Les ventes de tests PCR ont explosé à Wuhan avant la publication des premiers cas officiels de Covid-19 selon un rapport

Par Daniel Y. Teng
7 octobre 2021
Mis à jour: 8 octobre 2021

Les dépenses liées aux tests de détection du nouveau coronavirus ont grimpé en flèche à Wuhan, en Chine, plusieurs mois avant la première déclaration officielle de cas de Covid-19, ce qui laisse supposer que le virus circulait déjà dans les communautés pendant l’été nordique en 2019 avant d’être rendu public par Pékin, selon une recherche de la société australienne de cybersécurité Internet 2.0.

La firme a suivi les ventes de tests d’amplification en chaîne par polymérase (PCR) sur plusieurs années, révélant une augmentation de près de 50 % entre 2018 et 2019 – l’année précédant la propagation de l’épidémie de Covid-19 à travers le monde.

Les ventes de tests PCR, utilisés pour détecter des virus spécifiques, ont totalisé 19,1 millions de yuans (2,6 millions €) en 2016, avant de passer à 29,1 millions de yuans (3,9 millions €) en 2017, 36,7 millions de yuans (4,9 millions €) en 2018 et 67,4 millions de yuans (9 millions €) en 2019.

« Ces résultats remettent en question les hypothèses existantes sur le moment où la pandémie a commencé et plaident en faveur d’une enquête plus approfondie. L’étude conclut qu’une augmentation significative des dépenses en équipement PCR est corrélée à la propagation du Covid-19 », selon le rapport, « Approvisionnement en vue d’une pandémie : Évaluation de l’approvisionnement en matériel PCR de la province de Hubei en Chine ».

« Nous estimons avec une confiance moyenne que l’augmentation significative de 2018 à 2019 dans la province de Hubei (67,4 millions de yuans d’équipement PCR total en 2019) est due à un événement tel que l’émergence du Covid-19 », poursuit le rapport.

« Enfin, nous estimons avec un haut degré de confiance que la pandémie a commencé bien avant que la Chine n’informe l’OMS de l’existence de Covid-19. »

L’étude a été réalisée via une analyse de 1 716 contrats d’approvisionnement de 2007 à fin 2019.

Elle a également identifié une quantité « notable, significative et anormale » d’achats d’équipements PCR en 2019 auprès d’institutions basées à Wuhan, telles que l’hôpital de l’armée aéroportée de l’Armée populaire de libération (mai 2019), l’Institut de virologie de Wuhan (novembre 2019), l’Université des sciences et de la technologie de Wuhan (octobre 2019) et les centres de contrôle et de prévention des maladies des districts de la province du Hubei (mai-décembre 2019).

Les premiers cas de Covid-19 ont été officiellement signalés le 31 décembre 2019 ; cependant, les questions ont persisté quant à la cause exacte de l’épidémie, une enquête très médiatisée soutenue par l’OMS ayant donné des résultats qui ont depuis été contestés.

Jeff Carlson et Hans Mahncke, co-animateurs de Truth Over News (La vérité sur l’actualité) sur Epoch TV, ont tenté de retracer les origines du virus, et ont découvert que les scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan ont commencé à identifier et à étudier les premiers virus liés au Covid-19 dès 2012-2013.

Michael Shoebridge, directeur de la défense à l’Australian Strategic Policy Institute, estime que le rapport d’Internet 2.0 fournit des points de données supplémentaires utiles au travail de recherche de la vérité sur l’origine de la pandémie.

« L’équipement de test PCR est désormais largement associé à la précision des tests Covid, mais son utilisation est beaucoup plus large dans la recherche génétique et biotechnologique, de sorte qu’une augmentation des achats de cet équipement ne signifie pas nécessairement qu’une épidémie a eu lieu. D’autres explications pourraient être une accélération de différentes lignes de recherche », a-t-il dit à Epoch Times dans un courriel.

Cependant, il a noté que cela n’exclut pas la conclusion d’Internet 2.0 selon laquelle le régime chinois a peut-être essayé de faire face à une éventuelle épidémie.

En outre, si des informations sur les motifs des achats massifs de PCR pouvaient être obtenues, elles pourraient apporter un éclairage supplémentaire sur les activités du Parti communiste chinois (PCC).

« Bien sûr, c’est exactement ce que les autorités chinoises ne veulent pas voir se produire et donc la reconstruction et la découverte de données comme celles effectuées par Internet 2.0 resteront un moyen de poursuivre l’enquête », a-t-il ajouté. « Je n’exclurais pas que d’autres informations soient révélées par des divulgations provenant de Chine, car il y a eu des précédents dans d’autres domaines d’activité, comme les fuites de documents gouvernementaux sur le Xinjiang.

« Le simple fait que la divulgation de ce qui s’est passé est évidemment dans l’intérêt de quiconque veut prévenir de futures pandémies est significatif. En effet, le comportement du PCC visant à empêcher cette connaissance ouvre un fossé entre les intérêts du régime qui gouverne la Chine, et les populations de Chine et du reste du monde. Ce fossé ne peut que s’élargir au fil du temps. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées  :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ