Vaccination AstraZeneca : l’Espagne retarde l’injection de la seconde dose aux moins de 60 ans

Par Epoch Times avec AFP
30 avril 2021
Mis à jour: 3 mai 2021

L’Espagne a décidé  de retarder de quatre semaines supplémentaires l’intervalle entre les deux doses du vaccin AstraZeneca contre l’épidémie de Covid-19 causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois) pour les moins de 60 ans, afin de pouvoir obtenir « plus d’informations » sur ce vaccin qui suscite des réserves chez certains.

Parmi les quelque 3,7 millions de personnes en Espagne qui ont déjà reçu une première injection, les moins de 60 ans attendent encore une décision sur le produit du laboratoire anglo-suédois, dont l’utilisation a provoqué l’apparition de cas rares, mais graves, de caillots sanguins. Seulement 261 personnes ont reçu les deux doses.

Les autorités sanitaires espagnoles ont donc décidé d’allonger à 16 semaines, contre 12 auparavant, l’intervalle entre les deux doses, afin de « disposer de plus d’informations pour pouvoir prendre une décision qui garantisse la sécurité de la vaccination », a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué. La décision a été prise par la commission de santé publique, qui regroupe le ministère de la Santé et les autorités sanitaires des différentes régions du pays.

« Précautions »

Les autorités sanitaires disent vouloir suivre, « comme l’Irlande, le principe de précaution ». Il s’agit donc « d’attendre d’avoir plus d’informations provenant des études en cours et de l’expérience d’autres pays », poursuit le communiqué, qui lance également « un message d’apaisement aux personnes de moins de 60 ans qui attendent actuellement de recevoir leur seconde dose ».

Enfin, le ministère de la Santé rappelle que les personnes qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca et ont eu le Covid « ne doivent pas recevoir de seconde dose ».

Début avril, l’Espagne avait annoncé réserver le vaccin d’AstraZeneca aux personnes âgées de 60 à 69 ans, à la suite de conclusions de l’Agence européenne des médicaments qui avait proposé de répertorier le risque de caillots sanguins comme un effet secondaire du vaccin AstraZeneca. Le gouvernement espagnol prévoit de vacciner 70% de la population d’ici à fin août.

À ce jour, le pays a vacciné un peu plus de 9,3% (4,4 millions) de ses 47 millions d’habitants avec les deux doses et a administré plus de 15,8 millions de doses au total, avec les autres vaccins de Pfizer/BioNtech, Moderna et Janssen.

Pour rappel, le vaccin AstraZeneca a changé de nom, il s’appelle désormais Vaxzevria, a indiqué début avril l’Agence européenne du médicament. 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ