[Vidéo] Alain pesait 300 kg lors de son évacuation, il a déjà perdu 100 kg grâce à « son mental d’acier »

Par Nathalie Dieul
6 mars 2021
Mis à jour: 7 mars 2021

À 53 ans, Alain retrouve goût à la vie. Trois mois après son évacuation, le Perpignanais qui pesait 300 kilos a déjà perdu un tiers de son poids, arrive à se tenir assis et même debout. Son combat contre l’obésité n’est pas terminé, mais il compte bien le gagner.

Le 1er décembre dernier, un important dispositif avait été mis en place pour évacuer Alain de son appartement dans lequel il vivait en reclus depuis des années. La mort de son père l’avait plongé dans une profonde dépression. Cela faisait un an qu’il était immobilisé au sol à la suite d’une chute, et son état de santé se dégradait rapidement.

« Je devais être hospitalisé bien avant. Personne n’a bougé. J’attendais la mort », se souvient le Perpignanais, en entrevue à La Dépêche du Midi. « Mon médicament, c’était la nourriture. »

Par chance, ses prières quotidiennes ont été entendues et on l’a sorti de là dans une manœuvre qui a mobilisé un grand nombre de moyens humains et matériels. Après son évacuation, l’homme de 300 kilos a été hospitalisé pendant 20 jours à Montpellier avant d’être transféré à la clinique du château de Vernhes, située à Bondigoux près de Toulouse.

Après avoir perdu un tiers de son poids, Alain a repris espoir. « Je suis très content, j’espère que je vais continuer à perdre du poids. C’est une nouvelle vie ! » s’exclame-t-il à France 3. Celui qui ne pouvait plus bouger d’un millimètre, selon ses propres paroles, est maintenant capable de se mettre debout avec l’aide de trois personnes.

« C’est incroyable de le voir assis et debout. Il y a quelques semaines, c’était inimaginable », remarque Frédéric Sanguignol, le directeur de la clinique spécialisée dans le traitement de l’obésité.

« Je me sens un peu fatigué, mais je sais que je dois continuer de me battre. J’ai un mental d’acier même si parfois j’affronte des jours gris », indique Alain, qui a bon espoir de continuer à perdre du poids pour peser entre 90 et 100 kilos ainsi que de remarcher lorsqu’il sortira de l’établissement dans quelques mois.

À la clinique, le quinquagénaire reçoit beaucoup de soutien psychologique en plus de repas équilibrés et de séances de kiné. Alain a maintenant un autre objectif de vie, qui l’aide certainement à trouver la force de se battre : « J’aimerais trouver une femme et pourquoi pas avoir un enfant. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ