Une vidéo de Deep Sea montre une rencontre avec un requin pesant plus d’une tonne

Par Epoch times
4 août 2019 Mis à jour: 4 août 2019

Le 29 juillet, une expédition a révélé de rares images d’un requin des grands fonds qui pèse généralement plus d’une tonne.

À l’initiative d’OceanX, une équipe de chercheurs a été constituée et dirigée par Dean Grubbs, de l’université d’État de la Floride (FSU). Leur mission : marquer un requin aux Bahamas. Ils ont été stupéfaits lorsqu’un spécimen de 6 branchies au nez émoussé a émergé du fond de l’océan.

On entend un chercheur dire de l’intérieur du sous-marin : « Oh mon Dieu ! Regarde la taille de ce truc. »

Le requin a nagé, brassant du sable partout.

« C’est un monstre », dit un autre chercheur. « Elle est énorme […] cette femelle est assurément plus grande que notre sous-marin. »

La créature s’est ensuite dirigée vers le sous-marin Nadir. Il a semblé ouvrir les yeux, puis il a essayé de mordre le fusil utilisé pour le marquage de l’aquaculture.

« Je ne vais pas lui tirer dessus », a dit l’un des chercheurs. « Elle va manger le fusil. »

Le requin griset, ou requin à maquereaux, existe depuis 180 millions d’années et est considéré comme l’une des plus anciennes espèces de requins vivants au monde, d’après Newsweek. Leurs six grandes fentes branchiales permettent d’identifier l’espèce puisque les autres types de requins n’en ont généralement que cinq et vivent pour la plupart entre 200 et 1 000 m sous le niveau de la mer.

« Cette espèce ancienne est antérieure à la plupart des dinosaures et est un prédateur dominant de l’écosystème des grands fonds marins », a déclaré OceanX dans un post sur son blog.

L’équipe espère qu’en marquant le spécimen, ils pourront en apprendre davantage sur leur biologie et leur comportement peu connus, d’après Newsweek.

« Avec nos merveilleux partenaires de l’Institut Cepe Eleuthera, nous avons réussi, ce week-end, à marquer pour la première fois dans l’histoire un certain animal à partir d’un sous-marin », explique OceanX.

« Le scientifique en chef de la mission, le Dr Dean Grubbs, du Laboratoire marin de la FSU, a été le premier à apposer une étiquette satellite sur l’un de ces requins insaisissables, mais jusqu’à présent, il n’avait réussi à le faire qu’en les ramenant à la surface. »

L’équipe de recherche a révélé que la zone appropriée pour le marquage d’un requin est généralement de la taille d’un iPad. Ils s’attendent à ce qu’il faille un certain temps pour que le requin griset se rétablisse, car il est « physiologiquement difficile pour eux d’être étiquetés de cette façon ».

« En général, les données obtenues après le marquage de surface d’un requin griset sont considérées comme faussées, car le requin ne retrouve pas ses comportements naturels avant un certain temps après le marquage », dit OceanX.

L’équipe est rentrée accueillie en héros et a organisé une fête pendant qu’elle examinait les images sous-marines provenant du centre de contrôle de la mission.

« Il s’agit d’un événement historique pour plusieurs raisons », a déclaré OceanX. « Maintenant que nous avons prouvé que cette méthode peut fonctionner pour les grisets, nous  pouvons avoir accès au monde des habitants des profondeurs […] et obtenir des informations importantes sur leurs déplacements et leur comportement. »

RECOMMANDÉ