine, l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a donné son approbation complète au vaccin Pfizer.

Le vaccin Pfizer, ainsi que les vaccins proposés par Moderna et Johnson & Johnson, avaient auparavant été mis à la disposition du public par le biais d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de la FDA. Les vaccins Moderna et Johnson & Johnson sont actuellement toujours sous EUA.

Le Dr Grace Lee, de la faculté de médecine de l’université de Stanford, a souligné, dans un éditorial accompagnant la nouvelle étude, que le risque de myocardite était plus élevé chez les patients du Covid-19 que chez les vaccinés.

« Ce qui est encore plus convaincant dans ces données, c’est l’effet protecteur substantiel des vaccins en ce qui concerne les événements indésirables tels que les lésions rénales aiguës, l’hémorragie intracrânienne et l’anémie, probablement parce que l’infection a été prévenue. En outre, les personnes infectées par le SRAS-CoV-2 semblaient présenter un risque nettement plus élevé d’arythmie, d’infarctus du myocarde, de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire, de péricardite, d’hémorragie intracérébrale et de thrombocytopénie que les personnes ayant reçu le vaccin BNT162b2 », écrit Lee.

Cette recherche n’a cependant pas enthousiasmé tout le monde.

Le Dr Vinay Prasad a déclaré que les problèmes de l’étude comprenaient l’absence d’une cohorte à une dose, le régime de Pfizer exigeant deux doses, et le fait que l’étude n’identifie pas les personnes qui se sont remises du Covid-19 mais qui n’ont pas été vaccinées.

« Vous devez établir un rapport distinct pour les garçons âgés de 16 à 24 ans, qui sont confrontés à un taux beaucoup plus élevé de myocardite et à qui une dose supplémentaire n’apporte pas grand-chose », a écrit sur Twitter le Dr Prasad, professeur associé au département d’épidémiologie et de biostatistique de l’université de Californie-San Francisco.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ