Vaincre la suprématie blanche en luttant contre la théorie critique de la race

Par Bruce Abramson
7 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

Le président américain Joe Biden, dans son discours au Congrès, a répété l’affirmation absurde selon laquelle la suprématie blanche est « la plus grande » menace à laquelle les États-Unis soient confrontés. Il a ensuite fait la promotion de mythes diffamatoires étant les seuls responsables de la montée récente de la suprématie blanche.

Cette incohérence dangereuse nécessite un peu de vulgarisation, en commençant par quelques définitions simples. Qu’est-ce que le suprématie blanche ?

La réponse n’est pas subtile. Il s’agit d’une idéologie qui combine deux idées fondamentales : la « blancheur » et le « suprémacisme ». Toutes deux sont ancrées dans l’idée que l’humanité se divise en groupes distincts sur la base de caractéristiques inhérentes.

Les suprémacistes pensent qu’un groupe est supérieur aux autres et qu’il est donc le seul à pouvoir gouverner. C’est une idée aussi vieille que l’histoire. Le nazisme, l’apartheid, le système du millet ottoman et Jim Crow étaient des systèmes suprématistes du 20e siècle. Aujourd’hui, les islamistes prêchent le suprémacisme islamique, Louis Farrakhan préfère un suprémacisme afrocentrique et le Parti communiste chinois est l’héritier d’une longue lignée de dirigeants suprémacistes Han.

La notion de blancheur découle de la croyance selon laquelle la catégorisation correcte de l’humanité suivrait des lignes raciales, et que l’une de ces catégories serait la « blancheur ». La suprématie blanche apparaît lorsque certains de ces « Blancs » adoptent la catégorisation raciale, sont fiers de leur propre catégorie et annoncent qu’ils méritent de régner.

Avec ces définitions en place, nous pouvons regarder l’Amérique d’aujourd’hui. Nous sommes un pays sans organisation suprématiste blanche d’importance ou d’influence. L’idéologie ne compte aucun défenseur célèbre, aucun porte-parole national, aucun lobbyiste et peu d’adeptes avoués. Les rassemblements de suprémacistes blancs attirent plus d’opposants et de journalistes que de véritables suprémacistes.

La « plus grande menace » pour notre pays ? Pas du tout. Un problème parmi d’autres ? Absolument – et un problème à surveiller. Le suprémacisme blanc a joué un rôle particulièrement sombre dans l’histoire américaine. Après avoir été mis en veilleuse pendant plusieurs décennies, il est en plein essor. Il se répand dans certains groupes pour devenir l’idéologie de prédilection des solitaires violents – y compris les responsables des massacres dans une église de Charleston en 2015 et dans une synagogue de Pittsburgh en 2018.

Le suprémacisme blanc est en effet un problème réel et croissant. Les questions clés sont donc les suivantes : qu’est-ce qui a alimenté sa récente montée en puissance, et que pouvons-nous faire pour l’inverser ?

Les réponses devraient être évidentes. La conscience raciale accrue est la seule et unique cause de la réémergence d’une identité « blanche » longtemps endormie. Étant donné que le suprémacisme blanc n’est possible que chez ceux qui embrassent à la fois les catégories raciales et leur propre blancheur, la seule parade efficace au suprémacisme blanc est le daltonisme.

Tragiquement, les agitateurs racistes qui promeuvent des idées obscènement antiaméricaines telles que le racisme systémique, le racisme structurel, la théorie critique de la race, les systèmes de butin racial, les réparations, l’intersectionnalité et la fragilité blanche ont fait de la catégorisation raciale un commerce lucratif et influent.

Al Sharpton est une célébrité reconnue. Ben Crump prend des villes entières en otage. Patrice Cullors collectionne les manoirs. Ta-Nehisi Coates, Ibrahim X. Kendi et Robin DiAngelo ont créé une forte demande pour leur travail.

Eric Holder, Loretta Lynch, Maxine Waters, « The Squad », Joe Biden et d’autres ont approuvé et soutenu ce racisme manifeste.

Leur industrie lucrative du grief a désespérément besoin de suprémacistes blancs. Ils ne peuvent tout simplement pas se présenter comme héroïques en l’absence de méchants. Rien ne pourrait être pire pour les affaires que l’Amérique daltonienne que nous étions sur le point d’atteindre jusqu’à tout récemment. Les suprémacistes blancs sont absolument indispensables en tant que méchants désignés dans leur jeu de moralité. Ils en ont besoin, ils les veulent, ils les ont créés, et ils se délectent de l’aura d’héroïsme que leur création monstrueuse leur a permis de fabriquer.

C’est le genre d’intrigue que la fiction de superhéros nous a appris à associer à un Lex Luthor – sauf qu’elle n’est que trop réelle. Si vous voulez identifier la plus grande menace interne à laquelle l’Amérique est confrontée, passez des suprémacistes blancs aux théoriciens critiques de la race qui les ont créés.

Le sénateur Tim Scott (Parti républicain, Caroline du Sud) a parfaitement raison. Quoi que les États-Unis aient pu être dans le passé, ils sont entrés dans le XXIe siècle comme la société la plus aveugle aux couleurs et la moins catégorisée sur le plan racial de l’histoire du monde. Notre réponse unifiée au 11 septembre l’a clairement montré. Nous nous sommes réunis en tant que nation unique pour affronter un ennemi étranger. Cette réponse a peut-être accentué les distinctions entre Américains et étrangers, mais elle a effacé les distinctions entre Américains.

Lorsque cette identité américaine daltonienne nous a conduits à inaugurer notre premier président noir, les escrocs de la race, paniqués, ont riposté. Ils ont réimposé la catégorisation raciale, déclenché des tensions raciales, ravivé un suprémacisme blanc mourant et relancé leur business d’opposition.

La seule façon de combattre le suprémacisme blanc est de combattre la théorie critique de la race. Ces racistes ont besoin les uns des autres. Sinon, ils devraient se poser une question classique de gauche : et s’ils déclaraient une guerre raciale et que personne ne se présentait ?

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, aucune idéologie n’est aussi largement décriée que le suprémacisme blanc. Cette unité apparente masque toutefois une distinction importante. Les conservateurs détestent les suprémacistes blancs parce qu’ils sont suprémacistes. Les progressistes détestent les suprémacistes blancs parce qu’ils sont blancs.

Je suis aux côtés du sénateur Scott qui appelle à une Amérique sans distinction de couleur. Le président Biden est contre nous, il appelle à une plus grande conscience raciale et à la catégorisation raciale.

À votre avis, qui est à blâmer pour la suprématie blanche ?

Bruce Abramson, Ph.D. J.D., est directeur de B2 Strategic, membre principal et directeur de l’ACEK Fund et auteur de American Restoration : Winning America’s Second Civil War.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ