Vaccins coronavirus: Bruxelles appelle à mettre les ressources « en commun »

Par Epoch Times avec AFP
17 juin 2020
Mis à jour: 17 juin 2020

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a appelé mercredi à une « mise en commun » des ressources, en Europe et dans le monde, pour aider au développement des futurs vaccins contre la Covid-19 et les réserver à l’avance.

Dans un message vidéo sur Twitter, la cheffe de l’exécutif européen a confirmé la tenue d’un sommet mondial le 27 juin, deuxième manche d’une précédente conférence des donateurs le 4 mai. Cette  conférence a permis de recueillir 9,8 milliards d’euros à fin mai.

« Nous étudierons avec nos partenaires internationaux comment faire pour que de nombreux pays mettent en commun leurs ressources pour réserver ensemble les futurs vaccins auprès des sociétés pharmaceutiques », explique-t-elle.

La « stratégie vaccins »

Cette déclaration intervient à l’occasion de la publication officielle mercredi de la « stratégie vaccins » de l’UE, présentée en fin de semaine dernière aux ministres de la Santé des 27.

Ce plan d’action prévoit, afin d’« assurer une production suffisante de vaccins dans l’UE » et « un approvisionnement suffisant des Etats membres », de signer des « contrats d’achat anticipé » avec les producteurs de vaccins, financés par l’instrument d’aide d’urgence (environ 2,4 milliards d’euros) mis en place pendant la crise.

-Illustration-Un employé conditionne le vaccin contre la rage dans un laboratoire de la société Yisheng Biopharma, le 9 juin 2020. Photo de Noël CELIS / AFP via Getty Images.

Au moment où les laboratoires tentent de trouver un vaccin en un temps record -douze à 18 mois, contre plusieurs années en temps normal-, ces avances sur paiement leur permettraient d’investir dans les capacités de production, alors que les essais cliniques sur les humains ne sont pas encore finalisés.

Cet engagement donnerait le droit aux Etats membres d’acheter un certain nombre de doses à un certain prix une fois le vaccin disponible, en contrepartie du risque pris en matière d’investissements.

La Commission assure que cette initiative ne se télescope pas avec celle de l’alliance formée début juin par la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas. Cette dernière est qualifiée « d’étape importante vers une action conjointe entre Etats membres déjà franchie » dans le communiqué publié mercredi.

« Je nous vois comme étant tous du même côté, à la recherche d’un chemin flexible et rapide vers un vaccin », avait réagi vendredi la commissaire à la Santé Stella Kyriakides.

« Travailler ensemble pour rassembler l’expertise de chacun »

« En ce sens, nous sommes en communication rapprochée, et nous travaillons avec eux. Nous proposons de travailler ensemble pour rassembler l’expertise de chacun », avait-elle déclaré.

Sur le plan international, Mme von der Leyen ajoute que l’UE travaille « pour des réservations à l’avance pour des pays à revenus faibles et intermédiaires. Les pays à revenus élevés agiraient donc comme un groupe uni d’acheteurs internationaux », avance-t-elle.

Une procédure qui doit « optimiser l’accès à ces vaccins dans le monde entier ».

 

RECOMMANDÉ