Des vers qui se nourrissent de polystyrène pourraient être la solution aux problèmes de déchets de plastique de la planète

22 avril 2019 Mis à jour: 22 avril 2019

Il y a un nouvel espoir que « l’apocalypse dû au fléau du plastique » sur terre ne soit pas si proche finalement. Malgré les dizaines de millions de tonnes de plastique que nous jetons chaque année, la clé pour renverser la situation pourrait se résumer à quelque chose dont vous ne vous attendriez pas : des vers – littéralement.

Rien que pour les gobelets en polystyrène, les Américains en jettent 2,5 milliards chaque année, ce qui ne représente qu’une fraction des 33 millions de tonnes de plastique qui sont gaspillées annuellement aux États-Unis. Et nous savons qu’il faut littéralement des centaines d’années pour que le plastique se décompose tout seul.

(PPD | Pixino)
Illustration de bouteilles en plastique pour le recyclage au centre de recyclage La Sylvia à Barva, province de Heredia, Costa Rica. (©Getty Images | EZEQUIEL BECERRA)

Pendant un certain temps, nous avons mis nos espoirs dans le recyclage du plastique comme solution au problème – ou du moins pour retarder l’inévitable. Bien sûr, les bouteilles d’eau en plastique servent bien ce processus ; ce sont les plastiques les plus faciles à recycler. Les pailles et beaucoup d’autres types de plastique sont complètement non recyclables si l’on ne fait aucun effort considérable. Le recyclage a démontré des limites. En fin de compte, une très grande quantité de plastique, recyclé ou non, finit dans les décharges ou dans nos océans.

Pourtant, les chercheurs de l’Université Stanford ont peut-être trouvé une meilleure solution potentielle. Ils ont découvert, en collaboration avec des scientifiques chinois, que les vers de farine sont littéralement capables de manger du polystyrène. En plus de cela, ils le transforment en excréments totalement biodégradables et sans danger pour l’environnement. Les vers de farine, qui sont simplement des coléoptères à l’état larvaire, et n’ont pas été endommagés par le plastique, en fait, pas plus que les vers qui se nourrissent normalement.

©Flickr | Hans Splinter

L’étude a révélé que 100 vers de farine étaient capables de consommer 40 mg de polystyrène par jour – une quantité minuscule, à peu près la même masse qu’une pilule. Les vers ne sont pas la solution pour transformer eux-mêmes le plastique – jeter un tas de vers de farine dans une cuve pleine de déchets plastiques n’a jamais été l’idée. L’idée était de découvrir la magie qui se produit dans leurs entrailles – l’environnement chimique qui transforme les plastiques nocifs en biomatériaux inoffensifs – et de reproduire le processus. Il ne restait que du CO2 et des selles qui ressemblaient un peu à de la crotte de lapin. Il s’agit d’une découverte remarquable étant donné que le polystyrène expansé était auparavant considéré comme non biodégradable.

Des recherches antérieures avaient déjà découvert que les vers de cire avaient dans le ventre des bactéries capables de digérer le polyéthylène. Les chercheurs avaient prévu de vérifier si les vers de farine et d’autres insectes étaient capables de bio-dégrader d’autres plastiques comme le polypropylène (utilisé dans divers produits) et les microbilles (utilisées dans des exfoliants).

Imaginez si nous pouvions trouver un moyen de reproduire ce que ces vers font, mais à une plus grande échelle. Nous pourrions voir des changements majeurs dans notre société, dans notre économie et dans notre écosystème.

Des mouettes cherchent de la nourriture près d’une zone de déversement des eaux usées, à côté de piles de bouteilles en plastique et de gallons emportés par l’eau au bord de la mer d’Ouzai, au sud de Beyrouth. (©Getty Images | JOSEPH EID)

Quelques faits de plus à propos des raisons qui font que le recyclage du plastique ne fonctionne pas toujours

Chaque fois que le plastique est recyclé, sa qualité est dégradée. Les plastiques sont constitués de polymères (longues chaînes de molécules répétitives). Ce sont eux qui donnent au plastique sa résistance et sa légèreté. Chaque fois qu’ils sont recyclés, la chaîne polymère des molécules de plastique devient plus courte. Le plastique peut être recyclé seulement 2 à 3 fois avant qu’il ne devienne pratiquement inutilisable en tant que produit, et chaque fois qu’il est recyclé, du plastique vierge doit y être mélangé afin qu’il résiste aux produits non recyclés.

Illustration | Charles Rondeau

Le plastique sale ne peut pas être recyclé. Bien que beaucoup de gens pensent qu’ils ont fait leur part en jetant simplement leur contenant de repas de prêt à manger en plastique usagée dans le bon bac, ce n’est pas toujours le cas. Le plastique doit être lavé à fond avant de pouvoir être recyclé. Les recycleurs lavent souvent le plastique plusieurs fois avant qu’il ne soit fondu. Le plastique sale est souvent considéré comme non-exploitable si on veut faire des bénéfices.

Certains produits en plastique ne sont tout simplement pas recyclables, tandis que d’autres ne le sont que s’il y a une demande du marché. Les sacs en plastique et les pailles ne sont tout simplement pas recyclables. Parfois, les pièces d’ordinateur comme les claviers le sont, mais seulement si quelqu’un est prêt à payer pour eux. La politique publique de recyclage joue un rôle central dans la création de cette demande de marché.

©Shutterstock | Extarz

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires !

RECOMMANDÉ