Le vaccin Pfizer contre le Covid-19 peut déclencher un zona chez certains patients, selon une étude

Par Isabel van Brugen
22 avril 2021
Mis à jour: 22 avril 2021

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech peut déclencher un zona (herpès zoster) chez certains patients après une seule dose, selon une nouvelle étude.

Des scientifiques israéliens ont constaté que 6 femmes atteintes de maladies rhumatismales inflammatoires auto-immunes ont développé un zona dans les 3 à 14 jours suivant l’administration de la première ou de la deuxième dose du vaccin Pfizer à ARNm contre le virus du PCC, selon une étude publiée dans la revue Rheumatology.

Les chercheurs du Tel Aviv Sourasky Medical Center et du Carmel Medical Center de Haïfa ont constaté que les personnes atteintes de maladies rhumatismales inflammatoires auto-immunes étaient plus susceptibles de développer l’infection.

Sur 491 patients, six personnes, soit 1,2 %, ont souffert de cette infection virale, ont indiqué les chercheurs. Parmi ces femmes, 5 ont développé l’infection après la première dose du vaccin Pfizer et une, après la deuxième dose. Le vaccin Pfizer, comme celui de Moderna, nécessite deux doses.

L’une des femmes avait reçu le vaccin contre le zona deux ans avant la vaccination par le Covid-19, ont noté les chercheurs.

L’herpès zoster provoque une éruption cutanée douloureuse et peut toucher n’importe quelle partie du corps, bien qu’il se présente généralement sous la forme d’une seule bande d’ampoules située sur les côtés du torse. Cette affection ne met pas la vie en danger, mais elle peut provoquer des lésions et des douleurs nerveuses, des infections cutanées et une perte de vision, selon la clinique Mayo.

Elle est différente du virus responsable des boutons de fièvre ou de l’herpès génital.

Toutefois, on ignore si le vaccin Pfizer a causé les cas d’herpès zoster, ont déclaré les chercheurs.

« Nous ne pouvons pas dire que le vaccin est la cause à ce stade », a déclaré la chercheuse principale, le Dr Victoria Furer, rhumatologue au centre médical Sourasky de Tel Aviv, au journal israélien en langue anglaise le Jerusalem Post. « Nous pouvons dire qu’il pourrait être un élément déclencheur chez certains patients. »

« L’immunité à médiation cellulaire joue un rôle important dans la prévention de la réactivation du virus varicelle-zona. La baisse de l’immunité à médiation cellulaire avec l’âge ou la maladie est associée à une réduction des cellules T spécifiques du virus de la varicelle et du zona, ce qui perturbe la surveillance immunitaire et augmente le risque de réactivation, l’âge étant le principal facteur de risque pour 90 % des cas de zona », écrivent les chercheurs dans leur étude.

Les femmes participant à l’étude avaient un âge moyen de 49 ans – la plus jeune, 36 ans, et la plus âgée, 61 ans – et leur maladie rhumatismale était légère ou stable. Le zona est plus fréquent chez les personnes de plus de 50 ans, et le risque de contracter l’infection augmente avec l’âge.

« C’est pourquoi nous avons fait un rapport sur ce sujet », a déclaré le Dr Furer, en notant que des recherches supplémentaires sont nécessaires sur la question pour prouver la cause et l’effet.

« Nous ne devons pas effrayer les gens », a déclaré le chercheur principal au média. « Le message général est de se faire vacciner. Il est juste important d’être conscient [de ce risque]. »

Les responsables de Pfizer n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ