[Vidéo] Il filme une meute de loups se frayant un chemin dans la neige en Savoie

Par Nathalie Dieul
26 janvier 2021
Mis à jour: 26 janvier 2021

Neuf loups à la queue-leu-leu dans une couche épaisse de neige : c’est ce qu’a réussi à filmer un photographe amateur grâce à un piège photographique installé sur le passage de la meute. Les images tournées en pleine nuit le 20 janvier dernier dans le massif de la Maurienne en Savoie sont incroyablement nettes.

« Ça bouchonne », s’amuse Franck Pasquali, commentant deux des vidéos qu’il a publiées sur sa page Facebook le 23 janvier. Les images montrent les canidés en file indienne, dans une épaisse couche de plusieurs dizaines de centimètres de neige.

C’est du côté de Saint-André, près de la frontière italienne que le photographe amateur avait attaché son appareil. Le piège photographique s’est déclenché vers 2 h 30 du matin, le 20 janvier, lorsqu’il a détecté le mouvement des animaux sauvages passant devant l’objectif, indique Le Dauphiné.

Dans une des vidéos, on peut voir un des loups, après un instant d’arrêt, sortir du sentier déjà tapé pour s’approcher du piège photographique à travers la poudreuse, pendant que d’autres yeux brillants s’approchent dans la nuit noire.

Dans une seconde vidéo, le loup de tête semble avoir décelé une odeur dans la neige où il enfonce son museau, alors que ses congénères, las d’attendre en file indienne, décident de rejoindre les deux premiers canidés.

C’est dans les deux autres vidéos publiées quelques heures plus tard, et principalement grâce au commentaire de Franck Pasquali, que l’on comprend ce qui intéresse les loups à cet endroit précis. « Pour faire de belles vidéos, il faut faire pipi devant le piège photo ! » écrit le photographe amateur.

L’odeur a effectivement un effet magique sur les loups : trois d’entre eux plongent leur museau dans la neige fraîche comme s’ils étaient à la recherche d’un trésor, alors qu’un autre mammifère de la meute se roule dans la neige.

« C’est rare d’avoir des vidéos où on les voit si bien. Là j’ai eu de la chance, mon piège photo était à deux mètres », explique à France 3 Franck Pasquali, qui a par ailleurs remarqué que  « chaque nuit, ils font le même circuit pour chasser et chercher des proies. »

Ne pouvant pas exercer son métier de nivoculteur (personne chargée de produire de la neige de culture dans les stations de ski) à cause de la fermeture des remontées mécaniques, le photographe amateur consacre 5 heures par jour à ses douze pièges photos répartis autour de Modane.

Nouvel Horizon – Mise en place d’un registre mondial de vaccination

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ