Un vendeur de livres religieux en Chine est condamné à 7 ans de prison

Par Frank Yue
6 octobre 2020
Mis à jour: 6 octobre 2020

Un homme de la province chinoise du Zhejiang a été condamné à sept ans de prison par le tribunal de la ville de Linhai pour avoir prétendument vendu « illégalement » en ligne des livres religieux qu’il avait importés de l’étranger.

Chen Yu a été condamné pour ses activités commerciales le 27 septembre, selon Radio Free Asia (RFA). Il a également été condamné à une amende de 200 000 yuans (25 000 euros).

Chen a vendu environ 770 livres et périodiques religieux différents importés des États-Unis et de Taïwan.

Chen n’est pas le seul à avoir des problèmes avec les autorités ; ses clients auraient également fait l’objet d’une enquête de la police locale. La RFA a indiqué que les autorités ont retrouvé les clients de Chen grâce aux informations sur les commandes qu’elles ont saisies dans la boutique en ligne de Chen.

Ces clients, qui se sont identifiés comme étant des chrétiens des provinces du Shandong, du Henan et du Zhejiang, ont déclaré que leurs maisons avaient été fouillées par la police locale, qui a saisi leurs livres religieux qui ne sont pas approuvés par le Parti communiste chinois (PCC).

« ‘Wheat Study’ a été considérée comme une force anti-Chine », a déclaré la police lors des perquisitions, selon la RFA. « Wheat Study » est le nom de la librairie en ligne de Chen.

Selon un avis des autorités locales obtenu par RFA, plus de 10 000 clients suspects ont été interrogés par la police.

Un chrétien, sous couvert d’anonymat, a exprimé sa désapprobation de la peine prononcée par le tribunal à l’encontre de Chen. « C’est très injuste parce que les chrétiens ne causent aucune nuisance à la société lorsqu’ils tiennent de telles librairies », a-t-il déclaré à RFA.

« C’était plus facile il y a quelques années », a-t-il ajouté. « Vous pouviez acheter en ligne des ouvrages chrétiens à votre convenance. »

« Maintenant, elles sont toutes interdites. Ils vous traqueront si vous laissez un message. En gros, on n’achète rien. Je télécharge des versions électroniques en ligne parce que je sais comment contourner le grand mur de feu », a-t-il déclaré, faisant référence à l’outil de surveillance et de censure du régime chinois utilisé pour bloquer l’accès des Chinois à des sites web ciblés, en particulier en provenance de pays démocratiques.

Un autre chrétien a déclaré qu’il était devenu extrêmement prudent depuis que des fonctionnaires du gouvernement avaient enquêté sur ses achats de livres religieux. Pour éviter que ses transactions ne soient surveillées, l’homme a supprimé de son téléphone portable toutes ses applications et tous ses contacts ayant des liens religieux, et a laissé les groupes religieux en ligne auxquels il participait sur les médias sociaux.

Zhang Jialin, professeur au département de religion et de gestion de l’information de l’université Aletheia à Taïwan, a déclaré à RFA que la dernière décision de justice était un coup dur pour la liberté religieuse en Chine.

Il a déclaré qu’il n’avait jamais entendu parler d’une sanction aussi sévère pour la vente d’un livre religieux non approuvé, bien que de tels titres aient longtemps été jugés illégaux par le PCC.

« Des sanctions pénales ont été infligées pour des incidents similaires, mais aucune d’entre elles n’a été aussi sévère. On peut supposer que le tribunal local a agi ainsi pour mettre en œuvre la politique de Xi Jinping en matière de religion », a ajouté Zhang.

Une campagne : la « sinisation » des religions

En 2014, les scènes d’églises dont les croix ont été retirées dans toute la Chine ont choqué de nombreux chrétiens en Chine et dans le monde entier. Par exemple, le 27 février de cette année-là, les autorités du district de Yuhang de la ville de Hangzhou, dans la province du Zhejiang, ont mobilisé plus de 200 personnes et une grue pour démanteler rapidement une croix sur l’église de Huanghu en 20 minutes.

Puis, lors d’une réunion du Front uni qui s’est tenue à Pékin du 18 au 20 mai 2015, le dirigeant chinois Xi Jinping a proposé pour la première fois la « sinisation » des religions. Il a exposé sa politique visant à adapter les religions – christianisme, bouddhisme et autres – aux besoins du PCC avec un « socialisme aux caractéristiques chinoises ».

Depuis lors, des témoignages se sont multipliés dans tout le pays sur des églises dont les croix ont été retirées de force par les autorités.

Cette année, au moins 250 croix ont été retirées des églises des villes de Lu’an, Ma’anshan et Huibei dans la province de l’Anhui entre janvier et avril, selon les données de Bitter Winter, un magazine sur la liberté religieuse et les droits de l’homme en Chine.

Le 1er avril, les autorités locales de la ville de Fuyang, dans l’Anhui, ont tenté de retirer la croix de l’église de Gulou, vieille de 124 ans. Une centaine de croyants chrétiens se sont présentés pour tenter d’empêcher la démolition.

La croix a finalement été retirée à 5 heures du matin le lendemain.

FOCUS SUR LA CHINE – Un incendie dans le centre de la Chine fait 13 morts

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ