Vaccination obligatoire : 15.000 soignants suspendus et 2.000 démissions

Par Léonard Plantain
15 octobre 2021
Mis à jour: 15 octobre 2021

Dès ce samedi 16 octobre, tous les personnels soignants devront présenter un schéma vaccinal complet pour pouvoir continuer à exercer, auquel cas ils seront suspendus. Une situation qui risque d’aggraver le manque de personnel.

Selon le site service-public, à partir de ce samedi 16 octobre 2021, les soignants devront présenter « un schéma vaccinal complet », au risque d’être « suspendus » et donc ne plus pouvoir se rendre à leur travail ni d’être rémunéré s’ils ne sont pas double-vaccinés.

Mercredi 13 octobre, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a indiqué sur FranceInfo qu’environ 2,7 millions de professionnels de santé étaient concernés. Et que sur la totalité, seuls 15.000 soignants, soit 0,6%, ne sont actuellement pas vaccinés. « C’est un pourcentage très faible. Le plus important, c’est que les hôpitaux n’ont pas fermé. Les Ehpad n’ont pas fermé. Il n’y a pas eu de transfert massif de malades et tout le monde a été responsable », a-t-il précisé.

Aussi, le ministre de la Santé a indiqué que seul 0,1% des professionnels ont pris la décision de démissionner, soit entre 1.500 et 2.000 personnes. Quant au 15.000 autres, ils ont déjà été suspendus, a rapporté Actu.fr.

Voyant ce chiffre inférieur à 1%, Olivier Véran a affirmé : « C’est très peu : quand l’obligation vaccinale a été décidée, il n’y avait que 60% des soignants qui étaient à jour de leur vaccination. Aujourd’hui, on parle de plus de 99%, donc cela a fonctionné ».

Toutefois, bien que très faible, ce petit pourcentage n’en reste pas moins important.

En effet, depuis l’annonce de ce nombre, les représentants des soignants s’inquiètent : « Il manque déjà 100.000 soignants dans nos établissements. Alors si on en suspend 15.000, la situation va encore plus s’aggraver. Ils sont indispensables », a déploré Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France et médecin au Samu 93.

Un autre problème, selon Christophe : c’est que des lits ferment tous les jours dans les hôpitaux. Les patients seront donc les premiers impactés par cette situation.

« Il y a quelques mois, le gouvernement ne voyait aucun problème à mobiliser les soignants positifs au Covid. Aujourd’hui, les politiques doivent prendre leurs responsabilités », a déclaré Christophe, qui demande désormais à ce que les soignants non vaccinés restent en poste tant qu’ils ne seront pas remplacés.


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ