Vaucluse : des symptômes inexpliqués chez les élèves d’une école élémentaire, les investigations se poursuivent

Par Emmanuelle Bourdy
8 février 2021
Mis à jour: 8 février 2021

Dans la commune de Pernes-les-Fontaines (Vaucluse), plusieurs élèves de l’école élémentaire Jean-Moulin sont atteints de symptômes pour le moment inexpliqués tels que des nausées, des endormissements soudains ou encore des maux de tête. La préfecture de Vaucluse mène des investigations afin de déterminer les causes, qui selon elle, n’ont apparemment aucun lien avec le coronavirus.

Depuis quelques semaines, des élèves de l’école élémentaire Jean-Moulin de Pernes-les-Fontaines ont manifesté des symptômes mystérieux, ainsi que le relate France Bleu. En effet, ils ont ressenti des céphalées, des douleurs abdominales, des nausées, mais également des endormissements soudains.

La préfecture de Vaucluse a déclaré qu’il n’y avait aucun rapport entre le coronavirus et les symptômes apparus chez ces élèves. Le préfet de Vaucluse a fait un point de la situation de l’école et a informé sur Twitter que, ce vendredi 5 février, « l’accueil des enfants de l’école primaire a été suspendu par mesure de précaution et afin de pouvoir mener des investigations », notamment en lien avec l’Agence régionale de santé et Santé publique France. La réouverture de l’école primaire devrait être effective le 15 février.

La préfecture a également précisé que ces symptômes étaient « sans gravité », bien que leur origine n’ait pas été trouvée. La mairie de la commune a pourtant effectué de nombreuses analyses tous azimuts, aussi bien au niveau de l’alimentation, que de l’eau, du gel hydroalcoolique ou encore des produits de nettoyage, mais sans aucun résultat. La préfecture va poursuivre ses « contrôles de l’environnement ». Elle a d’ailleurs déclaré qu’elle allait faire « un diagnostic de la ventilation », mesurer la « qualité de l’air » et observer les « paramètres de confort (CO², température, hygrométrie) ».

Parmi toutes les recherches entreprises, une internaute a réagi au tweet du communiqué de presse du préfet de Vaucluse en demandant pourquoi seulement le collectif Parents Ventoux 84 s’interrogeait sur la question du port du masque. Ce collectif a été contacté par Le Figaro. Il a évoqué la thèse du port prolongé du masque qui est, selon lui, à prendre très au sérieux, d’autant plus que les symptômes disparaissent les jours où les enfants ne sont pas en classe. Il demande que « la piste du port prolongé du masque, et de l’intoxication au CO² » soit « vérifiée absolument », et précise que « le taux d’oxygène des élèves mesuré par le médecin scolaire par un oxymètre confirme un taux en dessous de la norme ».

À lire aussi :

« Porter un masque de protection peut-il être dangereux pour la santé ? »

Par ailleurs, deux cas de coronavirus ont été décelés les 4 et 5 février. Un élève de CM1-CM2 est concerné ; de ce fait, « tous les élèves de sa classe sont considérés comme cas contacts à risque et doivent être isolés », a-t-il été précisé aux parents qui doivent donc faire tester leurs enfants sans tarder. Pour cela, dès lundi, des tests PCR seront disponibles, entres autres pour les élèves et leurs enseignants, rapporte France Bleu qui précise également que le second élève ayant contracté le coronavirus est un enfant de l’école maternelle Jean-Moulin. La classe de l’enfant a d’ailleurs été fermée.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ