Varsovie critique un documentaire de Netflix sur les camps nazis allemands

Par Epoch Times avec AFP
12 novembre 2019 Mis à jour: 12 novembre 2019

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s’est adressé au patron de Netflix pour dénoncer un documentaire qui « réécrit l’Histoire » en plaçant les camps de la mort nazis allemands sur une carte de la Pologne d’aujourd’hui.

M. Morawiecki a annoncé lundi sur sa page Facebook avoir fait part à M. Reed Hastings  que si « peut-être, pour les auteurs du film, il s’agit d’erreurs insignifiantes, celles-ci sont très blessantes pour les Polonais et il est de notre devoir d’y réagir fermement ».

Une consultante de Netflix en Pologne, qui s’est identifiée seulement par son prénom de Malgorzata, a déclaré à l’AFP mardi que la société jugeait cette question « prioritaire » et qu’elle « n’avait voulu offenser personne ».

« Nous y travaillons », a-t-elle ajouté, et les échelons supérieurs de Netflix devraient préciser bientôt dans une déclaration officielle leur position sur ce documentaire intitulé « The Devil Next Door » et portant sur Ivan Demjanjuk, un ex-gardien ukrainien d’un camp nazi en Pologne occupée.

Le Musée d’Auschwitz a également réagi dans un message sur son compte Twitter, en soulignant que des indications contenues dans le documentaire de Netflix étaient « tout simplement fausses ».

Pour M. Morawiecki, « non seulement la carte n’est pas correcte, mais elle induit les spectateurs à croire que la Pologne était responsable pour l’établissement et la maintenance des camps, et pour les crimes qui y étaient commis« .

« Comme mon pays n’existait même pas à cette époque en tant qu’Etat indépendant, et que des millions de Polonais ont été assassinés sur ces sites, cet élément du film ‘The Devil Next Door’ne fait rien d’autre que réécrire l’histoire », a encore affirmé le Premier ministre polonais.

La Pologne a perdu pendant la 2e guerre mondiale six millions de citoyens, dont trois millions de Juifs, victimes de l’Holocauste.

Le gouvernement conservateur actuel est particulièrement sensible aux erreurs, apparaissant parfois à l’étranger, qui attribuent à la Pologne une responsabilité dans les crimes des nazis allemands, sans nier pour autant que certains Polonais y aient participé à titre individuel.

RECOMMANDÉ