Une vidéo montre un étudiant versant de l’eau bouillante sur un chien en cage, puis le battant en l’insultant

Par Jacqueline Pimparé
19 avril 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

AVERTISSEMENT : CET ARTICLE CONTIENT DES IMAGES VIDÉO QUI PEUVENT DÉRANGER CERTAINS LECTEURS

Un étudiant en médecine en Chine s’est filmé en train de verser de l’eau bouillante sur un petit chien et de le battre pendant qu’il hurlait de douleur.

L’incident s’est déroulé dans un dortoir de l’Université de Nantong, dans la province du Jiangsu, dans l’est de la Chine, et la vidéo a été diffusée sur les médias sociaux chinois le 11 avril, selon plusieurs médias chinois du continent.

La police a été appelée pour mettre fin aux abus.

Cependant, un groupe local de protection canine a exprimé son indignation face aux médias sociaux après avoir soupçonné les autorités d’avoir couvert l’incident.

Le sort du chien est inconnu.

Les abus

L’étudiant, surnommé Chen, a tourné une vidéo de lui-même torturant un petit chien dans sa cage. Les images montrent Chen s’approchant du chien avec une bouilloire d’eau chaude à la main et disant, « l’eau était juste bouillie ». Il se tient à côté de la cage, et commence à verser l’eau chaude sur le chien sans défense. Le chien crie et tente de sortir de la cage, mais il est pris au piège.

Puis l’étudiant recule et regarde le chien se tordre de douleur dans sa cage.

La scène suivante le montre en train de frapper le chien au visage avec un objet. « Lève la tête », on peut entendre l’étudiant dire dans la vidéo. Le chien se couche dans le coin de sa cage et ne se défend pas, et gémit pendant le passage à tabac. L’étudiant maudit le chien lorsqu’il le frappe.

Suspicion de camouflage

Selon un utilisateur de Weibo dont le nom a été censuré par le Beijing Times, un groupe de protection canine s’est réuni à l’Université de Nantong pour mettre fin aux abus quelques heures après l’incident. Ils sont arrivés au dortoir de Chen vers une heure du matin et les autorités scolaires ont permis à deux personnes du groupe d’entrer dans la salle où deux policiers les attendaient.

Ils avaient le droit de sortir le chien.

Lorsque les deux individus ont amené le chien à l’extérieur, le groupe l’a examiné. Ils ont découvert que le chien n’était pas celui de la vidéo.

« Ce chien n’est peut-être pas celui qui a été brûlé dans l’après-midi », a dit une voix masculine dans la vidéo publiée par The Beijing News. « Ce n’est certainement pas le cas. »

Le groupe a posté sur Weibo, la version chinoise de Twitter, que le chien n’avait aucun signe visible de blessures et qu’il ne présentait pas le comportement d’un animal maltraité. Ils ont suggéré que le chien maltraité a été secrètement échangé avec un autre.

« Après avoir sorti le chien, nous avons découvert qu’il n’avait pas de traces de brûlures », a déclaré l’utilisateur censuré sur Weibo. « Nous soupçonnons que le chien a été secrètement échangé. »

« Nous avons soigneusement comparé les deux, et nous avons constaté qu’il ne s’agissait pas du même chien », a écrit l’utilisateur dans une deuxième publication.

« C’est-à-dire que le chien qui a été maltraité est encore blessé ou qu’il est déjà mort. »

Un des membres du groupe a remarqué la situation de la cage : « Il y a tellement d’excréments et d’urine à l’intérieur, mais le chien sent le propre », dit-il dans la vidéo.

Un journaliste du Beijing Times a demandé à un employé du bureau du Parti communiste de l’Université de Nantong si le chien avait été échangé avec un autre. « Impossible, impossible », a déclaré l’employé non identifié lors d’une interview téléphonique avec The Beijing News. « Comment l’école a pu faire une telle chose ? »

Les internautes soupçonnent les autorités d’avoir couvert l’abus parce que l’incident s’est produit dans une université publique, ce qui a des répercussions négatives sur le régime chinois.

Toutefois, d’autres médias ont rapporté que le chien avait par la suite reçu un bon foyer et que l’étudiant s’était excusé pour ses actions.

Le sort du chien maltraité reste incertain.

La Chine est connue pour ses normes laxistes en matière de bien-être animal. Les animaux exotiques et menacés et leurs parties du corps sont utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise pour leurs bienfaits supposés pour la santé. C’est pour cette raison que des animaux rares sont secrètement échangés et introduits en contrebande.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos proches et amis et faites-nous part de vos commentaires.

RECOMMANDÉ