Vélo-partage : JCDecaux et Lyon confrontés à un vandalisme « sans précédent »

Par afp
24 juin 2019
Mis à jour: 12 juillet 2019

L’été dernier, les 4.000 « Vélo’v » lyonnais avaient fait peau neuve. Mais un millier d’anciens vélos en libre-service sont réintroduits à partir de lundi, le temps de réparer un quart du parc touché par un vandalisme « sans précédent ».

« Le service Vélo’v est confronté depuis plusieurs semaines à une vague de vandalisme d’une violence sans précédent avec 1.200 vélos à réparer sur un parc de 4.000 cycles », indique la Métropole. « Depuis le lancement de Vélo’v en 2005, une telle situation n’a jamais été observée », ajoute-t-elle.

 

Conséquence : le nombre de vélos disponibles fait défaut à Lyon et Villeurbanne, les deux communes couvertes par le service. « Vingt-sept stations sont fermées et l’extension du réseau en périphérie est arrêtée », déplore l’association La Ville à Vélo, qui compte 1.350 adhérents, dans un communiqué.

La Métropole assure que les stations les plus vandalisées rouvriront « dès que le phénomène sera maîtrisé » et que son objectif reste de porter le parc à 5.000 vélos en créant 80 nouvelles stations dans 21 autres communes de l’agglomération.

Mais dans l’immédiat, afin d’assurer la continuité du service, 1.000 vieux Vélo’v vont reprendre la route, la flotte ayant déjà été partiellement complétée par l’approvisionnement anticipé de Vélo’v neufs.

Autre mesure d’urgence: les béquilles, « souvent utilisées pour le décrochage sauvage des vélos », ont été temporairement retirées.

Le service lyonnais de vélo-partage comptait plus de 77.500 abonnés annuels en avril, chaque vélo du parc étant utilisé 6 à 10 fois par jour. Environ 8,5 millions de locations avaient été recensées en 2018.

Avec AFP

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ