Vietnam: à Hanoï, « mon balcon, mon sauveur » pendant le confinement

Par Epoch Times avec AFP
7 septembre 2021
Mis à jour: 7 septembre 2021

Tapis de yoga, bureau de fortune ou salon pour boire le café: à Hanoï, les petits balcons surplombant les rues désertes sont devenus des lieux de refuge pour les habitants confinés.

Huit millions de personnes vivant dans la capitale vietnamienne sont soumis à un ordre strict de rester à la maison depuis fin juillet, ne pouvant sortir que pour aller chercher de la nourriture ou se rendre à l’hôpital.

Si le confinement commence à être allégé dans certains quartiers, la plupart des habitants devront rester chez eux pendant encore au moins deux semaines, le nombre de contaminations au Covid-19 continuant de grimper dans tout le pays.

Profitant du silence de la rue 

« Mon seul lien avec le monde extérieur est mon petit balcon », déclare à l’AFP Nguyen Xuan Anh, une employée de bureau qui vit dans un immeuble. Elle a glissé un bureau sur son balcon de trois mètres carrés pour y travailler avec un ordinateur portable et boire son café du matin en profitant du silence de la rue naguère encombrée de motos et de voitures.

-Un homme regarde depuis le balcon de sa maison à Hanoï, pendant le confinement imposé par le gouvernement le 4 septembre 2021. Photo de Nhac Nguyen/ AFP via Getty Images.

« Avant, je n’avais même pas le temps de rester cinq minutes sur mon balcon. Maintenant, c’est devenu mon sauveur », explique Anh à l’AFP.

L’exercice en plein air étant interdit, il n’est pas rare de voir des gens s’attarder pendant des heures sur leurs balcons.

Difficile de se concentrer sur le travail avec les enfants

« Je me cache sur mon balcon, mon coin, presque toute la journée », raconte Tran Trung Quan, un ingénieur informatique.

« Ce n’est pas agréable de rester enfermé toute la journée. Difficile de se concentrer sur le travail avec les enfants qui demandent une attention constante ».

Une femme fait de l’exercice sur le balcon de sa maison à Hanoï, pendant le confinement imposé, le 4 septembre 2021. Photo de Nhac Nguyen/ AFP via Getty Images.

« Gérer tout ça depuis ce minuscule balcon »

Le Vietnam, largement salué l’an dernier pour sa gestion de la pandémie, a été durement touché par le Covid-19 depuis le début d’une quatrième vague en avril.

Le pays a enregistré plus de 540.000 contaminations et plus de 13.000 décès au total.

Plusieurs villes et provinces, dont la capitale économique Ho Chi Minh-Ville (Sud), sont confinées depuis des mois.

« Mon seul souhait maintenant est que l’ordre de confinement soit levé, afin que je puisse retourner au travail », dit Trung.  « C’est tout simplement trop pour moi de gérer tout ça depuis ce minuscule balcon ».

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ