Vaccination-vidéo : une femme se retrouve aux urgences après sa première injection du vaccin Pfizer contre le Covid

Par Suzanne Durand
5 août 2021
Mis à jour: 5 août 2021

Le 20 mai dernier à Marseille, après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer contre le Covid-19, une femme est rentrée chez elle et s’est trouvée mal.

« Quand je suis rentrée à la maison je ne me suis pas sentie bien », déclare-t-elle à La Provence. « J’ai eu très, très, très froid, puis chaud toute la journée et le lendemain. (…) J’ai téléphoné au Samu pour leur dire que je n’étais pas bien, on m’a dit que c’était normal, de prendre du Doliprane », explique Thouraia âgée de 43 ans.

Deux jours après, les effets secondaires du vaccin n’ont pas faibli. « J’étais de plus en plus fatiguée, j’ai rappelé, le médecin du Samu m’a dit de continuer à prendre le Doliprane. J’ai commencé à perdre la mémoire (…) j’ai appelé ma fille », se rappelle-t-elle.

« Je n’avais pas de problème de santé »

Thouraia va finalement être transportée en urgence par les pompiers à l’hôpital de Marignane. « J’ai fait une crise d’épilepsie, on m’a fait un scanner, ils ont trouvé que j’avais une thrombose ».
« Maintenant je dois prendre un traitement à vie pour la thrombose et l’épilepsie, alors qu’avant je n’avais pas de problème de santé, je n’étais pas épileptique, je ne bois pas, je ne fume pas », précise-t-elle au média.

Son avocat a décidé de mettre en demeure le laboratoire Pfizer. Sans réponse de leur part, une plainte sera déposée pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ