Val-d’Oise – Un rodéo sauvage fait une dizaine de blessés : « Les gens ont été balayés comme des quilles »

Par Séraphin Parmentier
3 décembre 2019 Mis à jour: 3 décembre 2019

Grièvement blessée après un choc entre deux voitures, l’une des victimes a dû être héliportée en urgence.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 novembre à Bruyères-sur-Oise, une commune d’un peu plus de 4000 habitants située à environ 70 kilomètres au nord de Paris.

Selon Le Parisien, le conducteur d’une Alfa Romeo qui participait à un rodéo sauvage organisé au beau milieu de la zone industrielle de Bruyères-sur-Oise a violemment percuté un véhicule à l’arrêt au milieu du carrefour des Bosquets.

Arrivé à toute vitesse au niveau du carrefour, l’automobiliste n’a pas été en mesure d’éviter la voiture qu’il a heurtée de plein fouet, la projetant à une vingtaine de mètres.

L’Alfa Romeo a ensuite continué sa course folle sur plus de vingt-cinq mètres avant de s’arrêter. Un jeune homme de 19 ans a été retrouvé sous la voiture ayant été percutée par l’Alfa Romeo. Les secours l’ont dégagé avant de lui porter les premiers soins.

Grièvement blessé, il a dû être héliporté à Paris. D’après les journalistes du quotidien francilien, il souffrirait d’un traumatisme crânien et d’une hémorragie.

Neuf autres personnes ont été blessées dans la collision, « certaines [ayant] également [été] percutées par les voitures accidentées ». Elles ont été évacuées vers les hôpitaux de Pontoise, Gonesse et Beaumont-sur-Oise.

« Ces gens prennent des risques »

L’intervention a mobilisé une trentaine de pompiers pendant plus de trois heures trente.

« Un accident comme celui-ci, nous n’en avons pas régulièrement. Par contre, des rodéos, oui ! » observe Alain Garbe, le maire de Bruyères-sur-Oise.

« Il y avait hier soir une dizaine de voitures et une trentaine de personnes qui se trouvaient là, par hasard ont-elles expliqué. Mais j’en doute ! En fait, on vient de partout pour faire des rodéos, parfois de Paris, tous les week-ends. On a parfois jusqu’à 40 motos, une quinzaine de voitures. L’été, cela devient terrible. Ces gens prennent des risques. Hier soir, vu la violence du choc, il devait rouler à 100, 110 km/h. La voiture qui a été percutée a tourné sur elle-même et les gens ont été balayés comme des quilles », poursuit l’édile.

Si M. Garbe admet que les rodéos sont fréquents, il affirme qu’il lui serait pourtant difficile de les empêcher.

« Ce n’est pas facile. Installer des ralentisseurs pose des problèmes pour les nombreux camions qui circulent dans la zone. Cela peut esquinter leurs essieux. Il y en a jusqu’à 70 par heure. La zone est à la charge du département. Peut-être serait-il possible de mettre des caméras et de relever les plaques des participants aux rodéos », conclut le maire de Bruyères-sur-Oise.

RECOMMANDÉ