Var : ils découvrent un requin mort d’au moins 2,50 mètres pendant leur baignade

Par Léonard Plantain
1 août 2020
Mis à jour: 1 août 2020

En pleine baignade sur une plage varoise pendant leurs vacances, des nageurs ont découvrent un requin mort mesurant près de 2,50 mètres, flottant sous l’eau à 30 mètres du rivage.

D’abord effrayée puis surprise, Ariane Girard, 18 ans, en vacances sur la côte varoise, a fait part de sa découverte insolite ce jeudi 30 juillet, lors d’une sortie aquatique en masque et tuba avec ses cousins, dans la baie du port de cap Bénat, à Bormes-les-Mimosas.

« On a cru qu’il était vivant », décrit-elle après la découverte soudaine d’un requin en face d’eux. « Puis on s’est approchés. Le corps était inerte, mais en bon état, il flottait à l’envers et se balançait avec le courant qui était très fort. Dans l’eau, on voyait très bien ses yeux verts fluorescents », déclare-t-elle, selon Var-Matin.

Rapidement, d’autres plongeurs sont arrivés pour admirer l’animal. « À vue d’oeil, il devait peser environ 200 kilogrammes. J’étais impressionnée, il était vraiment gros et mesurait au moins 2,50 mètres », précise Ariane.

Mais comment expliquer la présence d’un requin sous la surface de l’eau à 30 mètres du rivage, ventre apparent ? En l’observant, Ariane a découvert deux trous de part et d’autre de son épine dorsale « d’un diamètre équivalent à un harpon », précise-t-elle.

D’après Matthieu Lapinski, biologiste marin, il s’agit certainement « d’une gaffe », car c’est le genre de trou laissé par « une sorte de harpon à main pour remonter un poisson à bord », décrit-il, d’après Nice-Matin.

Également président de l’Association Ailerons (qui oeuvre pour l’étude et la conservation des requins et des raies de Méditerranée), Matthieu Lapinski confirme qu’à priori, « il s’agit d’un requin griset, Hexanchus griseus. C’est une espèce de grand fond (1 500-2 000 mètres de profondeur) qui est autorisée à la pêche ».

N’étant pas une espèce dangereuse pour l’homme, il peut néanmoins mordre pour se défendre lors de prises en pêche.

Après cette découverte, Ariane et ses cousins ont tenté de le faire enlever par des spécialistes, mais sans succès. Cependant, d’autres plongeurs ont réussi à le tirer malgré ses presque 200 kg jusqu’au rivage, à mains nues. En l’absence d’autopsie, l’origine précise des plaies reste inconnue, mais selon Matthieu Lapinski, le requin pourrait avoir été « rejeté mort par un pêcheur professionnel », conclut-il.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ