La vérité sur le niveau de la mer et les combustibles fossiles

Par H. Sterling Burnett
11 mai 2021
Mis à jour: 11 mai 2021

Les militants écologistes, les médias grand public et de nombreux scientifiques affirment régulièrement que les gouvernements doivent prendre des mesures draconiennes pour empêcher la montée rapide des eaux. Ils affirment que si rien ne contraint les humains d’arrêter d’utiliser les combustibles fossiles, les îles et les zones côtières de faible altitude seront bientôt submergées par les vagues.

Pour étayer leurs affirmations, ils citent des déclarations (pdf) du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) affirmant qu’il est « très probable » que l’élévation du niveau de la mer se soit accélérée depuis le milieu du XXe siècle en raison du réchauffement causé par l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, le GIEC fonde son affirmation sur des projections de modèles informatiques et non sur des données mesurées et réelles.

Les données n’étayent guère l’affirmation selon laquelle les mers s’élèvent à un rythme historiquement inhabituel ou de plus en plus rapide. Le niveau mondial des mers a augmenté d’environ 120 mètres depuis le début de la fin de la dernière période glaciaire (il y a environ 20 000 ans). Historiquement, le niveau des mers a fluctué pendant des centaines de milliers d’années, sans que cela ait quoi que ce soit à voir avec les émissions de combustibles fossiles.

Les recherches montrent que la plupart des îles qui composent des nations telles que Tuvalu et les Maldives gagnent, et non perdent, de la masse terrestre. Une étude évaluée par des pairs qui a examiné 600 îles de récifs coralliens dans les océans Pacifique et Indien a révélé qu’environ 40 % de ces îles sont restées stables et que 40 % ont grandi. On peut en déduire que les populations de ces nations insulaires et de la côte américaine augmentent au lieu de se déplacer. De plus, dans ces endroits, on construit quotidiennement de nouveaux bâtiments coûteux et des infrastructures associées.

Un rapport de 2019 (pdf) rédigé par Craig Idso, David Legates et le regretté S. Fred Singer confirme que le niveau des mers n’a pas augmenté à un rythme inhabituel ces dernières années. Après avoir examiné les données à long terme des marégraphes et d’autres sources, Idso, Legates et Singer écrivent que « les marégraphes côtiers de la plus haute qualité du monde entier ne montrent aucune preuve d’accélération depuis les années 1920 ».

La différence entre les données enregistrées par le système mondial de marégraphes et les projections faites par de prétendues autorités climatiques s’explique par le fait que « [c]omme la fonte des glaces, l’élévation du niveau de la mer est un domaine de recherche qui a récemment été dominé par les modèles informatiques », écrivent les auteurs. « Alors que les chercheurs travaillant avec des ensembles de données construites à partir de marégraphes côtiers à long terme signalent généralement un taux linéaire lent de l’élévation du niveau de la mer, les modélisateurs informatiques supposent un forçage anthropique important et règlent leurs modèles pour trouver ou prédire une accélération du taux d’élévation. »

Les actions humaines, telles que la construction de barrières, la canalisation des rivières, la conversion des zones humides côtières en zones métropolitaines densément peuplées et le drainage des aquifères côtiers pour la consommation humaine (qui provoque l’affaissement des terres) ont sans aucun doute rendu certaines régions et populations côtières plus vulnérables à la montée des eaux. Néanmoins, il existe peu de preuves que l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre contribue à la montée des océans.

Dans une étude de 2017 du Heartland Institute, le géophysicien Dennis Hedke a analysé les données de 10 villes côtières disposant d’enregistrements relativement longs et fiables du niveau de la mer. Il a constaté qu’il n’y avait aucune corrélation entre les changements du niveau de la mer à ces endroits et l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone.

Pour certaines villes, le taux d’élévation du niveau de la mer est resté pratiquement constant, n’augmentant ni ne diminuant sensiblement par rapport aux taux enregistrés avant que l’homme ne commence à ajouter des quantités importantes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. D’autres villes, comme Ceuta, en Espagne, ont connu une très faible élévation du niveau de la mer au cours du siècle dernier, affichant une ligne de tendance presque plate, bien en dessous du taux historique d’élévation du niveau de la mer mondial, qui est d’environ sept pouces par siècle. D’autres villes, comme Sitka, en Alaska, ont connu une baisse du niveau de la mer. D’autres encore, comme Atlantic City, dans le New Jersey, ont connu une augmentation importante et rapide du niveau de la mer.

Le fait est que le niveau de la mer varie selon les régions du monde, et que les différences de taux d’élévation du niveau de la mer sont en grande partie le résultat de conditions locales, et non du changement climatique mondial.

Notre connaissance des cycles interglaciaires précédents indique que les mers continueront à monter jusqu’à ce que la prochaine période glaciaire arrive. Comme le disait une anecdote apocryphe du roi Canute, les efforts de l’homme pour tenter d’arrêter la montée des marées sont voués à l’échec ; c’est la nature, et non l’humanité, qui dirige les mers.

Il est logique de se préparer à la montée des eaux en renforçant les zones côtières, en décourageant les aménagements côtiers peu judicieux et en faisant prendre conscience aux habitants des zones côtières que les investissements réalisés sur place pourraient être engloutis par la montée des eaux. Mettre fin à l’utilisation des combustibles fossiles et donner à des gouvernements toujours plus grands un pouvoir croissant sur la vie des gens n’empêchera pas les mers de monter ; cela ne fera que rendre les gens plus pauvres et moins libres.

H. Sterling Burnett, Ph.D., est chercheur principal au Heartland Institute, un centre de recherche non partisan et à but non lucratif dont le siège est à Arlington Heights, dans l’Illinois.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ