Val-d’Oise : déjà condamné à 4 reprises pour conduite en état d’ivresse, il reprend le volant malgré l’annulation de son permis

Par Séraphin Parmentier
30 juillet 2020
Mis à jour: 30 juillet 2020

Bien connu de la justice, le suspect roulait de nouveau sous l’emprise de l’alcool et malgré l’annulation de son permis de conduire à la suite de faits similaires.  

Les faits se sont déroulés dans l’après-midi du samedi 25 juillet sur une bretelle de sortie de la Francilienne. Repéré par un équipage de police après avoir jeté une flasque de vodka par la fenêtre de son véhicule, E., un automobiliste de 39 ans, a été appréhendé à proximité de Frépillon.

Selon Le Parisien, le trentenaire présentait un taux d’alcool de 1,25 mg par litre d’air expiré, largement supérieur à la limite légale autorisée de 0,25 mg. Il conduisait malgré l’annulation de son permis à la suite de précédentes condamnations et se dirigeait vers un supermarché afin d’y acheter de l’alcool.

D’après le quotidien régional l’interpellation du suspect s’est avérée houleuse : après avoir tenté de prendre la fuite à bord de son véhicule, il a ensuite essayé de se saisir d’un pistolet à impulsion électrique de l’un des fonctionnaires de police.

Le mis en cause n’a pas non plus hésité à injurier les agents en les traitant de « sales fils de p… de Blancs, sales Français ».

Jugé le lundi 27 juillet dans le cadre d’une procédure en comparution immédiate, le prévenu a présenté ses excuses.

« C’est vraiment déplorable, j’ai vraiment honte de moi. Je suis quelqu’un de gentil normalement, mais j’ai un problème avec l’alcool. J’ai l’impression de devenir un monstre. Les injures, c’est le black-out. C’est sûrement vrai, mais je ne m’en souviens pas. Je m’excuse auprès des policiers », a notamment déclaré l’accusé.

« Je n’arrive pas à m’en sortir. Je demande de l’aide. C’est un travail difficile que je n’arrive pas à faire. C’est maladif. Je voudrais aller en cure », a-t-il ajouté.

Huit mois de prison ferme

Présente pendant l’audience, son ex-compagne, avec laquelle il a eu deux enfants, a confirmé les problèmes d’alcoolisme du mis en cause. « Il est constamment alcoolisé. J’ai peur pour mes enfants », a-t-elle souligné.

Bien connu de la justice, le prévenu a déjà été condamné à onze reprises en l’espace de six ans pour des faits de conduite en état d’ivresse, conduite sans permis, refus d’obtempérer ainsi que des violences exercées à l’encontre de sa compagne et de sa mère.

« Il est un danger. Un jour, il va tuer quelqu’un s’il retourne sur la route », a observé le procureur de la République. Dans son réquisitoire, l’avocat général demandera la condamnation de l’accusé à un an de prison ferme et la révocation des sursis et mises à l’épreuve liés à ses précédentes condamnations, soit un an de réclusion supplémentaire.

Le tribunal a finalement décidé de condamner le prévenu à huit mois de prison ferme.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ