Venise: vers la fin du tourisme de masse après la crise du coronavirus

Par Emmanuelle Bourdy
21 avril 2020
Mis à jour: 21 avril 2020

Venise n’aura jamais été aussi peu fréquentée qu’en ce moment. Depuis que la pandémie de coronavirus s’est propagée, entraînant le confinement dans de nombreux pays, la cité flottante n’accueille plus aucun visiteur. Sur la place Saint-Marc, quelques rares habitants, mais plus la foule grouillante.

Matteo Secchi, de l’Association Venessia, précise : « On est passé d’un extrême à l’autre », ainsi que l’a rapporté France Info. « Ici, il y a quelques mois, on ne pouvait même pas se croiser. Maintenant, c’est désert », ajoute-t-il.

Cette crise entraîne des prises de conscience. En effet, les élus locaux en profitent pour repenser le tourisme, ainsi que le relate Positivr. Ils souhaitent stopper le tourisme de masse et revenir à une économie plus douce. Les gigantesques paquebots qui faisaient partie du paysage vénitien ont disparu depuis le début du confinement. Matteo Secchi pense que « l’histoire de ces grands bateaux dans Venise vient de se terminer avec l’épidémie. Cela n’aura plus de sens de les accepter encore ».

Pour mieux gérer l’afflux de personnes, un quota maximum de visiteurs quotidiens sera mis en place. En 2018, la cité des Doges avait accueilli 30 millions de touristes, cette époque est révolue, le maire de la ville ne veut plus de ça.

Toutefois, la cité va devoir se « réinventer » car de nombreux commerces, qui vivaient essentiellement du tourisme, sont au bord de la faillite. Cependant, cette subite baisse de fréquentation touristique a entraîné des changements positifs et notoires au niveau de l’environnement. L’un des plus probants est l’eau des canaux, à nouveau propre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ