Les victimes d’Epstein affirment que justice doit encore être rendue et qu’ils s’en prendront à tous ceux qui l’ont aidé

Par Samuel Allegri
12 août 2019 Mis à jour: 13 août 2019

Les victimes de Jeffrey Epstein, récemment décédé, sont insatisfaites de son suicide apparent et affirment qu’elles auraient préféré qu’il soit traduit en justice plutôt que mort en prison.

Jennifer Araoz, qui a accusé J. Epstein de l’avoir violée à l’âge de 15 ans, affirme que sa mort ne guérira pas les cicatrices avec lesquelles les femmes victimes de ses violences devront vivre pour le reste de leur vie, rapporte NBC.

(Photo by Stephanie Keith/Getty Images)

« Je suis en colère, Jeffrey Epstein n’aura pas à faire face à ses survivantes au tribunal pour la violence qu’il leur a fait subir », a-t-elle déclaré dans une déclaration. « Nous devons vivre avec les cicatrices de ses actes pour le reste de notre vie, alors qu’il ne subira jamais les conséquences des crimes qu’il a commis, de la douleur et du traumatisme qu’il a causés à tant de gens. Epstein est parti, mais justice doit encore être faite. J’espère que les autorités continueront et poursuivront ses complices et ceux qui lui ont facilité les choses, et qu’elles veilleront à ce que ses victimes obtiennent réparation. »

Les avocats de ses victimes ont déclaré que le suicide apparent d’Epstein était injuste et lâche, a rapporté le Washington Post.

« Je suppose qu’il y a un certain soulagement parce que la crainte qu’il ne sorte de prison est manifestement terminée », a déclaré Kimberly Lerner, avocate de l’une des accusatrices, « mais il y en a aussi qui ne pourront jamais regarder dans ses yeux et dire : ‘Vous m’avez blessée’, il y a cet élément final qu’il leur a enlevé. »

Elle a ajouté que la mort d’Epstein n’est pas « la fin, c’est juste un nouveau départ ».

« Il y a tout un réseau qui lui a permis et qui a permis que cela se produise, et il est temps que tous ceux qui en font partie soient tenus de rendre des comptes », a-t-elle déclaré.

La mort apparente de J. Epstein est survenue un jour après que de nouveaux détails eurent été dévoilés au sujet des abus sexuels qu’il aurait commis sur des mineures, impliquant d’autres hommes de haut niveau, lors de procédures judiciaires.

Virginia Roberts Giuffre a désigné le prince Andrew (fils de la reine Elisabeth II), ainsi que l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Bill Richardson (du Parti démocrate et allié d’Hillary Clinton) et l’ancien leader de la majorité au Sénat, George J. Mitchell (du Parti démocrate du Maine, lié à Obama et Hillary Clinton), qui avaient tous deux des liens avec Jeffrey Epstein, comme des hommes importants avec qui elle avait reçu l’ordre de coucher.

« La poursuite entamée par les voix des victimes courageuses et honnêtes ne doit pas s’arrêter au suicide lâche et honteux de Jeffrey Epstein », a annoncé l’avocate de Mme Guiffre, Sigrid McCawley, dans une déclaration, « Le fait qu’Epstein se soit suicidé dans les 24 heures qui ont suivi la levée des scellés sur des documents et des pièces à conviction détaillés et dévastateurs dans la poursuite intentée par Virginia Giuffre contre Ghislaine Maxwell, document qui a informé le public de la portée, de l’ampleur et de la sophistication du trafic sexuel international qu’Epstein a mené, ne doit rien au hasard. »

Une colère sans fin

Lisa Bloom, qui représente certaines victimes d’Epstein, a publié la déclaration d’une victime anonyme qui disait : « Maintenant, je n’aurais jamais le sentiment de tourner la page. Je suis furieuse que la prison ait pu laisser faire ça. »

Lisa Bloom a expliqué que même s’il n’est pas possible de poursuivre une personne décédée, les poursuites civiles peuvent obtenir une indemnisation pécuniaire afin que les victimes puissent « obtenir une indemnisation complète et équitable pour les dommages qu’il leur a causés toute leur vie ».

« Nous avons l’intention de procéder immédiatement », a déclaré Lisa Bloom sur MSNBC. « Mais nous allons obtenir justice pour ces victimes. Nous n’abandonnons pas. Il n’échappera pas à la justice, même dans la mort. »

« Les poursuites contre lui sont terminées, mais dans la mesure où d’autres personnes se sont rendues complices de ces crimes ou étaient au courant de ces crimes et avaient l’obligation de les signaler mais ne l’ont pas fait, s’il y a suffisamment de faits, ils peuvent toujours être accusés », a déclaré Trey Gowdy à Fox News.

« Je n’ai le cœur brisé pour les victimes qui n’ont pas eu la possibilité de voir leur agresseur dans une position très différente au tribunal », a déclaré Trey Gowdy.

« Dans cette position, il n’a pas le contrôle, il n’est pas au pouvoir, il ne prend pas les décisions », a-t-il poursuivi. « Il est au tribunal, en combinaison, menotté, et pour beaucoup de victimes, cette dernière image aurait pu permettre de tourner la page, dans la mesure où il aurait été jugé. »

RECOMMANDÉ