Venezuela : des enfants s’évanouissent à cause de la faim dans les écoles au milieu de la crise économique

Par Katabella Roberts
3 décembre 2019 Mis à jour: 3 décembre 2019

Les enfants qui fréquentent l’école dans tout le Venezuela s’évanouissent régulièrement en raison d’un manque de nourriture, a rapporté le New York Times.

La publication cite un incident survenu à l’école primaire Augusto D’Aubeterre Lyceum où cinq enfants se sont évanouis et deux autres ont été emmenés à l’hôpital lors d’une cérémonie de prière de 15 minutes dirigée par un évêque catholique local.

Beaucoup d’élèves de l’école vont en classe sans avoir pris de petit-déjeuner ou dîné la veille au soir, au milieu de la crise économique dévastatrice qui sévit dans le pays depuis six ans, d’après la publication.

À cause de la crise, les enfants prennent la décision d’aller à l’école en se basant sur la question de savoir s’ils recevront ou non de la nourriture.

Maira Marín, enseignante et dirigeante syndicale à Boca de Uchire, a déclaré à la publication : « On ne peut pas éduquer des gens affamés et squelettiques ».

Le Venezuela, qui abrite les plus grandes réserves de pétrole brut du monde, avait auparavant maintenu une relative stabilité et avait l’une des économies à croissance rapide d’Amérique latine.

Cependant, le pays a connu une crise économique catastrophique depuis 2014, lorsque le prix mondial du pétrole a chuté en même temps que la demande pour le pétrole vénézuélien. Le produit intérieur brut de ce pays d’Amérique du Sud s’est effondré et l’inflation a rapidement monté en flèche.

L’économie du pays dépendait fortement des exportations de pétrole, qui représentaient environ 90 % de ses revenus. Avec ces revenus, le gouvernement socialiste, dirigé par Hugo Chávez de 1999 à 2013, a financé de nombreux programmes sociaux.

Ils visaient à lutter contre la pauvreté et l’inégalité dans tout le pays. Des subventions étaient également accordées aux personnes à faible revenu pour les services de santé.

Pendant cette période, les écoles de tout le pays fournissaient l’éducation aux élèves, même dans les régions les plus éloignées, mais les obligations du gouvernement en matière de dépenses ont augmenté de façon spectaculaire.

En raison de la crise économique, près de 32 millions de citoyens vénézuéliens se sont retrouvés dans l’impossibilité d’acheter de la nourriture et des médicaments, tandis que des coupures de courant et des pénuries sont devenues monnaie courante.

Alors que le mécontentement politique ne cesse de croître au sein de la nation, quatre millions de Vénézuéliens auraient quitté le pays ces dernières années, l’appauvrissant à la fois en élèves et en enseignants.

Pour les enseignants qui restent, les salaires sont à peu près nuls, alors que certaines écoles ont à peine 100 élèves, en comparaison aux milliers d’élèves qui étaient présents auparavant. La chute du nombre d’élèves est liée au coût élevé des uniformes, des ustensiles scolaires et des tarifs d’autobus.

Les experts ont maintenant mis en garde contre le danger que l’effondrement du système éducatif vénézuélien fait courir à ses citoyens, ce qui pourrait retarder le développement du pays.

« Toute une génération est laissée pour compte. Le système éducatif actuel ne permet pas aux enfants de devenir des membres à part entière de la société », a déclaré Luis Bravo, chercheur en éducation à l’Université centrale du Venezuela à Caracas.

Selon l’Institut de statistique de l’UNESCO, 324 992 enfants n’étaient pas scolarisés en 2017, contre 120 920 six ans plus tôt.

On rapporte que de nombreuses écoles fermeraient aujourd’hui leurs portes dans ce pays autrefois riche, ce qui contredit l’idéologie d’inclusion sociale longtemps prêchée par le gouvernement socialiste du président Nicolás Maduro.

La semaine dernière, le gouvernement de Maduro a semblé assouplir son contrôle sur l’application stricte du contrôle des prix dans le pays en autorisant les premières soldes du vendredi noir dans les dernières années.

Les centres commerciaux et les petits détaillants à travers le pays ont annoncé des rabais allant jusqu’à 80 % sur une gamme de produits, dans l’espoir d’encourager un afflux de clients qui font des courses pour Noël et de compenser la faiblesse des ventes, qui ont chuté de 50 % cette année, selon Reuters.

RECOMMANDÉ